Bottas avoue avoir frôlé la panne sèche au Canada

Le pilote finlandais s'est retrouvé dans une situation "critique", au point de devoir lâcher l'accélérateur avant la ligne d'arrivée et risquer de voir Verstappen lui prendre la seconde position.

Après avoir perdu la victoire du Grand Prix d'Azerbaïdjan sur une crevaison en toute fin de Grand Prix, Valtteri Bottas a connu des sueurs froides dans les derniers instants du Grand Prix du Canada en raison d'une quantité de carburant "critique" restant dans le réservoir de sa Mercedes.

Il n'aura échappé à personne que le pilote Finlandais a été contraint de lâcher de grosses secondes en fin de course à Sebastian Vettel, tout en voyant Max Verstappen se rapprocher dangereusement et menacer sa seconde position du podium.

L'arrivée extrêmement serrée entre la Mercedes et la Red Bull est liée au fait que Bottas a été contraint de relâcher  l'accélérateur dans les derniers mètres du Grand Prix pour s'assurer de pouvoir franchir la ligne d'arrivée du 70e tour. En dépit du fait que le drapeau à damier avait été agité par erreur au 69e passage, et que les résultats du 68e ont donc été retenus (plaçant Bottas une seconde devant Verstappen), c'est bien à un dixième l'un de l'autre qu'ont fini les deux pilotes. Ce passage serré de Bottas et Vertappen sur la ligne a échappé à la réalisation TV.

"Tout le monde a dû économiser du carburant, mais je pense que Ferrari avait le rythme en main et a pu commencer à en économiser dès le premier relais", remarque le #77. "A ce moment-là, nous tentions de pousser pour nous rapprocher d'eux et les inquiéter plus tard. Nous avons utilisé pas mal de carburant dans le premier relais et j'ai dû en économiser pas mal dans le second."

"Je pense que j'ai fini sans carburant en fin de course, même avec le gros relâchement juste avant la ligne d'arrivée, qui est la raison pour laquelle Max s'est vraiment rapproché : nous étions critiques sur le carburant".

Bottas estime que "ça ne l'aurait pas fait" si la course avait été plus longue d'un tour, même si Verstappen estime la déclaration peu pertinente du fait que les réservoirs ne sont pas utilisés à pleine capacité au Canada et que la raison pour laquelle Mercedes a fini à, sec est simplement liée au fait que l'équipe a calculé sa quantité de carburant au plus juste.

"Valtteri était très précis", commente le Néerlandais. "Il a relâché un peu plus tôt et j'ai continué à fond ; on a donc été très proches sur la ligne. S'il n'y avait pas eu de problème de carburant [pour Bottas], il aurait été très difficile de le suivre dans la même seconde, mais j'ai tout donné".

Ce ne sont néanmoins pas les économies de carburant qui peuvent justifier selon Bottas la capacité de Ferrari à avoir pris le dessus sur la Mercedes lors du premier relais. Alors qu'il poussait, le Finlandais n'est malgré tout pas parvenu à menacer son rival allemand. "On a vraiment essayé de pousser Ferrari fort sur le premier relais, mais on ne pouvait juste pas tenir le rythme. En parlant avec Sebastian après la course, je pense qu'ils ont géré : il a dit qu'il avait économisé du carburant de manière constante pendant la course. Nous avons tout donné dans le premier relais pour être là au moment des arrêts, mais nous n'avions pas assez de rythme pour ça. Il avait une petite marge disponible pour économiser du carburant et contrôler la course".

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Valtteri Bottas
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités