Bottas - Des F1 2017 plus difficiles à piloter dans le vent

partages
commentaires
Bottas - Des F1 2017 plus difficiles à piloter dans le vent
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
4 mars 2017 à 17:45

Valtteri Bottas pense que les Formule 1 version 2017 seront plus difficiles à piloter dans des conditions venteuses.

Valtteri Bottas, Mercedes F1 W08
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Valtteri Bottas, Mercedes F1 W08
Valtteri Bottas, Mercedes F1 W08
Valtteri Bottas, Mercedes F1 W08
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08

Pour sa première semaine de roulage en essais hivernaux avec l'écurie Mercedes, le Finlandais a été le pilote le plus assidu en piste, avec 324 tours du circuit de Barcelona-Catalunya bouclés, soit un peu plus de 1500 km engrangés au volant de la W08 EQ Power+.

Un roulage qui lui a permis de se familiariser avec l'équipe et la voiture de la saison 2017, lui offrant l'opportunité de constater que les conditions climatiques, notamment venteuses, auraient sans doute un rôle à jouer plus déterminant que lors des saison précédentes.

Bottas a notamment connu une sortie de piste sans gravité et quasiment sans dégâts le deuxième jour, en sortie du rapide virage 9, qu'il attribue à une rafale de vent. Et pour lui, ce ne sont pas les pneus qui sont en cause mais l'aérodynamique. "Je pense qu’au niveau des pneus, d’après mon ressenti, il n’y a pas une différence immense concernant la soudaineté de la perte d’adhérence."

"[Ça n'arrive] que dans le cas où le pneu n’est pas assez en température, ce qui arrive facilement dans ce genre de conditions, surtout avec les gommes les plus dures ; parfois il peut être assez délicat de les faire fonctionner. Ils sont assez brusques quand vous avez du survirage, c’est très soudain."

"Mais avec les gommes plus tendres, une fois qu'elles sont mises en température, c’est plus ou moins la même glisse ou la même perte d’adhérence que ceux de l’année dernière."

"Je pense que, comme nous l’avons connu le deuxième jour, dans les conditions très venteuses, les voitures sont assez instables."

"Le vent a un plus gros effet dorénavant parce que globalement l’appui aéro produit est plus important. Et, si vous avez une rafale de vent, vous perdez une plus grande quantité de l’appui qu'habituellement. Donc ça rend les choses un peu difficiles."

Article suivant
Haas : la fiabilité du moteur Ferrari est "incroyable"

Article précédent

Haas : la fiabilité du moteur Ferrari est "incroyable"

Article suivant

Alonso - Le pilote est "encore moins important" qu'en 2016

Alonso - Le pilote est "encore moins important" qu'en 2016
Charger les commentaires