Boullier estime toujours être l'homme de la situation chez McLaren

Le directeur de la compétition de McLaren, Éric Boullier, insiste sur le fait qu'il est toujours l'homme de la situation pour conduire l'équipe de Woking vers la victoire, malgré un début de saison frustrant.

Alors que McLaren a progressé sur le plan de la fiabilité depuis son passage du moteur Honda à l'unité de puissance Renault pendant l'hiver, l'équipe n'est clairement pas à la place où elle devrait être dans la hiérarchie. La structure dispose actuellement de 40 points, contre 80 pour l'autre écurie cliente de Renault, Red Bull, et 41 pour l'équipe d'usine.

Le récent départ de Tim Goss de son poste de directeur technique a été le premier signe d'un remaniement interne au niveau de l'ingénierie, mais Boullier ne prévoit aucun changement du côté de la direction.

Quand il lui est demandé s'il était toujours l'homme qui pouvait conduire McLaren vers le renouveau, il répond : "Oui, je le pense. C'est une tâche difficile. Il y a évidemment beaucoup d'attente de la part de McLaren et de beaucoup de personnes. Dans ma vie d'avant, j'ai dirigé, reconstruit, restructuré des équipes et j'ai gagné avec toutes ces équipes dans n'importe quelle catégorie."

"Je pense que je connais mon travail et il faut s'assurer que nous puissions le faire, produire des résultats à temps. Le timing doit être le bon moment, pas les mauvaises attentes. Aucun ordre n'est nécessaire, nous savons ce qu'il faut faire, il faut améliorer la fiabilité et améliorer la performance. Nous avons désormais d'autres équipes avec la même unité de puissance, donc au moins nous avons des références sur lesquelles nous travaillons. Il y a un long chemin à parcourir."

Interrogé sur les potentiels domaines d'amélioration, il a déclaré : "Dans un monde idéal, je dirais qu'une équipe de Formule 1, en particulier, doit avoir une direction forte à chaque étage avec une bonne communication, mais aussi être aussi efficace, fluide et flexible que possible. Cela ressemble à des mots génériques, mais ce sont les points que nous devons régler si nous croyons les avoir manqués."

Boullier reconnaît que faire que le personnel reste motivé est une de ses responsabilités clés. "Je pense que cela fait partie du rôle de tout leader ou manager de s'assurer que le moral des troupes est aussi haut que possible."

"Et comme je l'ai dit auparavant, la mauvaise chose est d'avoir les mauvaises attentes ; il faut être très clair, afin d'être très transparent avec notre équipe. Ils savent exactement ce que nous faisons au circuit, ils savent exactement ce que sont les retours en provenance de la piste. Nous faisons la même chose avec les gens dans toute la compagnie afin qu'il n'y ait pas de mauvaises attentes."

Il a décliné tout commentaire sur les changements au sein de l'équipe technique suite au départ de Goss. "Non, nous ne voulons pas faire beaucoup de commentaires sur ce que nous faisons. Évidemment, nous essayons d'être les meilleurs et être les meilleurs veut également dire regarder comment nous pouvons être plus efficaces en termes d'organisation. Il y a aussi une amélioration constante de tout, ça fait partie de la vie d'une équipe de Formule 1, de continuer à chercher des façons d'avoir de meilleurs résultats."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags eric boullier