Boullier : Notre voiture peut jouer le podium

Jusque-là, frustration est le mot de la saison pour le Team Principal, Eric Boullier

Jusque-là, frustration est le mot de la saison pour le Team Principal, Eric Boullier. Mais au-delà de ce sentiment, il est animé d’une profonde conviction en des capacités à réussir de son équipe.

Eric, quel est votre sentiment après le Grand Prix de Chine ?

"Il a été dur pour nous. Cela a commencé dès les essais libres lorsque notre nouveau package aérodynamique n’a pas fonctionné à 100% comme nous l’escomptions. Parce que le temps de piste est limité et parce que nous ne savions pas si le problème résultait des basses températures ou du package lui-même, nous avons décidé de faire un compromis entre les nouvelles pièces et l’ancienne configuration en fin de journée vendredi. Nous avons donc, sans doute, perdu en performance par rapport à nos adversaires. Nous avons atteint la Q3 sans problème, mais ensuite, la course ne s’est pas déroulée comme nous l’attendions. Kimi a réalisé une grosse performance mais notre stratégie ne lui a pas permis d’accéder au podium. Nous sommes toujours convaincus que deux arrêts était la bonne option, mais avec le recul, nous l’avons fait rentrer trop tôt à la fin de son deuxième relais. C’est vraiment dommage. D’un autre côté, Romain a pu enfin se défaire de sa malchance. Il a terminé sixième et il aurait pu aller plus haut. Par ailleurs, son affrontement avec Pastor Maldonado était magnifique à regarder, même si c’était un peu stressant depuis le muret des stands !"

Quel est votre état d’esprit avant Bahreïn ?

"J’ai parlé de frustration avant la Chine et c’est ce que je ressens encore en ce moment. Nous n’avons marqué des points qu’avec une seule voiture à chaque course. Quand vous regardez le classement à Shanghaï, McLaren, Red Bull et Williams avaient leurs deux pilotes dans le top ten. C’est vraiment ce qu’il nous faut viser à Bahreïn. Je crois que le championnat des constructeurs ne reflète pas notre véritable niveau de performance. A dix tours de l’arrivée, en Chine, nous étions toujours 2è et 6è et en position forte. Nous devons maintenir ce niveau jusqu’au drapeau à damiers."

Du positif quand même ?

"Bien sûr. La place de Kimi sur la grille était sa meilleure de la saison et de nouveaux développements vont arriver sur la voiture. Par ailleurs, malgré des conditions compliquées et un circuit qui n’était pas censé convenir à la E20, nous nous sommes encore bagarrés à l’avant de la course. Nous avons été battus par Mercedes en Chine et les McLaren ont toujours un petit avantage par rapport à nous, mais notre voiture peut jouer le podium. Il faut simplement ne pas rater les opportunités."

Kimi et Romain ont tous les deux perdu des places pendant les pit-stops. Cela vous inquiète-t-il ?

"Nous savons d’où vient le problème. Nos gars n’ont pas grand-chose à voir avec cela. Pour améliorer nos pit stops, il nous faut redessiner et fabriquer certaines pièces de notre outillage. Elles ne seront pas prêtes pour Bahreïn, mais nous allons progresser à Barcelone, c’est sûr."

Les attentes pour Bahreïn sont donc claires...

"Oui. Je dirais même qu’elles sont un copier-coller de la Chine. Notre objectif sera de connaitre un week-end sans souci et de montrer ce que nous pouvons réaliser avec la E20. C’est un minimum et à la différence de ce qui s’est produit sur les trois premières courses, la pluie ne devrait pas venir nous compliquer la vie à Bahreïn ! Voir les deux voitures dans le top ten à l’arrivée serait un beau progrès. Notre potentiel saute aux yeux. Je n’aime pas notre 6è position au championnat des constructeurs, mais nous ne devrions pas y rester longtemps !"

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pastor Maldonado
Équipes McLaren , Mercedes , Williams
Type d'article Actualités