Brawn : Des consignes "transparentes" sont "toujours préférables"

Ross Brawn est revenu sur la consigne de course passée par Mercedes pour échanger les positions entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas lors du Grand Prix de Russie 2018 de F1, en saluant leur transparence vis-à-vis de l'extérieur.

Brawn : Des consignes "transparentes" sont "toujours préférables"

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une nouveauté, car elles ont court depuis les débuts de la discipline, les consignes de course qui modifient directement ou influent sur le classement ont toujours du mal à passer auprès d'une partie du public qui voit avant tout en elles des manipulations d'un résultat avant d'y voir l'expression du sport d'équipe qu'est la Formule 1.

Ross Brawn, actuellement manager sportif de la discipline reine, a évidemment l'expérience de ces situations, lui qui au fil de sa carrière a pu y être confronté directement ou indirectement lorsqu'il faisait partie de la direction de structures dont le but ultime est la maximisation des résultats et, au mieux, l'obtention des deux titres.

Sans faire référence à la période Ferrari, plus récemment, en 2013, le Britannique était intervenu directement lors du Grand Prix de Malaisie pour figer les positions de troisième et de quatrième de Lewis Hamilton et Nico Rosberg, alors dans leur première année de collaboration chez Mercedes. Et forcément, son appréciation de la situation est claire.

Lire aussi :

"Dans le parc ferme après le Grand Prix de Russie, on a pu constater qu'aucun des trois pilotes ne semblait particulièrement heureux", a-t-il ainsi déclaré dans son habituel billet d'après GP. "Sebastian Vettel avait peut-être de bonnes raisons, étant donné que ce résultat signifiait que ses chances de titre se réduisaient encore plus. Cependant, Lewis Hamilton aurait dû avoir toutes les raisons de fêter ce résultat, alors que Valtteri Bottas venait d'aider Mercedes à réaliser son troisième doublé de la saison."

"Les événements du 25e tour, lorsque Mercedes a demandé au Finlandais de s'écarter pour laisser passer son coéquipier, suivis par l'ordre ultérieur de maintenir les positions, ont sans doute laissé des traces. Mais je pense que la décision de l'équipe allemande était la bonne. L'objectif premier d'une équipe est d'obtenir le meilleur résultat possible pour les deux championnats et c'est ce qu'elle a fait."

Avant l'échange de positions, Hamilton disposait virtuellement d'une avance de 43 points sur Vettel au championnat mais l'Allemand était juste derrière lui en piste, faisant craindre à Mercedes une possible attaque du pilote Ferrari et donc le risque de perdre des points. Une fois les positions échangées, le #44 est passé à la tête d'une avance de 50 points, l'équivalent de deux victoires, même si cela a donc privé Bottas d'une première victoire en 2018.

Lire aussi :

Pour Brawn, il s'agit d'un mal nécessaire. "Je me suis trouvé dans cette situation à plusieurs reprises par le passé et personnellement, j'ai toujours cru que l'intérêt collectif de l'équipe passait avant l'intérêt individuel du pilote. Ça peut ne pas être facilement accepté par les fans, ni avoir l'air bon pour le sport, et c'est là que l'équipe doit juger des circonstances et de prendre sa décision. Je peux comprendre la frustration de Bottas, car il a passé un excellent week-end, démontrant à quel point la piste de Sochi lui va bien, mais les consignes d'équipe font partie de la discipline."

Mais l'ancien directeur de Honda et de Brawn GP souligne également que cette consigne a été passée en toute transparence vis-à-vis de l'extérieur, ne laissant ainsi pas de doute sur ce qu'il se passait en piste.

"De plus, il est toujours préférable de les appliquer de manière transparente, plutôt que d'essayer de les cacher, ce que nous avons parfois vu dans le passé, ce qui a soulevé des accusations de tromperie. Ce n'est pas l'aspect le plus attrayant de notre sport, mais il en a toujours fait partie, qu'il soit bon ou mauvais, et il vaut mieux que se soit fait à découvert."

partages
commentaires
Quand les Corinthians rendent hommage à Ayrton Senna

Article précédent

Quand les Corinthians rendent hommage à Ayrton Senna

Article suivant

Rétro 1973 - La Rondel/Token RJ02 de Formule 1

Rétro 1973 - La Rondel/Token RJ02 de Formule 1
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021