Brawn répond aux critiques sur la piste de l'Istanbul Park

Ross Brawn a exprimé sa satisfaction après un Grand Prix de Turquie où le revêtement de la piste était loin de faire l'unanimité.

Brawn répond aux critiques sur la piste de l'Istanbul Park

Le manque d'adhérence était inédit pour le retour du Grand Prix de Turquie de Formule 1, sur un Istanbul Park dont la surface de la piste a été refaite quelques semaines seulement avant l'événement… alors que Pirelli avait déjà choisi d'emporter ses composés pneumatiques les plus durs selon les données liées au revêtement précédent.

Lire aussi :

De surcroît, la nouvelle piste n'a pas été utilisée avant ce week-end et était donc complètement lisse lorsque les F1 l'ont empruntée, avec des glissades en cascade… à tel point que des véhicules de tourisme ont été invités à y rouler le vendredi soir, dans l'espoir d'améliorer le niveau d'adhérence ! Certains pilotes comme observateurs se sont donc plaints, les premiers frustrés de ne pas pouvoir exploiter leur bolide, les seconds soulignant un éventuel manque de sécurité, mais Ross Brawn, manager sportif de la F1, n'est pas d'accord.

"Le promoteur et le pays ont fait un travail fantastique pour mettre le circuit en position d'organiser un Grand Prix sensationnel", écrit Brawn dans sa chronique sur le site officiel de la F1. "Je suis conscient que les pilotes n'étaient pas satisfaits du niveau d'adhérence, mais c'était la conséquence de la décision tardive d'y courir lorsque le calendrier a été modifié pour réagir au COVID-19."

"Je crois que les pilotes doivent parfois se rappeler que c'est une compétition pour être celui qui franchit la ligne d'arrivée en premier. Si le niveau d'adhérence n'était pas élevé, c'était pareil pour tout le monde. Certains pilotes se sont concentrés et s'y sont faits, d'autres ont vécu ça comme une source de distraction."

Lire aussi :

"Avoir une surface éprouvante comme c'était le cas ce week-end n'était pas une mauvaise chose. Cela dévoilait pleinement le talent du pilote. Je ne crois pas que le niveau d'adhérence soit représentatif du niveau de compétition. La compétition doit être juste et équitable. C'est un sport, donc nous devons donner à tout le monde la même opportunité. C'est difficile, mais ce devrait être vu comme une bonne chose."

"Par exemple, Monaco a toujours été considéré comme une course très difficile, mais si l'on s'y faisait et considérait ça comme un grand défi avec un état d'esprit positif, alors on avait du succès et on y gagnait des courses. Si l'on y allait avec un état d'esprit négatif, on n'avait pas de succès. La Turquie n'avait pas la surface avec le plus d'adhérence, mais ceux qui se sont mis au travail et ont vu ça comme une opportunité ont eu du succès."

Le deuxième Sergio Perez, Racing Point RP20, et le troisième Sebastian Vettel, Ferrari SF1000, franchissent la ligne d'arrivée

Une erreur de Charles Leclerc à la fin du dernier tour à permis à Sergio Pérez et à Sebastian Vettel de compléter le podium aux côtés de Lewis Hamilton, pour l'un des top 3 les plus âgés et expérimentés du XXIe siècle, avec 33 ans, 4 mois et 2 jours d'âge moyen et un total cumulé de 706 départs en Grand Prix. D'après Brawn, il est clair que l'expérience a primé dans ces conditions délicates, notamment pour un Vettel qui a marqué quasiment autant de points en Turquie (15) que lors des 13 premiers Grands Prix de la saison (18).

"Ce que nous avons vu [dimanche], c'est la vieille garde qui a démontré son expérience et les jeunes prétendants qui ont montré qu'ils avaient encore un peu à apprendre", poursuit le Britannique. "Il était fascinant d'observer la performance de Sebastian ce week-end, les gens sont prompts à enterrer un sportif s'il vit une période discrète. Ce dimanche nous a rappelé son grand talent. Il est un peu dans l'ombre de Charles cette année et atteindre la fin de son mariage avec Ferrari n'est pas facile, je pense donc que le Grand Prix de Turquie a été une très bonne journée pour lui. Il n'a pas fait un pas de travers et était prêt à sauter sur l'opportunité quand elle s'est présentée."

"Pérez a réalisé une belle performance, et je l'ai déjà dit dans cette chronique, ce serait une tragédie s'il n'était pas en F1 l'an prochain. Il mérite amplement sa place sur la grille. Si une équipe veut un pilote compétitif pour maximiser chaque opportunité, Pérez est son homme."

Lire aussi :

"En comparaison, les jeunes pilotes comme Charles et Max [Verstappen] ont commis des erreurs. Ils n’ont probablement pas fait l'expérience d'une telle course auparavant. C'était un vrai challenge d'évaluer comment les pneus allaient se comporter et évoluer, et d'anticiper comment ils seraient dix ou vingt tours plus tard – c'est là que l'expérience jouait. Mais ce sera un nouveau point de référence dans la banque de données de ces jeunes pilotes. Si nous faisions une autre course en Turquie demain, je suis sûr que nombre d'entre eux l'aborderaient différemment."

partages
commentaires

Voir aussi :

Aitken et Nissany en essais avec Williams à Abu Dhabi

Article précédent

Aitken et Nissany en essais avec Williams à Abu Dhabi

Article suivant

L'Arabie saoudite veut une course de W Series

L'Arabie saoudite veut une course de W Series
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021