Brawn - La F1 doit réfléchir aux moteurs de l'après 2020

L'ancien directeur d'équipe, Ross Brawn, pense qu'il pourrait être temps pour la F1 d'arrêter de penser sa technologie pour qu'elle soit proche des voitures de route au moment de décider de la prochaine génération de moteurs.

Brawn - La F1 doit réfléchir aux moteurs de l'après 2020
Ross Brawn, Mercedes AMG F1
Ross Brawn, Mercedes AMG F1
L'unité de puissance de la Mercedes AMG F1 W06
Unité de puissance
La grille avant le départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Fernando Alonso, McLaren MP4-31 au départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Lewis Hamilton, Mercedes F1 Team teste les pneus Pirelli 2017

La F1 a introduit les unités de puissance hybrides au début de la saison 2014, à la suite d'informations selon lesquelles des motoristes, comme Mercedes, n'allaient pas continuer dans la discipline si la technologie ne s'alignait pas sur les voitures de route.

La motorisation actuelle sera conservée jusqu'en 2020, au moins, mais pour Ross Brawn, la décision sur la prochaine génération de moteurs devra être prise à la fin de l'année 2017. Le Britannique déclare que la F1 devra choisir de poursuivre sur la voie de la pertinence par rapport à l'industrie automobile - ce qui pourrait potentiellement vouloir dire se tourner vers l'électrique - ou prendre un chemin différent.

"La F1 doit bien regarder ce qu'elle veut par rapport au moteur", explique Brawn dans une interview pour le magazine AUTO de la FIA. "Ce qui a été fait lors des dernières années a été de s'aligner sur les voitures de route. On a une révolution en cours, et les voitures de route seront très différentes dans cinq à dix ans."

"Peut-on maintenir la merveille technologique de la F1 mais reconnaître que, maintenant, il est peut-être temps de commencer à s'écarter de la direction prise par les voitures routières ? Si ce n'est pas le cas, la logique est que l'on devrait avoir des F1 électriques ou avec des piles à combustible dans quelques années."

"Il y a la Formule E et elle se fait sa place, mais selon moi, la F1 n'est pas seulement une démonstration technologique, c'est un cirque tout entier, et quelle est la meilleure façon de maintenir cela ?"

"Il pourrait être temps de dire : 'On a cette merveille technologique, mais nous allons prendre du recul et réfléchir à ce que la F1 veut dans l'idéal d'un moteur, qui pourrait disposer de quelques technologies qui sont pertinentes'."

"Il faut se réunir avec les motoristes, les équipes et les parties intéressées pour décider ce que l'on va faire au-delà de 2020. Peut-être que c'est ce que l'on a actuellement, mais redéfini au niveau des coûts et de la complexité, car le moteur est trop cher."

"À certains égards, le moteur actuel est une merveille technologique et il ré-implique les motoristes, mais si la F1 commence à regarder vers 2020 maintenant, il y a du temps pour faire cela sans ressentir le moindre désavantage compétitif, avec les investissements et les projets qui sont faits correctement."

"Il faut deux ans pour créer un moteur. À la fin de l'année prochaine, la Formule 1 devra savoir de quel type de moteur elle aura besoin à l'avenir."

Mercedes sera fort

Malgré les changements de règlements, Brawn s'attend à ce que l'équipe Mercedes soit encore très forte l'année prochaine, car il pense que l'avantage de 2016 a permis à la structure allemande de faire basculer ses ressources vers 2017 avant ses rivales.

"Mercedes a pris des ressources du programme de cette année pour l'année prochaine très tôt, une fois qu'ils ont vu à quel niveau ils étaient avec la voiture."

"Si j'avais été là, et je suis certain qu'ils ont mis en place une philosophie similaire, j'aurais dit : 'Bon, nous avons une voiture performante, nous sommes notre propre ennemi, que tout le monde se mette sur le programme de l'année prochaine'."

"Je ne sais pas combien d'autres équipes pouvaient faire cela. Le succès nourrit le succès. Mercedes sera fort l'an prochain, malgré le plus grand accent mis sur le châssis."

partages
commentaires
Villeneuve - L'arrivée de très jeunes pilotes donne "une mauvaise image"

Article précédent

Villeneuve - L'arrivée de très jeunes pilotes donne "une mauvaise image"

Article suivant

Liberty Media lève des fonds pour conclure l'achat de la F1

Liberty Media lève des fonds pour conclure l'achat de la F1
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021