Brawn veut mettre fin à la culture du secret en F1

Ross Brawn, le manager sportif de la F1, a révélé un projet visant à pousser les écuries de F1 à mettre fin à leur culture du secret, pour procurer aux fans une meilleure expérience.

Le Britannique estime que la Formule 1 est loin d'exploiter tout son potentiel, et notamment sur les plateformes numériques, avec la grande quantité de données, de simulations et de télémétrie dont les écuries disposent.

Un travail a d'ores et déjà été engagé entre Liberty Media, les actionnaires majoritaires de la discipline reine, et Tata Communications, partenaire technologique de la F1, afin de rechercher la meilleure façon de permettre un fort niveau d'engagement du public, par l'intermédiaire notamment d'applications, de dispositifs pour portables ou encore de réalité virtuelle ou augmentée.

Parmi ces changements, certains seront assez simples à mettre en place, comme par exemple la mise en place de Wifi sur les circuits de F1, à disposition des fans, mais d'autres vont prendre plus de temps, même s'ils pourraient s'avérer extrêmement populaires.

"Il y a une grande quantité d'informations en Formule 1, que nous devrions rendre disponibles pour les fans, afin qu'ils puissent regarder en s'engageant au niveau qu'ils souhaitent", explique-t-il à Motorsport.com"J'ai connu trois années en tant que passionné devant la télé, et ce qui m'a manqué était la possibilité d'aller plus profondément dans ce qui se passait en course. J'étais habitué à l'environnement du muret des stands, où j'avais toutes les informations et j'avais l'analyse de mes experts qui m'était fournie aussi. Donc j'avais une image de la course entière."

"Imaginez que vous ayez toutes les informations disponibles que les stratégistes ont sur le muret des stands, pour décider quand vous vous arrêtez. Vous simulez tout cela, vous décidez quand vous voulez un arrêt aux stands et vous mettez cela au point."

"Nous pouvons rendre disponible le programme nécessaire, afin que les gens puissent l'utiliser pour faire leurs prédictions. On a le profil du pneu, on a la longueur de l'arrêt au stand, on a la position de la voiture et on a les écarts. Donc on mettrait au point l'arrêt nous-mêmes, ce qui pour moi serait fascinant."

"Avec tous les fans qui s'engagent comme cela, on peut imaginer la collections d'opinions et de débats qu'il y aurait. Et c'est seulement un exemple d'un aspect de la course, parce qu'il y a tellement d'informations, et tout est disponible."

"Les équipes font des analyses immenses de la façon dont la voiture se comporte, de son niveau de sous-virage, de son niveau de survirage, de la durée de vie des freins. Si nous passons au-dessus de cette barrière, pour rendre toutes ces informations disponibles, je pense qu'une grande quantité d'enthousiastes aimeraient vraiment voir tout cela, à la fois en live et rétrospectivement."

Un cadre déjà disponible

En termes de technologie, la F1 est donc prête à mettre en place cette vision des choses avec des données ouvertes aux fans. Et dans le même temps, Tata Communication a préparé la connectivité pour le permettre, en testant avec succès des diffusions Ultra HD et "over the top", qui requièrent une bande passante énorme.

"Nous avons un cadre et nous avons une plateforme pour presque faire ce que l'on veut. Et c'est une position géniale dans laquelle être", ajoute Brawn.

Pour Tata Communications, la production d'un meilleur contenu pour engager les fans et étendre son audience est essentiel. Le responsable des opérations de la firme indienne, Mehul Kapadia, indique : "Avant, vous pouviez avoir l'expérience de course et ne pas vous inquiéter de la technologie. Je pense que maintenant, la technologie est aussi importante que le fait que les voitures vont plus vite. Si on envisage de belles courses et d'importantes ressources pour les offrir au public, c'est là qu'il faut frapper fort."

"Là où Netflix a cassé les codes, c'est en assurant que quand on veut quelque chose, on l'a. Le sport en direct est toujours face à ce défi : 'est-ce que c'est toujours aussi intéressant quand je sais déjà qui a gagné ?' Donc que faut-il faire au niveau du contenu pour permettre cela ?"

Des équipes à convaincre

Logiquement, dans le monde ultra secret et fermé de la F1, un des obstacles majeurs à la mise en place d'une telle publicité des informations est bien sûr à chercher du côté des écuries, qu'il faut convaincre de donner accès aux informations qu'elles récoltent, analysent et protègent, parfois pour des coûts très élevés.

Brawn connaît bien l'importance que les équipes accordent à la compréhension de leur propre performance et de celle de leur rivaux, mais il croit que la F1 bénéficierait dans son ensemble d'une plus grande ouverture et d'un plus grand partage.

"C'est réfléchir à une plus grande image : arrêtons d'être aussi compétitifs dans certains domaines. Nous savons que nous avons besoin de battre l'autre, mais peut-on lever cette barrière et plutôt dire, ce que nous voulons est un business bien plus important ? Et si nous faisons tous cela, personne n'est désavantagé ou avantagé."

"Je me souviens que c'était la même chose avec les radios des équipes. Les équipes ne voulaient pas de diffusion des conversations radio, mais maintenant c'est un aspect très intéressant de la course et personne n'y pense plus."

Quand il lui est demandé s'il a discuté avec les équipes concernant cette idée, Brawn explique : "Pour être juste, nous n'avons pas d'idées arrêtées sur ce que seraient les bonnes exigences envers les équipes pour que cela soit mené à bien."

"Je ne veux pas aller demander un peu de ceci et un peu de cela. Nous devons vraiment avoir une idée claire et nous sommes dans ce processus. Ça va prendre un petit peu de temps et nous pourrons franchir l'obstacle du secret." 

Des tests dès 2017

Le manager sportif de la Formule 1 suggère que des tests auront lieu dès cette année, avant une potentielle et véritable introduction pour 2018. "Peut-être quelques essais cette saison, mais je pense que l'année prochaine est plus réaliste en termes d'éléments substantiels, mais il y aura des éléments qui se mettront en place cette saison."

Des changements devraient aussi être instaurés sur les circuits, en vue d'améliorer l'expérience des fans, avec le projet de mettre en place des réseaux Wifi. En effet, dans ce domaine, en dépit d'avoir à disposition les services d'une entreprise de renommée mondiale, Tata Communications, la politique de "stade connecté", avec un accès à la meilleure connexion possible tout en étant en tribune, n'a jamais été mise en place.

Des sources estiment que Tata aurait pu rapidement rendre cela opérationnel  "une question d'heures" , mais que Bernie Ecclestone ne souhaitait pas emprunter cette voie pour des raisons commerciales. 

Liberty n'aura pas ces réticences. "Ça vient, ça va assurément venir. On travaille dessus. Vous savez, les choses dont j'ai parlé  suivre une course, comprendre la stratégie et mettre au point les arrêts aux stands –, si on pouvait faire ça dans une tribune, avec son portable, imaginez comme ça serait génial."

Sondage mondial des fans 2017
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags ross brawn, tata communication