Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
24 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
30 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
44 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
58 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
72 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
79 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
93 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
114 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
128 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
135 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
149 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
163 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
191 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
198 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
219 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
233 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
247 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
254 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
268 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
282 jours

Brawn : Il n'y a "rien de désastreux" dans la pénalité de Vettel

partages
commentaires
Brawn : Il n'y a "rien de désastreux" dans la pénalité de Vettel
Par :
11 juin 2019 à 12:00

Le manager sportif de la F1, Ross Brawn, s'est refusé à livrer son opinion sur la pénalité infligée à Sebastian Vettel, tout en reconnaissant que la décision prise par les commissaires n'avait "rien de désastreux".

Au 48e tour du Grand Prix du Canada, le leader Sebastian Vettel a commis une erreur à l'entrée de la première chicane. Tirant tout droit dans l'herbe au virage 3, l'Allemand est revenu en piste sous le nez de Lewis Hamilton qui le suivait de près et était sur la trajectoire de course, obligeant ce dernier à mettre les quatre roues au-delà de la ligne blanche et à freiner pour éviter l'accrochage. Saisis de l'incident par la direction de course, les commissaires ont estimé que le retour en piste du pilote Ferrari était dangereux et avait contraint son rival à prendre "des mesures d'évitement", justifiant selon eux l'application d'une pénalité de cinq secondes.

Lire aussi :

Dans une lutte où les deux hommes ont rarement été séparés par plus de deux ou trois secondes, la sanction a donné la victoire à Hamilton, qui a franchi la ligne d'arrivée juste derrière Vettel. L'après-course a été marqué par plusieurs mouvements d'humeur de la part du quadruple Champion du monde, en colère après une décision qu'il jugeait mauvaise car il affirmait ne pas avoir pu faire autrement. Du côté de Hamilton, même si la victoire avait un goût bizarre, il était dans le même temps rappelé que, factuellement, le retour en piste de la SF90 avait obligé à un freinage d'urgence pour éviter toute collision.

Si chacun a pu offrir son point de vue sur la question, Ross Brawn a tenu à tempérer les ardeurs en se gardant de livrer le sien : "Je peux comprendre ce que Vettel ressent et je sais que Ferrari a l'intention de faire appel de la décision. Je suis également conscient de la difficulté du travail des commissaires, car ils doivent rendre leur décision dans un temps très court, en produisant un verdict qui peut affecter l'issue de la course. En conséquence, je ne veux pas donner mon opinion sur la décision, parce que dans ma position, ce serait une erreur de le faire."

Un meilleur accès aux explications des commissaires

Dans le même temps, il plaide pour favoriser la transparence concernant les décisions rendues par les commissaires de course, en facilitant l'accès du public à leurs explications et justifications : "J'ai beaucoup de respect pour le travail des commissaires et pour leur professionnalisme, et je crois qu'ils seraient les premiers à dire qu'ils préféreraient ne pas voir le résultat d'une course être décidé via une pénalité. Dans le même temps, je saisis à quel point il est difficile pour les fans de comprendre pourquoi le pilote se trouvant sur la plus haute marche du podium n'est pas celui qui a franchi la ligne d'arrivée le premier."

"C'est pourquoi la transparence est importante quand on en vient à l'explication des décisions des commissaires, surtout dans un sport aussi complexe que la Formule 1. En football, malgré l'arrivée de la VAR [l'assistance vidéo à l'arbitrage, ndlr], il y a toujours des discussions pour savoir si une main doit être sanctionnée d'un penalty ou pas. En conséquence, il pourrait être utile de travailler avec la FIA sur des solutions qui permettraient aux commissaires d'expliquer leur décision aux fans et d'expliquer comment ils sont parvenus à cette conclusion."

Lire aussi :

Même s'il ne veut pas donner son avis, il termine en lançant : "Ceci étant dit, je voudrais ajouter avec insistance qu'il n'y a rien de désastreux concernant une décision comme celle-ci. Vous pouvez être d'accord ou pas, mais aucun de ceux qui occupent le rôle de commissaire chaque week-end n'a d'intérêt caché et les fans peuvent en être certains."

Pour rappel, les décisions rendues par les commissaires au cours de chaque week-end de Grand Prix sont en accès public et libre (en anglais) sur le site internet de la FIA, qui est mis à jour régulièrement au fil de chaque journée de l'épreuve.

Article suivant
Comment profiter du GP de France pour des vacances en Provence

Article précédent

Comment profiter du GP de France pour des vacances en Provence

Article suivant

Bottas nie toute pression mais reconnaît un "rappel à l'ordre"

Bottas nie toute pression mais reconnaît un "rappel à l'ordre"
Charger les commentaires