Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
1 jour
31 juil.
-
02 août
EL1 dans
15 jours
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
22 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
29 jours
28 août
-
30 août
EL1 dans
43 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
50 jours
C
GP de Toscane
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
56 jours
25 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
71 jours

Brawn : "La F1 est un sport d'équipe, surtout à Maranello"

partages
commentaires
Par :
19 nov. 2019 à 12:30

Ross Brawn estime que les deux pilotes Ferrari, Sebastian Vettel et Charles Leclerc, devraient davantage assumer leurs responsabilités après un accrochage tel que celui survenu lors du Grand Prix du Brésil.

Refusant logiquement de prendre parti après l'incident survenu entre les deux pilotes Ferrari à Interlagos, Ross Brawn estime toutefois que Sebastian Vettel et Charles Leclerc auraient tout intérêt à s'inspirer du comportement de Lewis Hamilton. Alors que la Scuderia va devoir gérer cet énième épisode de tension – a minima en piste – entre ses pilotes, le patron sportif de la Formule 1 regrette que l'un et l'autre n'endossent pas immédiatement la responsabilité de leurs erreurs, et déplore également la manière dont ils ont relégué au second plan les intérêts de leur écurie lors du Grand Prix du Brésil.

"Je ne voudrais pas m'aventurer à donner un avis pour dire qui était le plus en tort pour cet accrochage, mais à froid, peut-être qu'il serait bien si l'un d'entre eux suivait l'exemple d'Hamilton et admettait immédiatement sa culpabilité, comme le champion l'a fait pour son accrochage avec Albon", estime Ross Brawn. "Si Ferrari veut mettre fin à la domination de Mercedes, il faut non seulement donner à ses pilotes une voiture plus compétitive l'an prochain, mais il faut également s'assurer que des incidents comme celui-ci ne se reproduisent pas. La Formule 1 est un sport d'équipe, surtout à Maranello."

Lire aussi :

Ancien de la maison rouge, Ross Brawn sait vraisemblablement mieux que quiconque à quel point les intérêts du cheval cabré se doivent de passer en priorité absolue avant ceux des deux pilotes, en dépit des egos à gérer. Il insiste ainsi sur le travail qui incombe à Mattia Binotto, le directeur de la Scuderia, après ces événements.

"Après les tensions qui ont éclaté lors des Grands Prix après la trêve estivale, tout semblait s'être calmé en coulisses chez Ferrari", souligne Brawn. "Mais désormais, Mattia Binotto est confronté à une tâche suffisamment difficile qui est de tout remettre sur de bons rails, et il l'a dit lors des interviews après la course. Il a dû aller dire aux pilotes de faire face à leurs responsabilités, ce qui, à Maranello, signifie toujours qu'il faut faire passer les intérêts de l'équipe avant ceux de l'individu, et ça n'a pas été le cas lors du Grand Prix de dimanche."

Sebastian Vettel, Ferrari, après son accrochage avec Charles Leclerc, Ferrari SF90

Article suivant
Toro Rosso : le podium de l'intelligence de course pour Gasly

Article précédent

Toro Rosso : le podium de l'intelligence de course pour Gasly

Article suivant

Sainz : Le GP du Brésil, "assurément" ma meilleure course

Sainz : Le GP du Brésil, "assurément" ma meilleure course
Charger les commentaires