Briatore : "Nous avons la force de surmonter nos déceptions"

Après une saison 2007 difficile, y a-t-il beaucoup de pression sur l’équipe avant d’engager la campagne 2008 ?La Formule Un, c’est de la pression par définition

Après une saison 2007 difficile, y a-t-il beaucoup de pression sur l’équipe avant d’engager la campagne 2008 ?
La Formule Un, c’est de la pression par définition. Les équipes qui parviennent à la gérer au mieux sont celles qui connaissent le succès, parce qu’il y a toujours la pression du résultat. Nous nous fixons des objectifs ambitieux et lorsque nous ne parvenons pas à les atteindre, comme l’année dernière, alors il nous faut identifier les problèmes… et les résoudre. C’est ce que nous avons fait et nous sommes déterminés à revenir aux avant-postes cette saison. Les résultats des développements réalisés cet hiver sont positifs et nous pensons disposer d’une bonne voiture. Maintenant, nous devrons voir de quoi elle est capable face à la concurrence.

ING Renault F1 Team est-il toujours un top team en F1 ?
Renault et Ferrari sont les deux équipes à avoir remporté des titres mondiaux depuis la saison 2000. Nous avons connu une saison difficile en 2007, tout comme Ferrari en 2005 ou McLaren en 2006. En F1, parfois, vous prenez trop de risques et parfois, vous n’en prenez pas assez. L’important, c’est de rebondir.

De quelle manière, justement, pensez-vous pouvoir rebondir en 2008 ?
Nous avons la force de surmonter nos déceptions. Renault a investi à Enstone pour le long terme, surtout avec le nouveau centre de CFD qui nous donnera la stabilité dont nous avons besoin pour aller de l’avant. La nouvelle voiture marque un changement de direction pour l’équipe. Si vous y ajoutez la capacité de Fernando Alonso à fédérer les énergies, le cocktail devrait être puissant.

Vous avez mené la lutte pour améliorer l’efficacité des dépenses en F1 depuis de nombreuses années. Etes-vous satisfait de constater que les autres équipes commencent à adopter le même point de vue ?
Cela a été laborieux mais les gens commencent à comprendre que la F1 n’est pas assez efficace pour garantir sa propre pérennité. L’idée d’un plafond de dépenses est une très bonne idée : cela aidera les équipes qui sont les plus efficaces dans leur manière de travailler. La F1 est à la pointe dans de nombreux domaines et elle peut l’être également dans celui-ci. Mon autre préoccupation, c’est améliorer le spectacle. Nous devons continuer à y travailler, par respect pour nos supporters.

La R28 pourra-t-elle répliquer dignement à ses rivales ?
Nous l’espérons, mais il est difficile de l’affirmer aujourd’hui. Nous en parlerons lorsque nous serons à Melbourne et lorsque tout le monde aura terminé sa partie de poker menteur.

Quel sera l’impact du retour de Fernando Alonso sur l’équipe ?
Nous connaissons Fernando et nous savons ce qu’il peut nous apporter. Déjà, en essais, c’est un pilote différent de 2007 : il est déterminé, détendu et heureux. Il est revenu chez Renault avec enthousiasme et il travaille plus dur que jamais. Nous avons une responsabilité importante vis-à-vis de lui à présent : lui donner la voiture qu’il mérite.

Dans l’autre voiture, Nelson Piquet sera le rookie de l’équipe. Que peut-on attendre de lui ?
Les attentes sont toujours énormes pour un débutant et elles le sont encore plus lorsqu’il porte un nom prestigieux. Mais Nelsinho doit son volant à son travail, pas à sa réputation. Nous avons vu en GP2 Series qu’il est capable d’évoluer à un très haut niveau et je pense qu’il a un grand talent. Il va lui falloir un peu de temps pour s’épanouir. Comme avec Heikki Kovalainen en 2007, nous sommes prêts à le lui accorder.

Qui seront vos rivaux principaux cette saison ?
Difficile à dire ; Ferrari et McLaren seront de nouveau très performantes, simplement parce qu’elles avaient un énorme avantage sur les autres équipes en 2007. BMW continuera à améliorer ses performances. D’autres équipes feront un pas en avant : peut-être Red Bull, peut-être Williams. La seule chose dont nous sommes certains pour le moment, c’est du travail que nous avons accompli cet hiver et nous sommes satisfaits du résultat. Souvenez-vous : en 2007, nous avons terminé troisième des constructeurs avec une mauvaise voiture, que nous n’avons pas développée pendant la moitié de la saison. En 2008, nous avons une bonne monoplace et un champion du monde à son volant. La situation est prometteuse.

Source : ING Renault F1 Team

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Nelson Piquet , Heikki Kovalainen
Équipes McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités