Brillant cinquième, Gasly gagne son pari

Ayant passé un accord avec Franz Tost avant les qualifications, Pierre Gasly décroche la cinquième place sur la grille et s'assure de pouvoir regagner son hôtel en voiture.

Brillant cinquième, Gasly gagne son pari

Pour la première fois de la saison, Pierre Gasly est le "meilleur des autres" en qualifications. Le pilote français hisse son AlphaTauri AT02 en cinquième position sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie, et échoue à 62 millièmes de la quatrième place détenue par Sergio Pérez. Particulièrement rapide depuis le début du week-end, Gasly ne s'attendait pas à décrocher une telle position compte tenu des performances des pilotes Ferrari et McLaren, abonnés au top 10.

"Honnêtement, nous ne nous attendions pas à être devant Ferrari et McLaren, c'est donc une très bonne surprise", se réjouit-il au micro de Sky Sports. "Je suis vraiment satisfait de mon tour en Q3. Quand je l'ai bouclé, je savais que c'était un bon tour mais je ne m'attendais pas à être devant [les autres pilotes]. Nous avons réussi avec une toute petite marge d'avance, donc je suis vraiment content de cette cinquième place."

Lire aussi :

Dimanche, Gasly sera cependant handicapé par ses pneus tendres peu endurants et par le rythme moins compétitif de sa monoplace sur de plus longues distances. Mais l'étroitesse du Hungaroring, rendant la moindre tentative de dépassement difficile, viendra certainement en aide au Français. Ce dernier est convaincu de pouvoir conserver sa cinquième place au drapeau à damier.

"Sur les longs relais, nous avons un peu plus de mal", poursuit-il. "Mais à Budapest, la position sur la piste est très importante parce qu'il est très difficile de doubler, donc je pense que la clé pour nous sera de prendre un bon départ et ensuite d'essayer de garder cette cinquième position. Les deux équipes de tête devraient s'échapper et nous pourrions utiliser l'air libre pour garder les pneus en vie."

"[Finir cinquième] sera l'objectif demain. Nous savons que [les pilotes du top 10] ont des voitures rapides, mais nous avons une meilleure position sur la piste. Je m'attends à une bataille très serrée. Ça va être une longue course, ça ne va pas être facile avec les pneus, il va probablement falloir se battre, mais je suis vraiment motivé."

Cette cinquième place en qualifications a également une signification particulière pour le pilote. En effet, le Français a fait un pari avec Franz Tost, directeur d'AlphaTauri, son moyen de transport vers l'hôtel était en jeu. "J'ai dit [à l'équipe] que nous allions nous qualifier en huitième position", révèle le pilote. "Franz a dit que si je ne finissais pas septième, je devrais rentrer à l'hôtel à pied. Je lui ai répondu : 'D'accord, mais si je me qualifie sixième, tu dois me trouver une Ferrari pour que je rentre à l'hôtel avec'. Il a accepté. Maintenant que je suis P5, peut-être que j'aurai deux Ferrari. On verra bien."

partages
commentaires

Voir aussi :

Red Bull n'a pas de problème avec le "jeu" de Hamilton en fin de Q3
Article précédent

Red Bull n'a pas de problème avec le "jeu" de Hamilton en fin de Q3

Article suivant

Hamilton dément l'idée "bête" selon laquelle il a ralenti les Red Bull

Hamilton dément l'idée "bête" selon laquelle il a ralenti les Red Bull
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021