Brundle a peur que l'argent prime sur le talent

Bien qu'il y ait plus de baquets qu'auparavant, les jeunes pilotes ont de plus en plus de difficultés à accéder à la F1 et principalement s'ils sont démunis de sponsors

Bien qu'il y ait plus de baquets qu'auparavant, les jeunes pilotes ont de plus en plus de difficultés à accéder à la F1 et principalement s'ils sont démunis de sponsors. De plus en plus de baquets "payants" font leur retour dans le paddock et Martin Brundle estime avec crainte que le talent n'est plus suffisant pour parvenir à décrocher un volant.

"Je suis très inquiet à ce sujet, sur plusieurs points. Je vois le marché des jeunes pilotes comme un escalator qui monte de plus en plus vite avec tous les pilotes dessus, et il est bloqué tout en haut, il n'y a nul part où aller." déclare le commentateur de la BBC au show de pré-saison d'Autosport International.

"Ils arrivent ainsi; ils ont fait du karting depuis l'âge de huit ans; ils deviennent pilotes professionnels à l'adolescence; ils sont mentalement et physiquement entraînés; ils ont toutes les informations et connaissances techniques nécessaires; ils sont de parfaits spécimens d'environ 20 ans - parce que si vous n'êtes pas encore en F1 à cet âge, vous êtes probablement trop vieux - et ensuite ils sont menés sur le haut de l'escalator où il n'y a nul part où aller."

L'ancien pilote Benetton prend en exemple Bruno Senna et Nico Hülkenberg qui se retrouveront certainement sans volant en 2011 pour confirmer que l'argent prime dorénavant sur le talent des jeunes pilotes.

"Nous voyons ça avec beaucoup de jeunes de pilote - Bruno Senna serait un bon exemple. Il a eu quelques courses épineuses avec HRT; il n'a pas eu une réelle chance en F1. J'ai dis à mon fils Alex, je ne sais pas si j'y serai parvenu aujourd'hui et à cet âge-là. J'ai toujours eu l'habitude de dire ces cinq dernières années [que] si vous avez le talent, vous y arriverez d'une manière ou d'une autre. Quelqu'un vous repèrera, vous trouvera, sans prêter attention à l'argent, mais aujourd'hui j'ai peur que tout soit question d'argent."

"Quand je vois Nico Hülkenberg perdre son baquet chez Williams à cause des sponsors d'un autre pilote, toutes mes craintes sur les pilotes parfaitement préparés se confirment. Qu'est ce qu'on va faire d'eux? Comment confirmer le talent d'un jeune pilote maintenant qu'il n'y a plus d'essais pour les mettre dans une F1?"

Cependant Red Bull reste un espoir pour les pilotes talentueux, mais il faut rappeler que l'écurie autrichienne a les moyens pour se permettre de ne pas faire payer ses pilotes. Cependant, le cas Brendon Hartley rappelle que même dans le giron Red Bull rien n'est acquis.

"Red Bull utilise les World Series by Renault et fait s'affronter ses jeunes pilotes, c'est plus facile pour eux d'une certaine manière, puisqu'ils ont deux écuries en F1 pour les placer plus tard, d'autres pilotes n'ont pas cette chance."

Pour finir, Brundle se méfie des simulateurs qui selon lui ne retranscrivent pas vraiment la réalité et ne sont pas aptes à évaluer le potentiel d'un jeune pilote.

"Nous avons tous ces trucs de simulateur, mais je ne suis pas du tout convaincu que vous pouvez vraiment confirmer le talent d'un jeune pilote dans un simulateur car il n'y a pas de pression, et passer Copse en septième dans un simulateur est beaucoup plus facile que dans une vraie voiture..."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Martin Brundle , Bruno Senna , Brendon Hartley , Nico Hülkenberg
Équipes Williams
Type d'article Actualités