La brutale réalité des mécaniciens face au calendrier F1

Le calendrier de la Formule 1, qui ne cesse de s'allonger, et la répétition pénible des triples manches poussent le personnel qui voyage à la limite de ses capacités.

La brutale réalité des mécaniciens face au calendrier F1

Les responsables de la F1 tentent toujours de donner l'impression qu'ils font de leur mieux pour gérer les difficultés auxquelles sont confrontés ceux qui travaillent dans la voie des stands.

Cependant, alors que le calendrier de la discipline est appelé à se développer encore plus à l'avenir et que les triples manches sont devenues la norme, de nombreux membres du paddock ont exprimé leur inquiétude de ne pas être écoutés, alors que les choses semblent devoir empirer pour eux à l'avenir.

Si certains patrons d'écurie ont cruellement suggéré que ceux qui n'aiment pas les exigences de travail exténuantes n'ont qu'à trouver un autre emploi en dehors de la F1, la perte injustifiée d'un groupe d'employés pour cause de burnout n'est pas une solution acceptable pour la discipline sur le long terme.

Motorsport.com a recueilli l'histoire de ce qu'est vraiment la vie d'un mécanicien en ce moment, et pourquoi les choses sont proches du point de rupture.

S'adressant anonymement à un membre d'une équipe qui voyage avec le cirque de la F1, il révèle comment la vie a changé pour les mécaniciens ces dernières années, les répercussions de la croissance du calendrier sur ceux qui travaillent dans les garages et ce que la F1 peut faire pour améliorer l'avenir de toutes les personnes concernées.

Voici ses mots...

Lire aussi :

Le point de vue d'un mécanicien

Il est indéniable que la vie de mécanicien de Formule 1 en déplacement est difficile. Il en a toujours été ainsi, et aucun d'entre nous ne fait ce métier parce qu'il recherche la facilité. Nous aimons tous la F1, et nous savons que faire partie du monde des Grands Prix est quelque chose qui demande des efforts considérables. Mais, à mesure que le calendrier s'est allongé et que les triples courses sont devenues la norme, les choses ont atteint un point de rupture pour beaucoup de personnes qui travaillent dans les garages.

Les heures de travail sont nombreuses. Du mercredi précédant une course au dimanche soir suivant, ce sont des journées de 12 heures minimum. Vous ne vous rendez pas compte de ce que cela vous demande jusqu'à ce que vous retourniez travailler à l'usine et où une journée normale de huit heures est presque comique parce qu'elle semble si courte ! En fait, on ne se rend pas compte de la vie anormale qu'on mène en déplacement avant de rentrer à la maison.

Ce qui est particulièrement difficile, c'est le fait que c'est un travail sans relâche, sans temps de récupération. Vous travaillez à partir du moment où vous descendez de l'avion, et cela peut être après un vol vraiment pourri où vous avez été entassé en classe économique et où vous n'avez pas dormi ou très peu.

Après la triple manche de fin de saison au Mexique, au Brésil et au Qatar, la combinaison de vols économiques éprouvants, d'horaires tardifs et de changements de fuseaux horaires a fait que tout le monde était absolument épuisé, et c'est là que je pense avoir vu les gens souffrir le plus.

Le pic de fatigue lorsqu'il survient est une chose horrible, horrible. Lorsque vous êtes loin de vos proches et en déplacement, vous pouvez vous sentir très seul. Ensuite, lorsque vous rentrez à la maison le lundi matin ou le lundi soir, et que vous n'avez pas bien dormi depuis des jours, cela affecte votre vie privée. Cela signifie que vos relations peuvent en souffrir, soit parce que vous êtes agité avec votre partenaire, soit parce que vous avez d'autres choses en tête. Et ce n'est pas juste pour vous ni pour eux.

Vous n'êtes pas seulement fatigué mentalement, vous êtes également épuisé physiquement. Au fur et à mesure que la saison avance, il y a beaucoup de blessures. Les équipes ont des médecins et des kinés pour s'occuper de vous, mais la solution la plus simple est de vous injecter des analgésiques pour vous faire tenir le coup. Il n'y a aucune chance qu'un médecin ordinaire vous donne ce que l'on nous donne pour que nous puissions continuer. Ceux qui ne veulent pas prendre d'analgésiques se tournent vers l'alcool, ce qui n'est pas très bon non plus.

En plus de tout cela, les règles COVID ont ajouté un autre point de stress, d'autant plus que les équipes aiment gérer le calendrier des tests en fonction de ce qui est le mieux pour elles plutôt que pour l'individu. Certaines équipes ne veulent pas que vous fassiez des tests trop tôt, au cas où cela vous empêcherait de participer aux qualifications ou à la course. Au lieu de cela, elles préfèrent que vous attendiez le plus tard possible pour votre PCR de pré-retour.

Mais s'il y a un problème et que le résultat du test ne revient pas pour une raison quelconque, c'est le mécanicien qui en pâtit car il doit rester loin de chez lui un jour de plus pour aller se faire tester à nouveau. Un jour de plus, cela ne semble pas beaucoup, mais cela fait beaucoup quand tout le monde est si fatigué et veut juste être à la maison avec ses proches. C'est typique du manque d'empathie des équipes vis-à-vis de ce qu'elles font subir aux gens.

Entre le stress lié au temps nécessaire pour que les résultats des tests arrivent à temps pour que nous puissions tous rentrer chez nous, l'obligation de s'isoler au Royaume-Uni et les changements de calendrier à brève échéance, nous avons dû renoncer à une grande partie de notre vie au profit de la F1 pour que les gens au sommet de la hiérarchie puissent gagner plus d'argent sans rien recevoir en retour.

En plus de la fatigue et du fait d'être loin de chez soi, il est difficile de trouver un équilibre entre le travail soutenu et les attentes très élevées qui sont placées sur chaque personne dans le garage pour qu'elle travaille à son plus haut niveau. Personne ne veut construire une voiture dans laquelle un pilote abandonne ou se crashe, c'est pourquoi tout le monde est à fond dans cette tâche.

Et cela ne fait qu'ajouter au stress. Les pilotes, et tout le personnel de l'usine, comptent sur vous pour travailler à 100% et ne pas faire d'erreurs. Mais tout le monde peut faire des erreurs. Nous ne sommes que des humains, et j'en ai fait beaucoup dans ma vie.

Quand vous en faites, il y a juste cette déception silencieuse des autres. On vous demande pourquoi vous avez laissé faire, pourquoi vous n'étiez pas plus conscient des choses, et c'est difficile d'accepter cela en plus de tout le reste. Vous commencez alors à douter de vous-même. Cela vous déstabilise, et vous risquez de faire encore plus d'erreurs parce que vous commencez à être plus stressé. C'est mentalement fatigant.

La pression de tout cela, à laquelle s'ajoute la fatigue provoquée par le nombre de courses et les triplettes, a atteint un point tel que l'atmosphère dans les garages peut parfois être très toxique. Et cette toxicité vient du fait d'être dans une arène de compétition. C'est presque comme un environnement d'entreprise où l'on essaie de gravir les échelons, mais où les gens n'arrivent à rien, alors ils finissent par être horribles avec les autres.

Il y a beaucoup de plaisanterie, mais cela peut devenir très vite désagréable. J'ai souvent vu des situations où c'était drôle, mais où la limite était franchie et où l'humour devenait trop sombre. Il peut avoir un impact négatif sur certains membres de l'équipe qui ont des doutes quant à leur apparence, leur sexualité ou leur statut professionnel. L'exacerbation de ces angoisses peut conduire à la dépression et à tout ce qui l'accompagne, comme l'isolement social et un mode de vie malsain.

C'est une toxicité causée par le fait que tout le monde est tout le temps les uns sur les autres : il n'y a pas moyen de s'échapper pour prendre un peu de repos.

Les gars doivent construire la voiture, puis tout de suite après, ils doivent peut-être construire la boîte de vitesses et ensuite, ils doivent peut-être s'occuper de la suspension. Parfois, il n'y a même pas une demi-heure pour déjeuner, car vous avez l'impression de devoir engloutir votre nourriture pour vous remettre au travail.

Les équipes ont essayé de faire leur possible pour améliorer les choses, et il y a des aspects qui vont mieux maintenant par rapport à il y a quelques années. Le couvre-feu a un peu aidé, et bien sûr nous n'avons pas besoin de faire tout un tas de tests entre les courses comme c'était le cas il y a quelques décennies.

En ce qui concerne les chambres d'hôtel, nous avions l'habitude de devoir les partager, mais maintenant beaucoup d'équipes ont réalisé que le fait de donner à chacun une chambre individuelle n'affecte pas trop leur budget. Et la réaction positive qu'elles obtiennent de la part des gens grâce à cela est très bénéfique pour les équipes.

Cependant, la sensibilisation à la santé mentale sur les réseaux sociaux des équipes concerne souvent les pilotes, mais pas le reste du personnel.

On a l'impression que les dirigeants ne veulent pas évaluer leurs mécaniciens et techniciens car ils auraient peur des résultats. S'ils connaissent les résultats, ils savent qu'ils doivent agir en conséquence et, en fin de compte, un mécanicien n'est pas assez important pour qu'on s'en préoccupe ou qu'on dépense de l'argent supplémentaire.

Certains d'entre nous ont donc le sentiment que si nous nous effondrons mentalement – et je connais des collègues à qui c'est arrivé – il n'y a pas de soutien supplémentaire pour nous. Personne ne viendra nous sauver. Souvent, quand les gens parlent du stress et des contraintes du calendrier gigantesque de la F1, ils disent : "Si vous n'aimez pas ça, vous pouvez partir". Certains patrons d'équipe l'ont même dit.

Mais cette attitude montre à quel point certains sont déconnectés de la réalité de ce qui est nécessaire en F1, et cette croyance que l'on peut simplement remplacer le personnel comme on remplace des ampoules.

Si vous poussez tout le monde à bout, il ne restera plus que des enfants pour faire le travail. Vous ne trouverez pas de grands mécaniciens, vous ne trouverez pas de grands techniciens, et le sport dans son ensemble faillira parce que ce ne sera plus le meilleur personnel qui travaillera pour les meilleures équipes qui attireront les meilleurs pilotes.

Si une équipe pense qu'elle peut promouvoir quelqu'un de jeune et frais, issu d'une catégorie junior et sans expérience, et s'attendre à ce qu'il remporte des championnats à l'avenir, alors elle ne comprend pas la réalité de ce sport.

Comme tout maître artisan, vous avez besoin d'une personne expérimentée pour transmettre son savoir et créer le meilleur produit. La F1 n'est pas très éloignée de cela, et vous avez besoin de la génération précédente pour enseigner à la nouvelle génération. Sans cela, une équipe ne parviendra pas à être la meilleure.

J'ai le sentiment que la F1 est proche d'un point de basculement, avec un calendrier qui s'allonge et des patrons qui pensent qu'ils peuvent continuer à enchaîner les triples courses. Beaucoup de gens ont parlé de démissionner cette année, ce qui n'est jamais arrivé depuis que je suis dans ce championnat.

Normalement, à la fin de la saison, il y a deux ou trois membres de l'équipe qui décident qu'ils ne veulent plus se rendre sur les courses. Mais cette année, il y a eu beaucoup plus de gens qui ont parlé de la nécessité de partir. Je pense qu'avec le COVID, les gens se rendent compte qu'il y a une vie en dehors de la F1.

Je m'inquiète également pour l'avenir à long terme car, en plus du stress et de la tension causés par le calendrier, les mécaniciens paient un lourd tribut au plafonnement des dépenses. Le salaire d'un mécanicien a quasiment stagné au cours des 20 dernières années – et quelle motivation cela vous donne-t-il pour le temps, l'effort mental et physique que vous investissez au fil des années dans ce sport ?

En outre, comme les équipes essaient de limiter leurs dépenses en raison du plafond, elles ne peuvent tout simplement pas se permettre d'accorder des augmentations de salaire qui suivent l'inflation. Cela va donc bloquer les salaires et tuer le marché de l'emploi en F1, qui va se retrouver derrière les autres championnats.

Il existe un scénario étrange dans lequel il est presque préférable d'aller travailler en Formule 2, en Formule E ou en WEC pour un salaire légèrement inférieur, mais en faisant presque moitié moins de courses et sans avoir à supporter tous les tracas d'un calendrier de 23 courses. Ça ne devrait pas être comme ça.

Cela signifie également que pour ceux qui aiment la F1, et qui peuvent supporter le stress, il n'y a tout simplement pas la possibilité de tracer une carrière normale. Dans le passé, vous pouviez aspirer à devenir le mécanicien numéro un, le chef mécanicien et même plus. Et obtenir à chaque fois une augmentation de salaire décente.

Cette voie n'existe plus car les échelons de rémunération ne sont tout simplement pas là, et si le personnel à l'intérieur du sport ne voit pas d'avenir, comment diable la F1 peut-elle espérer attirer les individus les plus prometteurs venus de l'extérieur ? Et est-il logique que le plafond budgétaire exclue le personnel le mieux payé de l'équipe, qui jouit déjà de beaucoup plus de luxe que ceux qui travaillent dans le garage ?

Je pense que la direction des équipes et ceux qui dirigent la F1 sont conscients de ce qui se passe, mais je ne pense pas qu'ils le comprennent pleinement, c'est pourquoi ils ne ressentent pas l'urgence de faire des changements qui aideraient tout le monde. Si la F1 ne fait rien et ne réagit pas à ce que beaucoup de mécaniciens ressentent, alors vous allez vous retrouver avec une forte rotation du personnel, et ce sont les équipes qui en pâtiront le plus.

Je ne suis pas sûr que ce soit seulement le personnel qui pense que 23 courses, c'est trop : j'ai l'impression que même les fans pensent qu'une série de trois courses n'est pas géniale. On a l'impression que la discipline se déprécie d'une certaine manière, que chaque course n'a plus la même valeur et la même importance parce qu'il y en a beaucoup.

Et pourquoi n'y a-t-il pas plus de réflexion sur un calendrier qui fonctionne mieux pour le personnel ? Pourquoi, par exemple, allons-nous d'Azerbaïdjan directement au Canada l'année prochaine ? Cela n'a aucun sens, d'autant plus quand un trajet Turquie/Bakou semble beaucoup plus judicieux.

Il existe pourtant certaines solutions qui nous aideraient beaucoup. Bien sûr, les salaires sont toujours importants. Il faut repenser la structure des salaires dans le sport pour s'assurer que ceux qui sont en première ligne ne sont pas les plus touchés par le plafonnement des dépenses. Ce qui semble être une petite augmentation de salaire pour les patrons ferait une énorme différence pour beaucoup d'entre nous sur le terrain.

De même, pourquoi ne pas nous sortir de nos sièges d'avion économiques exigus pour certaines des courses les plus exténuantes, afin qu'à l'atterrissage nous soyons en bien meilleure forme pour faire un meilleur travail pour les équipes ?

Et pourquoi ne pas insister davantage sur un système de rotation du personnel, afin que les meilleurs membres de l'équipe restent frais et dispos et motivés pendant toute la saison ? Je sais qu'une équipe a essayé de reposer ses mécaniciens pendant quelques courses cette année et que cela a fait une grande différence.

Mais la chose la plus importante qui pourrait aider est peut-être un peu d'empathie de la part des dirigeants de la F1. Nous faisons tous ce métier parce que nous aimons les Grands Prix, mais il arrive un moment où notre bien-être mental et physique doit passer avant les besoins du sport pour continuer à produire des courses.

Plus de temps libre pour faire de l'exercice et récupérer, des examens de santé appropriés pour s'assurer que nous pouvons donner le meilleur de nous-mêmes, et une meilleure compréhension de ce qu'est réellement notre vie lorsque nous atteignons ces moments creux violents au milieu d'une énième série de trois courses, voilà ce qui ferait toute la différence.

partages
commentaires
Dernier crash-test pour la Haas 2022 avant Noël
Article précédent

Dernier crash-test pour la Haas 2022 avant Noël

Article suivant

Vers une obligation vaccinale pour le personnel F1 en 2022

Vers une obligation vaccinale pour le personnel F1 en 2022
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021