Buemi admiratif de Senna, Federer et Jobs

Pilote de réserve Red Bull Racing, Sébastien Buemi ne chôme pas, entre les sessions dans le simulateur, le (victorieux) programme d'endurance de Toyota en LMP1 et son rôle de consultant pour la télévision suisse

Buemi admiratif de Senna, Federer et Jobs

Pilote de réserve Red Bull Racing, Sébastien Buemi ne chôme pas, entre les sessions dans le simulateur, le (victorieux) programme d'endurance de Toyota en LMP1 et son rôle de consultant pour la télévision suisse. Seb' parle de son style de vie et de ses sources d'inspiration entre les courses.

Comment vous relaxez-vous en dehors de la F1? Quelle serait la journée parfaite?

Quand je ne suis pas en F1 pour une longue période, comme lors des courses précédentes, alors j'aime juste passer du temps avec mes amis et ma famille. Si ce n'est pas le cas, j'aime m'entraîner à la maison, où il n'y a pas autant de pression et de calendriers serrés. Il faut tellement s'entraîner pour ce job que vous avez vraiment besoin d'aimer cela. Et plus vous en faites, plus vous vous aimez en faire.

Y a-t-il un aspect de l'entraînement que vous affectionnez particulièrement? Beaucoup de pilotes sont passionnés de cyclisme.

Certains pilotes donnent tout dans une seule direction, mais moi, j'aime faire des choses variées. Vous devez vous stimuler vous-même en faisant des choses un peu différentes tout le temps. Il faut être stimulé mentalement pour être meilleur à chaque fois et toujours apprendre de nouvelles choses.

Que feriez-vous si vous ne pouviez pas travailler comme vous le faites maintenant?

C'est très difficile. Peut-être un autre sport. J'aime la compétition, donc peut-être le tennis. Mais je ne sais pas. C'était tellement clair pour moi quand j'avais 4 ans que c'était ce que je voulais faire. Je n'ai jamais pensé à autre chose. Si je ne faisais pas cela? Peut-être que je serais juste en train de finir l'université ou autre chose. Je pense que j'aurais adoré faire un autre sport parce que je n'aime pas la routine d'un travail régulier.

A part le pilotage, en quoi êtes-vous vraiment bon?

Le tennis de table. J'ai débuté quand j'étais jeune. J'ai fait un stage et j'ai joué en club. Depuis l'âge de 6 ans jusqu'à mes 13 ans, j'ai fait du tennis de table et de la gymnastique, mais ensuite j'ai changé, puisqu'on ne peut pas tout faire.

Si vous deviez choisir 3 invités, du passé ou du présent, pour un dîner, qui choisiriez-vous?

Sans aucun doute Roger Federer. Je l'inviterais lui et ensuite… Ayrton Senna et Steve Jobs. Il y a beaucoup de personnes que j'aurais pu choisir mais ce devrait être une conversation intéressante.

Avez-vous peur de quelque chose?

Des requins. Quand je vais en Australie, j'ai toujours peur d'aller dans l'eau. Je sais que c'est irrationnel et qu'il n'y en aura pas mais j'y pense quand même.

Y a-t-il une chose que vous n'avez jamais faite mais que vous vous voudriez vraiment réaliser?

Un saut en parachute. J'aimerais bien faire ça, juste pour l'adrénaline. J'ai un peu peur de ça, mais c'est une partie de l'attraction.

partages
commentaires
Jean-Eric Vergne soutenu par Toro Rosso
Article précédent

Jean-Eric Vergne soutenu par Toro Rosso

Article suivant

Helmut Marko critique Webber

Helmut Marko critique Webber
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021