Button n'a pas peur d'arrêter la F1 mais veut terminer le travail

Reconduit pour 2016, Jenson Button revient sur ce qui l’a convaincu de rester chez McLaren en 2016 malgré une saison difficile avec le bloc V6 turbo hybride Honda.

Alors qu’il semblait promis à la retraite, le Britannique va finalement rempiler pour une année supplémentaire en Formule 1, la 17ème depuis ses débuts en l’an 2000.

"Il y a tant de choses que je veux encore accomplir en Formule 1", assure le Champion du Monde 2009. "Comme Ron m’a dit : "Nous avons vraiment un travail à terminer" et c’est définitivement le cas en Formule 1."

"Cette année a été très difficile pour toute l’équipe et de voir comme les gens ont bien travaillé ensemble et à quel point tout le monde a poussé dans le même sens dans une situation aussi difficile, ça aide aussi à prendre la décision."

"Ça vous fait réaliser que cette équipe donnera tout ce qu’elle peut pour réussir à l’avenir. Je suis très excité par cela", poursuit-il.

Il assure ne pas craindre le moment où il raccrochera le casque en F1 : "Je n’ai pas peur de m’arrêter. Il y a tellement de choses dans la vie que je veux faire mais ce n’est pas le moment pour moi de quitter la Formule 1."

McLaren "bien plus haut" en 2016

Honda a déjà définit ses priorités pour l’hiver concernant le développement de l’unité de puissance. S’il ne peut pas se prononcer en précision, Jenson Button estime que les progrès dans ce domaine seront grands : "Je ne connais pas les gains que nous allons avoir, vous ne pouvez pas mettre un chiffre dessus mais je sais que ça va être important."

"Il y a certaines choses que vous pouvez faire qui peuvent créer une grande différence, par exemple sur le déploiement [de l’énergie]. Nous perdons beaucoup de temps au tour parce que nous ne délivrons pas autant d'énergie que les autres motoristes."

Le moteur ne sera cependant pas la seule zone d’amélioration, le châssis ne semblant pas exempt de tout reproche : "Mais [nous perdons du temps au tour] aussi à cause de la voiture elle-même, nous pouvons extraire bien plus d’elle et des idées que nous avons, donc ça semble bon pour l’année prochaine."

"Qui sait où nous serons, mais ça sera bien plus haut qu’actuellement", affirme Button. "Tout est possible cette hiver et je sais qu’ils vont tout donner pour trouver le moyen d’avoir plus de déploiement."

Austin, un tracé qui pourrait convenir à la MP4-30

Mais avant 2016, il y a la fin de saison 2015 et sa tournée américaine qui débute ce week-end aux Etats-Unis avant une étape au Mexique dès la semaine prochaine : "Depuis Sotchi, je suis revenu au McLaren Technology Center quelques jours, j’ai travaillé dur avec mes ingénieurs et me suis préparé pour les deux courses à la suite à Austin et Mexico."

"Le Circuit des Amériques possède des longues lignes droites, des gros freinages, des virages rapides et des portions sinueuses, mais sa nature fluide pourrait jouer sur les forces de notre package", explique le Britannique.

"L’année dernière, nous avons vraiment eu du mal avec la dégradation des pneus sur un asphalte relativement neuf, donc nous devons résoudre cela dès que nous serons en piste vendredi et voir ce que nous pouvons faire pour la combattre."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags austin, cota, déclaration, honda, moteur, retraite