C’était il y a 30 ans : Salut, Gilles

Les jours fériés du mois de mai revêtent décidemment une tragique aura pour les amateurs de sport auto-mobile

Les jours fériés du mois de mai revêtent décidemment une tragique aura pour les amateurs de sport auto-mobile. Il y a 30 ans jour pour jour, Gilles Villeneuve trouvait la mort lors du weekend du Grand Prix de Bel-gique, dans un accident impliquant également Jochen Mass.

Plus que sur le weekend qui vit s’éteindre celui que nombreux considèrent comme le plus grand pilote et caractère qu’ait connu la F1, ou les circonstances du crash lui-même, c’est vers l’héritage laissé par Villeneuve que l’on préfèrera se tourner pour nous remémorer le champion. Un héritage chargé de souvenirs de piste, de témoignages admiratifs des pilotes l’ayant côtoyé, mais aussi ce vide laissé auprès d’une génération d’amateurs de F1 voyant en lui le futur grand du sport.

Réellement populaire auprès des passionnés, apprécié dans le paddock, le légendaire N°27 de la Scuderia, (qu’il porta lors de 19 de ses 67 GP) suscitait même l’admiration du Commendatore Enzo Ferrari. “Il a fait de Ferrari un nom dans les foyers et je l’appréciais énormément”, a écrit celui-ci. Au Québec, Villeneuve était également un phénomène, et pas moins de 5000 personnes virent lui rendre hommage lors de funérailles suivies par le Premier Ministre.

Aujourd’hui, le circuit de l’Ile Notre-Dame porte le nom de son héros, à qui un bien connu Salut Gilles est adressé lors de chaque passage des pilotes sur la ligne de départ/arrivée.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Gilles Villeneuve , Jochen Mass
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités