C'était hier: Quand un accident a fait sourire...

C’est l’une des nouveautés que vous propose dès aujourd’hui ToileF1

C’est l’une des nouveautés que vous propose dès aujourd’hui ToileF1.com. Chaque mercredi, vous pourrez retrouver un article "C’était hier…" revenant sur un fait marquant, un accident ou encore une anecdote de l’histoire de la Formule 1.

De plus, tous les lundis, l’histoire sera également au rendez-vous sur ToileF1.com avec un article "Le jour de gloire de…" retraçant le moment de triomphe de l’un des quelques 900 pilotes de la Formule 1.

Et comme deux bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules, place au plaisir des yeux le vendredi sur ToileF1.com avec l’ajout hebdomadaire d’une nouvelle galerie photos revenant sur un ancien Grand Prix ou d’autres ingrédients de la Formule 1. Ce vendredi, les Pit Babes de la saison 2010 seront à l’honneur sur ToileF1.com.




Quand un accident fait sourire...



Le 18 août 1985, un nouveau Grand Prix d'Autriche démarre sur le verdoyant circuit de Zeltweg. Alain Prost, parti en pole position sur sa McLaren, s'élance en tête. Mais c'est derrière que se joue le spectacle.

Au 13ème tour, Andrea de Cesaris, flamboyant Italien réputé pour ses cascades, part en travers à la sortie d'une courbe. Sa Ligier-Renault file dans l'herbe et glisse à haute vitesse jusqu'à ce que l'arrière bute sur le terrain en pente et s'envole dans une série de cabrioles effrayantes. Une roue s'échappe, heureusement sans blesser personne.

Voilà que la voiture bleue s'immobilise dans le bon sens. À l'époque, on aurait pu craindre le pire pour Andrea de Cesaris : fracture de la jambe, bras cassé, cheville brisée, traumatisme crânien ? Rien !

Penaud, l'Italien sort de sa monoplace, la combinaison pleine de boue... Il a plu la veille et c'est probablement ce qui a aidé à amortir le choc. Le public l'acclame, les spectateurs ont eu, grâce à lui, leur moment fort de la course !

Mais c'est en rentrant aux stands que se joue la scène la plus drôle : essayant peut-être de justifier sa grossière erreur de pilotage, Andrea annonce avec son accent italien : "J'ai fait un tétacou…" Un accident qui précipitera son éviction de l'écurie française où il sera remplacé par Philippe Streiff.

Néanmoins, Andrea de Cesaris a poursuivi sa carrière jusqu'en 1994, disputant 208 Grands Prix tout au long de sa carrière, avec seulement une pole position et cinq podiums à son palmarès. Il reste à ce jour le recordman du nombre de Grands Prix courus sans remporter la moindre victoire.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Alain Prost , Andrea de Cesaris , Philippe Streiff
Équipes McLaren
Type d'article Actualités