Carlos Ghosn doit valider l’idée de moteurs non-badgés

Renault affirme que l’idée de fournir des moteurs non-badgés à Red Bull Racing en 2016 dépend de la décision du constructeur automobile à rester, ou non, en Formule 1.

Tel que révélé par Motorsport.com peu après le Grand Prix du Mexique, Carlos Ghosn, PDG de Renault, évalue la proposition de continuer à fournir des moteurs à Red Bull, même si ceux-ci ne porteraient plus officiellement le nom de ‘Renault’.

Le temps commence à manquer pour les ingénieurs de Red Bull Racing qui doivent finaliser le design de la prochaine monoplace. Mais Renault Sport F1 indique que la décision dépend du choix final de la maison mère sur son implication en F1.

Ghosn devrait bientôt prendre cette importante décision, qui implique aussi le rachat potentiel de l’écurie Lotus.

Renault a priorité

Directeur exécutif de Renault Sport F1, Cyril Abiteboul déclare: "Je crois que je peux dire que Red Bull a trouvé une solution à son problème. Nous confirmerons le degré d’implication de Renault, mais l’objectif premier est de statuer sur le désir de Renault à rester en F1".

"Notre participation en F1, et une annonce à propos de l’implication de Renault en F1, ne concernent pas que l’écurie Red Bull, car nous avons bien indiqué que nous ne voulions plus être son motoriste. Alors, que voulons-nous faire en F1? Avec qui voulons-nous être associés? Que voulons-nous réaliser avec Lotus? Que faisons-nous des équipes Red Bull et Toro Rosso?"

Abiteboul poursuit: "Qu’advient-il des entreprises affiliées au programme Renault, comme l’entente Total/Infiniti. Je sais que bien des rumeurs circulent en ce moment, mais l’élément déclencheur sera la décision prise par notre chef de la direction".

Des propos inacceptables

Les propos tenus en public cette saison entre Red Bull et Renault ont été particulièrement durs. Par contre, le constructeur automobile français pourrait accepter de continuer à fournir des moteurs à l’écurie autrichienne, car elle ne veut pas être perçue comme celle qui l’empêchera de courir.

Abiteboul confirme que les propos tenus par Red Bull ont été incendiaires, et que ce partenariat ne peut, en aucun cas, continuer sur les mêmes bases, et que le logo de Renault ne peut plus apparaître sur les moteurs.

Interrogé sur la possibilité de fournir des moteurs non-badgés, Abiteboul répond: "Si nous fournissons des moteurs à Red Bull, cela [les moteurs non-badgés] représente pour nous une solution acceptable".

"Tout le monde m’a encouragé à regarder devant moi, et non pas derrière. Mais certains épisodes de cette histoire, et en particulier les événements récents, rendent certaines personnes très nerveuses à propos de cette association. Je comprends parfaitement que Red Bull puisse critiquer notre produit. D’autres personnes ne le comprennent pas. Mais moi, je le comprends. Red Bull peut me critiquer, ou critiquer le groupe technique, mais il n’est pas acceptable qu’il critique la marque. Donc, ce que vous mentionnez [les moteurs non-badgés], a bien du sens, car cela répond à un certain besoin".

Si l’idée de voir Red Bull utiliser des moteurs Renault non-badgés semble être la plus logique, il reste toutefois une mince possibilité d’arriver à une entente avec Honda, en dépit des objections émises par McLaren.

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags renault