Le mystère Reutemann, l'étoile qui ne rejoignit jamais le firmament

Carlos Reutemann a brillé en Formule 1 pendant une décennie avec Brabham, Ferrari, Lotus et Williams. Il a remporté 12 Grands Prix en 150 départs, mais même s'il a eu l'opportunité d'être titré en 1981, il n'a jamais été sacré Champion du monde.

Le mystère Reutemann, l'étoile qui ne rejoignit jamais le firmament

En 1974, l'Argentin Carlos Reutemann remportait son premier Grand Prix, à Kyalami en Afrique du Sud. Ce succès était significatif pas seulement car il s'agissait de la première victoire en Championnat du monde d'une Brabham depuis 1970, mais aussi parce qu'il s'agissait de la première victoire d'une monoplace conçue par Gordon Murray.

Lire aussi :

Le fait que Reutemann trouve le chemin de la victoire aussi tôt dans sa troisième saison à ce niveau n'était pas vraiment une surprise pour le monde de la Formule 1. La plupart de ses rivaux l'attendaient même plus rapidement, depuis que Carlos avait signé avec le nouveau patron de Brabham, Bernie Ecclestone, en 1972 et réalisé la pole position dès son premier Grand Prix !

Ci-dessous des photos de la saison 1972 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Brabham BT34
Carlos Reutemann, Brabham BT34
1/4

Photo de: Sutton Motorsport Images

Carlos Reutemann, Brabham
Carlos Reutemann, Brabham
2/4

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann, Brabham BT34 Ford devant Chris Amon, Matra MS120C
Carlos Reutemann, Brabham BT34 Ford devant Chris Amon, Matra MS120C
3/4

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann
Carlos Reutemann
4/4

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Même si le reste de sa saison de rookie fut gâché par la médiocre Brabham BT37, la campagne 1973 débuta de façon prometteuse une fois la BT42 de Murray en piste. Dans une ère où seuls les six premiers inscrivaient des points, Reutemann a été récompensé six fois sur les neuf dernières courses de la saison, avec notamment deux podiums. Puis, lorsque Murray mit au point la remarquable BT44 pour 1974, Brabham commença à ressembler de nouveau à une équipe digne de son fondateur, Sir Jack Brabham, et Reutemann remporta trois victoires cette année-là.

Ci-dessous des photos de la saison 1974 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Brabham BT44 Ford
Carlos Reutemann, Brabham BT44 Ford
1/3

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann, Brabham BT44 Ford leads Niki Lauda, Ferrari 312B3
Carlos Reutemann, Brabham BT44 Ford leads Niki Lauda, Ferrari 312B3
2/3

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann, Brabham celebrates
Carlos Reutemann, Brabham celebrates
3/3

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

La superbe BT44B, évolution pour la saison 1975, fit face à la rapide et fiable Ferrari 312T de Niki Lauda, et Reutemann se retrouva alors avec le problème inverse de l'année précédente. Murray était parvenu à corriger les défauts de l'originale, de telle sorte qu'elle était devenue quasiment infaillible, mais elle manquait désormais de vitesse de pointe. Reutemann maltraitait ses pneus Goodyear juste pour essayer de garder le rythme des monoplaces rouges lors des courses. Il finira troisième du championnat avec une victoire – chanceuse, au Nürburgring – et cinq autres podiums. Mais, pour la première fois, il connut un équipier redoutable en la personne de Carlos Pace et fut mis en difficulté en qualifications, une tendance qui se confirma en 1976.

Ci-dessous des photos de la saison 1975 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Brabham BT44
Carlos Reutemann, Brabham BT44
1/5

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Carlos Reutemann, Brabham BT44B
Carlos Reutemann, Brabham BT44B
2/5

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann, Brabham BT44B Ford
Carlos Reutemann, Brabham BT44B Ford
3/5

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Gordon Murray and Bernie Ecclestone with Carlos Reutemann, Brabham BT44B-Ford
Gordon Murray and Bernie Ecclestone with Carlos Reutemann, Brabham BT44B-Ford
4/5

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann, Brabham BT44B-Ford, Bernie Ecclestone, Gordon Murray and Herbie Blash
Carlos Reutemann, Brabham BT44B-Ford, Bernie Ecclestone, Gordon Murray and Herbie Blash
5/5

Photo de: LAT Images

Encore aujourd'hui, cela laisse perplexe. Vu le niveau que Reutemann pouvait atteindre, Pace (qui trouvera la mort en 1977 dans un accident d'avion) faisait peut-être partie de cette caste des grands talents inaccomplis de la F1, dans laquelle on compte notamment Guy Moll, Ricardo Rodríguez, Johnny Servoz-Gavin et Stefan Bellof. Ou alors, comme certains l'ont spéculé, Reutemann perdit de la motivation en détectant un lien plus fort entre la direction de Brabham et Pace. La carrière de Reutemann, comme celle de René Arnoux, fut marquée par des changements d'humeur et de moral qui pouvaient durer la moitié d'un week-end de course ou une demi-saison.

Lire aussi :

Il n'y eut cependant aucun vainqueur chez Brabham en 1976, Ecclestone ayant fait le choix de remplacer les moteurs V8 Cosworth par des Alfa Romeo de 12 cylindres à plat. Les machines à la superbe livrée Martini n'étaient ni rapides, ni fiables et Reutemann fut particulièrement touché avec neuf abandons en 12 courses. Enzo Ferrari enfonça donc une porte ouverte quand il contacta l'Argentin pour remplacer Clay Regazzoni en vue de la saison 1977. Ce transfert eut même lieu prématurément après le terrible et quasiment mortel accident de Lauda au Nürburgring. Mais au moment où Ferrari confirma l'arrivée de Reutemann pour le GP d'Italie, le Champion en titre blessé revint et devança celui qui allait devenir son équipier à plein temps en qualifications et en course.

Ci-dessous des photos de la saison 1977 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Ferrari 312T2
Carlos Reutemann, Ferrari 312T2
1/3

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann leads Niki Lauda
Carlos Reutemann leads Niki Lauda
2/3

Photo de: LAT Photographic

Race winner Carlos Reutemann, Ferrari
Race winner Carlos Reutemann, Ferrari
3/3

Photo de: LAT Images

Lors de la saison 1977, Lauda et Reutemann étaient quasiment à égalité en qualifications, mais le froid Autrichien qui avait peu de temps à consacrer à son équipier remporta trois victoires et le Championnat du monde, alors que l'Argentin ne s'imposa qu'une fois et termina quatrième du classement après une saison où il parut parfois brillant et parfois médiocre.

Lire aussi :

Lauda quittant l'écurie avant la fin de saison, Reutemann fut propulsé dans un rôle de leader, avec le rookie Gilles Villeneuve à ses côtés. Et Carlos répondit magnifiquement bien. Alors que Lotus remportait huit victoires en 1978 et portait Mario Andretti au titre, la plus proche menace pour les superbes Lotus 79 à effet de sol fut la Ferrari 312T3 sans effet de sol et équipée de pneus Michelin pilotée par Reutemann, qui glana quatre succès et la troisième position chez les pilotes.

Ci-dessous des photos de la saison 1979 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Lotus
Carlos Reutemann, Lotus
1/4

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Race winner Jacques Laffite, Ligier JS11 leads third place Carlos Reutemann, Lotus 79
Race winner Jacques Laffite, Ligier JS11 leads third place Carlos Reutemann, Lotus 79
2/4

Photo de: LAT Images

Mario Andretti, Lotus, Carlos Reutemann, Lotus
Mario Andretti, Lotus, Carlos Reutemann, Lotus
3/4

Photo de: David Phipps

Podium: second place Carlos Reutemann, Lotus, Race winner Jacques Laffite, Ligier, third place John Watson, McLaren
Podium: second place Carlos Reutemann, Lotus, Race winner Jacques Laffite, Ligier, third place John Watson, McLaren
4/4

Photo de: Sutton Motorsport Images

Sa cote était donc très élevée au moment où il décida de rejoindre Lotus pour la campagne 1979 mais cette décision fut prise dans le mauvais timing : la nouvelle Lotus 80 ne fonctionnait pas sur la plupart des circuits. Andretti signa la troisième place sur cette belle voiture pour ses débuts, mais il ne l'utilisera que deux autres fois par la suite, alors que Reutemann se refusa carrément à la piloter. Il choisit de rouler au volant de la Lotus 79 qui n'était malheureusement plus assez rapide pour jouer sérieusement la victoire.

Lire aussi :

C'est la Williams FW07 qui fut la révélation de la seconde partie de saison, et Reutemann saisit alors la chance de pouvoir rejoindre l'écurie de Frank Williams en 1980 et de monter dans la FW07B, même si pour cela il devait accepter d'être dans une position de pilote numéro 2 vis-à-vis d'Alan Jones. Un tel contrat allait bien vite devenir inutile, l'Australien remportant cinq Grands Prix et le titre mondial alors que l'Argentin devait se contenter d'un succès et d'une troisième position, également battu par la Brabham de Nelson Piquet.

Ci-dessous des photos de la saison 1981 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Williams FW07C
Carlos Reutemann, Williams FW07C
1/6

Photo de: LAT Images

Carlos Reutemann, Williams FW07C
Carlos Reutemann, Williams FW07C
2/6

Photo de: Sutton Motorsport Images

Carlos Reutemann, Williams FW07C
Carlos Reutemann, Williams FW07C
3/6

Photo de: LAT Images

Podium: Race winner Nelson Piquet, Brabham, second place Carlos Reutemann, Williams, third place Alain Prost, Renault
Podium: Race winner Nelson Piquet, Brabham, second place Carlos Reutemann, Williams, third place Alain Prost, Renault
4/6

Photo de: Sutton Motorsport Images

Juan Manuel Fangio shows the chequered flag to Carlos Reutemann, Williams FW07C-Ford Cosworth
Juan Manuel Fangio shows the chequered flag to Carlos Reutemann, Williams FW07C-Ford Cosworth
5/6

Photo de: LAT Images

Alan Jones and Carlos Reutemann, Williams
Alan Jones and Carlos Reutemann, Williams
6/6

Photo de: Williams F1

Reutemann inversa pourtant la tendance en 1981 au volant de la FW07C, améliorant ses performances en qualifications (dominant ainsi Jones sur le score de 10 à 5), mais cela entraîna des tensions au sein de l'écurie qui, en dépit du titre de Jones, maintenait toujours contractuellement son équipier en position de numéro 2. L'Argentin fut poussé à la faute par l'Australien alors qu'il menait la manche inaugurale de la saison à Long Beach, mais au Brésil, Reutemann maintint son avantage sous la pluie, ne s'écarta pas pour Jones et alla remporter l'épreuve.

Lire aussi :

Il gagna de nouveau à Zolder – une victoire dans la tristesse après avoir, par accident, percuté dans les stands un mécanicien Osella qui trouva la mort des suites de ses blessures – disposant ainsi, au bout de neuf des 15 manches de la saison, d'une avance de 17 points au championnat. Cependant, il n'inscrivit que deux fois des points au cours des six GP restants et, lors des trois dernières courses de l'année, a sembla piloter comme s'il ne souhaitait pas être titré, offrant peu de résistance à ses vrais adversaires, Piquet (finalement champion) et Jones.

Quelques jours après la fin de saison, il décida de prendre sa retraite mais revint sur sa décision, disputant avec Williams les deux premiers GP de la saison 1982 et montant sur un podium, avant de réellement et définitivement quitter la Formule 1.

Ci-dessous des photos de la saison 1982 de Reutemann.

Carlos Reutemann, Williams FW07C
Carlos Reutemann, Williams FW07C
1/2

Photo de: Sutton Motorsport Images

Podium: race winner Alain Prost, Renault, second place Carlos Reutemann, Williams, third place René Arnoux, Renault
Podium: race winner Alain Prost, Renault, second place Carlos Reutemann, Williams, third place René Arnoux, Renault
2/2

Photo de: Sutton Motorsport Images

Alors qu'il s'engagea dans la vie politique en tant que gouverneur de la province de Santa Fe, le monde des sports mécaniques tenta de comprendre l'énigme Reutemann. Était-il trop sensible ? Fallait-il qu'il soit mieux entouré pour donner le meilleur de lui-même de façon plus régulière ? Était-il, consciemment ou inconsciemment, effrayé par l'attention qu'un titre pouvait lui attirer ? Réfléchissait-il tout simplement trop ? Comment un homme pouvait-il être suffisamment fort mentalement pour surmonter la tragédie des stands à Zolder en 1981 en s'emparant de la pole et de la victoire et ne pas montrer la même force au moment de faire face à des équipiers comme Lauda et Jones ?

Personne, peut-être même pas Reutemann lui-même, n'avait les réponses à ces questions. Mais la plupart des gens sont d'accord pour dire qu'à son meilleur niveau, Reutemann était presque intouchable.

partages
commentaires
Comment AlphaTauri gère la crise du coronavirus

Article précédent

Comment AlphaTauri gère la crise du coronavirus

Article suivant

Silverstone ouvert à plusieurs courses et à un circuit à l'envers

Silverstone ouvert à plusieurs courses et à un circuit à l'envers
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021