Sainz, cinquième après 60 tours de souffrance au Nürburgring

Carlos Sainz a vécu une course particulièrement difficile au Nürburgring, malgré le résultat très positif qu'est la cinquième place.

Sainz, cinquième après 60 tours de souffrance au Nürburgring

Il est clair que 24 heures plus tôt, Carlos Sainz n'espérait pas un top 5 au Grand Prix de l'Eifel. Le pilote McLaren n'avait pu faire mieux que dixième en qualifications et était extrêmement insatisfait du comportement de sa MCL35 : il n'avait eu qu'une heure d'essais libres pour s'habituer aux nombreuses évolutions aérodynamiques apportées à cette dernière avant que les choses sérieuses ne commencent. À tel point qu'il pensait que sa course allait se résumer à "collecter des données pour les ingénieurs".

Lire aussi :

Manifestement, cela n'a pas été le cas. Sainz s'est rapidement affirmé comme un outsider dans la bataille pour le podium, certes grâce à l'abandon de Valtteri Bottas, et il a finalement pris la cinquième place derrière Daniel Ricciardo et Sergio Pérez. L'Espagnol est néanmoins convaincu qu'il aurait pu faire mieux s'il avait disposé de l'ancienne version de la monoplace…

"C'est une cinquième place à savourer parce que cela fait dix points, mais quand on souffre en course pendant 60 tours, on n'est pas vraiment à sa place", déclare Sainz à Movistar+ F1. "En fait, je ne suis pas très content. C'est une cinquième place qui a peu de saveur quand on voit Ricciardo et Pérez se battre pour le podium devant. Nous avons manqué une opportunité de nous battre pour ce podium. Avec la voiture que j'avais aujourd'hui, je ne pouvais pas me battre pour le podium, mais avec celle que j'avais il y a deux courses, peut-être que j'aurais pu."

Il semble que Sainz ait souffert d'une usure des pneus excessive : "Nous avions bien plus de graining que les autres. J'espère que ces 60 tours d'analyse et de données seront utiles à l'usine pour comprendre ce qui empêche ce nouveau package de me donner une bonne sensation, pourquoi il n'apporte pas les performances auxquelles nous nous attendions."

Au championnat, malgré les dix points de Sainz, McLaren fait une mauvaise opération, Racing Point en ayant marqué 16 et Renault 15 : la structure de Woking rétrograde au quatrième rang du classement général. Elle était pourtant en position de signer l'un de ses meilleurs scores de la saison, puisque Lando Norris – disposant seulement des évolutions lancées à Sotchi – a longtemps occupé la troisième place avant d'être victime d'un problème lié à son unité de puissance.

"Il va falloir analyser ce qui est arrivé avec Lando, car ce sont des points qui étaient importants pour le championnat. Entre la casse moteur et le peu que nous avons roulé ce week-end, surtout avec ma voiture, nous avons du pain sur la planche. Il va falloir surmonter ça", conclut Sainz.

Avec Sergio Lillo

partages
commentaires

Voir aussi :

Alonso attendu au volant de la Renault la semaine prochaine
Article précédent

Alonso attendu au volant de la Renault la semaine prochaine

Article suivant

Voiture de sécurité au Nürburgring : les explications de la FIA

Voiture de sécurité au Nürburgring : les explications de la FIA
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021