Sainz aura peu d'essais avec Ferrari mais "aime ce genre de défi"

Carlos Sainz n'aura pas beaucoup de temps pour apprivoiser sa Ferrari SF21 mais va relever ce défi avec enthousiasme.

Sainz aura peu d'essais avec Ferrari mais "aime ce genre de défi"

Avec le gel des châssis mis en œuvre jusqu'au terme de la saison 2021, les Formule 1 ne vont pas évoluer drastiquement l'an prochain. C'est en partie pour cette raison que les essais hivernaux de mars prochain seront réduits à leur plus simple expression, avec trois journées de tests… ce qui ne fait pas l'affaire des huit pilotes rejoignant une nouvelle écurie.

Voir aussi :

C'est notamment le cas de Carlos Sainz, recruté par Ferrari à la place de Sebastian Vettel après des performances remarquées chez McLaren. L'Espagnol devra partager le temps de piste au volant de la nouvelle SF21 avec son coéquipier Charles Leclerc, et cela ne fait pas ses affaires, même s'il devrait piloter d'anciens bolides rouges entre-temps pour se familiariser avec la Scuderia.

"Je sais que je vais arriver chez Ferrari et que je vais avoir besoin de mon expérience des courses pour savoir comment tirer le maximum de la voiture", déclare Sainz pour Motorsport.com. "De plus, on dirait que je vais avoir un jour et demi d'essais, je vais aborder ma première course avec seulement un jour et demi d'essais dans une toute nouvelle voiture."

"Pour moi, ça va être dur. Mais j'aime ce genre de défi. J'essaierai de m'adapter du mieux possible et je verrai ce que je peux en tirer." Un discours au ton quelque peu différent de celui tenu par l'Espagnol quelques semaines plus tôt : il estimait alors que ce manque d'essais allait "rendre très difficile" sa première moitié de saison.

Sainz va en tout cas aborder la saison 2021 avec la sérénité de savoir que sa présence à Maranello est (théoriquement) assurée jusqu'à fin 2022. "La pression est toujours élevée chez Ferrari, peu importe combien d'années fait le contrat", souligne l'Ibère. "Je suis le premier à vouloir être aussi rapide que possible dès que je prends la piste. Mais pour moi, c'est important d'avoir un contrat de deux ans. C'est l'une des choses que j'ai toujours dites depuis que j'ai rejoint McLaren et évidemment depuis que j'ai rejoint Ferrari : c'est toujours important pour un pilote d'avoir un peu de stabilité dans une équipe. Je trouve que chez McLaren, dans ma seconde année, j'ai tiré bien davantage de la voiture que lors de ma première."

"Et si l'on regarde des pilotes comme Daniel Ricciardo dans la Renault, on voit clairement à quel point il est important de prendre un peu de temps pour connaître la voiture. On voit le Charles Leclerc d'aujourd'hui par rapport au Charles Leclerc d'il y a un an et demi quand il a rejoint Ferrari : c'est un Charles différent. Si l'on regarde le Lewis [Hamilton] d'aujourd'hui par rapport au Lewis de 2013, lorsqu'il a rejoint Mercedes, il est différent. On sait bien mieux comment extraire la performance de la voiture."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires

Voir aussi :

Pourquoi le gel des châssis pourrait profiter à Red Bull
Article précédent

Pourquoi le gel des châssis pourrait profiter à Red Bull

Article suivant

Bilan 2020 - Russell avait les crocs

Bilan 2020 - Russell avait les crocs
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021