Sainz : "Pas plus de 10 tours pour être à 100%"

D'après Carlos Sainz, les pilotes de Formule 1 ne vont pas peiner à se réadapter après une période d'inactivité forcée.

Sainz : "Pas plus de 10 tours pour être à 100%"

Lorsque le départ du Grand Prix d'Autriche sera donné le 5 juillet prochain, les pilotes de Formule 1 participeront à leur première course en l'espace de sept mois. Dans ce laps de temps, ces athlètes n'ont pu effectuer que trois journées d'essais hivernaux chacun en février ; par la suite, ils se sont efforcés d'entretenir – voire améliorer – leur condition physique dans un contexte à la fois compliqué par la crise du coronavirus et facilité par davantage de stabilité pour ceux qui ont l'habitude de prendre l'avion plusieurs fois par semaine.

Lire aussi :

Les pilotes sont partagés quant à l'impact d'une telle période d'inactivité : certains comme Daniel Ricciardo s'attendent à ce que le premier Grand Prix soit chaotique, quand d'autres, à l'image de Kevin Magnussen, sont convaincus qu'ils ne seront pas rouillés lors de la reprise. Dans un Instagram Live avec Will Buxton pour le compte de la F1, Carlos Sainz semble abonder dans le sens du Danois.

"Je pense que cela va prendre quelques tours pour se sentir précisément à 100%, mais pas beaucoup", estime Sainz. "Pour trouver la véritable limite d'une Formule 1 ? Peut-être qu'en EL1, on va prendre la piste avec un train de pneus durs, on va enchaîner tours d'attaque et tours de refroidissement, puis tout d'un coup on va mettre un nouveau train de pneus, aller plus vite et se dire qu'on commence à ressentir les forces g et les points de freinage. Je serai alors réhabitué au pilotage d'une Formule 1. Je dirais qu'il ne me faudra pas plus de dix tours pour être de retour à 100%."

Sainz est tout particulièrement impatient de renouer le contact avec son équipe, lui qui a passé le confinement à Madrid quand son écurie est basée à Woking (Angleterre). "Tout d'abord, je veux pouvoir retrouver mes ingénieurs, mes mécaniciens, discuter avec eux et prendre de leurs nouvelles", indique l'Espagnol. "Je veux revenir dans le vrai simulateur McLaren et commencer à tester des choses pour préparer la première course. Cela va raviver mon excitation et mon adrénaline. Cela signifiera que nous sommes proches de la première course de l'année. Puis il y aura l'excitation des qualifications, l'excitation de la course. Tout va se faire pas à pas, et j'attends cette montée en puissance avec beaucoup d'impatience."

Rappelons que cette deuxième saison de Sainz chez McLaren sera également la dernière, puisqu'il rejoindra la Scuderia Ferrari aux côtés de Charles Leclerc en 2021.

Lire aussi :

partages
commentaires
Mercedes est en piste à Silverstone avec sa F1 2018

Article précédent

Mercedes est en piste à Silverstone avec sa F1 2018

Article suivant

Kovalainen : Hamilton m'a "vidé de mon énergie"

Kovalainen : Hamilton m'a "vidé de mon énergie"
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021