Changements aéro : la F1 prête à aller plus loin

partages
commentaires
Changements aéro : la F1 prête à aller plus loin
Par : Basile Davoine
14 déc. 2018 à 11:05

Quoi qu'il se passe en 2019 avec les modifications aérodynamiques imposées sur les F1, les dirigeants de la discipline comptent en tirer un maximum d'enseignements pour améliorer encore les choses à l'avenir.

L'année prochaine, les monoplaces utiliseront des ailerons avant plus larges et simplifiés. Une simplification qui touchera également les conduits de frein ainsi que les déflecteurs latéraux, le tout dans le but de limiter le phénomène de perturbation aéro et ainsi faciliter la course en peloton.

Ross Brawn a conscience des doutes déjà émis par rapport à l'efficacité de telles mesures. Néanmoins, le manager sportif de la catégorie reine a insisté sur le fait que ce changement de réglementation sera une première étape, et qu'une réaction sera possible ensuite tout en tirant des conclusions essentielles pour élaborer définitivement le nouveau règlement F1 qui entrera en vigueur en 2021.

Lire aussi :

"Ce que nous apprendrons de ce programme aéro sera considérable pour l’étape suivante, qui sera plus importante, en 2021", souligne Ross Brawn dans une interview accordée au site officiel de la Formule 1. "Ce qu'il faut souligner, c'est qu'il s'agit d'une philosophie et d'une culture, pas d'une solution unique."

"Si nous n'atteignons pas tout ce que nous voulons avec ces changements, nous en tirerons les leçons, nous continuerons avec la phase suivante de modifications et nous le ferons jusqu'à ce que nous ayons des voitures capables de s'affronter efficacement les unes contre les autres, ce qui n'est pas le cas actuellement. C'est utile de voir que les équipes ont pu évoluer et prendre des directions différentes, car nous ne voulons pas le découvrir en 2021."

Si un certain scepticisme semble régner quant au bénéfice des changements aéro l'an prochain, et si Ross Brawn admet que leur efficacité pourrait être limité, il reste toutefois convaincu de leur bien fondé et de ce qu'ils peuvent au moins commencer à apporter.

"Tant que les voitures ne roulent pas, nous ne savons pas quelles solutions ils ont trouvé, mais d'après nos prédictions, nous atteignons une amélioration de 20%", annonce-t-il. "Nous sommes donc à peu près au quart du chemin où nous pourrions être. Mais il n'y a pas de solution unique, dans le sens où nous ferions ça sans plus rien toucher après."

Quel timing pour 2021 ?

2021 concept rendering

Il y a quelques semaines, Liberty Media a présenté des images de ce que pourrait être la Formule 1 de 2021, avec différents types de concept. Une vision du future qui n'a rien de gravé dans le marbre, tant les études menées dans les mois qui viennent seront déterminantes pour définir la future réglementation.

"Avec la FIA, nous avons présenté les grandes lignes de ce que pourrait être la voiture avec les travaux réalisés par chaque équipe", précise Ross Brawn. "Ce n'est pas suffisant pour que les équipes commencent à concevoir une voiture, et nous le faisons délibérément. Nous ne voulons pas que des écuries avec beaucoup de ressources gagnent du temps sur d'autres qui en ont moins. Mais c'est un équilibre difficile, car il y a un argument parfaitement valide qui est que, plus on donne les informations tardivement, plus ça convient aux équipes qui ont beaucoup de ressources."

"Les écuries auront environ une année pour travailler sur le design de ces voitures. Je pense que c'est une bonne échelle de temps. Une fois qu'elles auront conçu leurs voitures pour 2020, elles pourront se concentrer sur 2021."

Article suivant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine