Bientôt des changements en F1 pour combattre les unsafe releases

La Formule 1 s'apprête à modifier les procédures pour les arrêts au stand après que la série d'unsafe releases cette saison a mis en lumière certaines faiblesses dans le système des écuries.

Lors du week-end du Grand Prix de Chine, l'écurie McLaren s'est rendue coupable du cinquième unsafe release de l'année en F1, une semaine après celui qui a entraîné la blessure à la jambe d'un mécanicien de la Scuderia Ferrari lors de la course de Bahreïn.

Ces différents problèmes sont survenus alors que les dix écuries de la grille utilisent un système semi-automatique censé empêcher le feu de passer au vert tant que l'arrêt n'a pas été entièrement réalisé.

Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA, a révélé qu'une solution allait être présentée aux écuries dans les semaines à venir. "Je pense que nous pouvons introduire des choses pour améliorer [les arrêts], pour diminuer la probabilité de faire des erreurs, oui", a-t-il déclaré quand Motorsport.com lui a demandé s'il y avait toujours des inquiétudes après une course du GP de Chine sans incident notable.

"Je pense que nous avons appris quelque chose. Il faut de nouveau analyser les choses pour s'assurer que ce que nous faisons est précisément fait, pour garantir que tout le monde puisse le suivre."

Parmi les innovations technologiques qui ont fleuri autour des arrêts au stand, la présence de capteurs sur les pistolets qui permettent d'aider à savoir quand un changement de roue est réalisé. Quand ce processus est fait sur les quatre roues, le feu passe au vert.

Or, c'est une erreur d'analyse de ce côté-là qui a été à l'origine de l'accident qui a vu Kimi Räikkönen repartir des stands avant même que la roue arrière droite ne soit retirée et briser la jambe gauche de Francesco Cigarini. Ni le jackman derrière la SF71H, ni le superviseur qui aurait pu empêcher le feu de passer au vert, n'ont vu qu'aucune opération n'avait en réalité été faite sur le pneu arrière.

Whiting souhaite que la procédure soit revue pour que plus de paramètres entrent en ligne de compte au moment où le feu doit éventuellement passer au vert. Ainsi, il semble que l'on se dirige vers la mise en place de deux capteurs sur les pistolets : un pour garantir le bon serrage de l'écrou et un pour vérifier sa position au cas où ce dernier ait été serré de travers.

Haas, qui a connu deux unsafe releases en quelques minutes lors du GP d'Australie, et McLaren n'utilisent pas de systèmes à deux capteurs et ont donc relâché leurs monoplaces avec des écrous serrés de travers.

"Ainsi, vous utilisez deux capteurs pour dire à l'opérateur que c'est bon, il presse un bouton, les deux lève-vite sont retirés et la voiture s'en va", a expliqué Charlie Whiting sur la procédure qui devrait être à l'oeuvre une fois ces changements faits.

Le directeur technique de Renault, Bob Bell, a de son côté suggéré en Chine que la FIA pourrait standardiser le système automatisé dans le cadre de la réglementation 2021 pour assurer plus de contrôle sur la sécurité. 

En réponse, Whiting a indiqué que les systèmes individualisés n'étaient pas un problème tant qu'il demeurait impossible pour un opérateur de déclarer qu'une roue est correctement attachée sans en être totalement certain. "Je ne pense pas qu'il faille standardiser cela. Il faut s'assurer, entre autres, qu'il n'y a aucune possibilité pour le gars de dire que c'est bon tant que les deux conditions n'ont pas été remplies."

Avec Scott Mitchell

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags charlie whiting, fia, réglement, unsafe release