Chanoch Nissany, le plus improbable des pilotes de F1

Pour n'importe quel pilote de Formule 1, conclure une séance d'essais à 13 secondes du meilleur temps serait embarrassant, mais Chanoch Nissany n'est pas n'importe quel pilote. Son apparition au volant d'une Minardi au Grand Prix de Hongrie 2005 demeure une grande fierté pour lui : celle d'un rêve devenu réalité.

Chanoch Nissany, le plus improbable des pilotes de F1

C'est une aventure qui a commencé au Grand Prix de Hongrie 2001, où Chanoch Nissany était présent en tant que spectateur. "J'ai commencé quand j'avais 38 ans. J'étais homme d'affaires, je travaillais dans un bureau, et je me rappelle avoir été en tribune à Budapest", se remémore pour Motorsport.com celui qui vivait dans la capitale hongroise et travaillait dans l'immobilier.

"J'ai vu la course et j'ai dit à mon ami : 'Je veux être pilote de F1'. Je n'avais jamais conduit de kart ou de voiture de course, rien ! Mon ami m'a répondu : 'Pas de problème. Quand on sera rentrés, tu prendras tes pilules et tout ira bien'. Mais quand je suis rentré, j'ai commencé [ma carrière] en partant d'une feuille blanche."

Lire aussi :

Nissany avait les moyens financiers nécessaires au début de sa carrière en sport auto, obtenant de surcroît le soutien de l'entreprise israélienne UPEX, qui allait financer son roulage jusqu'à la Formule 1. L'Israélien a fait ses débuts en 2002 dans le championnat de Hongrie de Formule 2000, se classant vice-Champion avant de remporter le titre l'année suivante.

À partir de 2003, Nissany a commencé à disputer des compétitions internationales telles que les World Series Lights, mais aussi trois courses de F3000 en 2004, lors desquelles il a connu deux abandons et une 12e place. En parallèle, malgré son expérience nulle du sport auto de haut niveau, il a obtenu un rôle de pilote d'essais chez Jordan. Pour ses premiers tours de roue, à Silverstone au mois de juillet, il n'a pu parcourir que 25 boucles en raison d'une panne moteur et a tourné 14,5 secondes moins vite que le titulaire Giorgio Pantano.

Chanoch Nissany, Jordan Ford EJ14

Nissany a effectué une nouvelle journée d'essais avec Jordan, puis deux autres chez Minardi, avant d'obtenir un rôle officiel de pilote essayeur au sein de l'écurie italienne pour 2005. Les tests se sont multipliés, avec cette fameuse séance d'essais libres au Grand Prix de Hongrie. À l'époque, il était bien plus facile d'obtenir une Super Licence : il suffisait de "parcourir au moins 300 km au volant d'une Formule 1 contemporaine, à vitesse de course, sur une période de deux jours maximum". Et à l'époque, les essais privés étaient loin d'être restreints comme ils le sont de nos jours !

Lire aussi :

Nissany a ainsi piloté une Formule 1 pour la dixième fois le jour de son 42e anniversaire, en l'occurrence en week-end de Grand Prix, avec un certain engouement de la part des médias israéliens. Un reporter enthousiaste est allé jusqu'à interroger Michael Schumacher au sujet de ce rookie pas comme les autres, et le septuple Champion du monde, perplexe, n'a su quoi répondre : "Je dois m'excuser, je ne sais pas."

Le réalisateur de la FOM n'a pas manqué de suivre les tours de roue d'un Nissany prudent, qui a progressivement pris confiance avant de partir en tête-à-queue au virage 4, à 17 minutes du drapeau à damier. Pas de dégâts, mais il y avait alors un bac à graviers à cet endroit, dans lequel la Minardi PS05 est restée ensablée.

Chanoch Nissany, Minardi

Sur la feuille des temps, Nissany a donc été crédité d'un chrono de 1'34"319, à une poignée de secondes de la référence établie par Alex Wurz (McLaren) en 1'21"411 et de l'autre Minardi, celle de Christijan Albers, en 1'27"540.

Bien loin du niveau des Michael Schumacher, Fernando Alonso et autres Kimi Räikkönen, Nissany a néanmoins réalisé son rêve improbable de partager la piste avec eux. "N'oubliez pas que ça fait 15 ans !" sourit-il. "J'étais fier d'être au Hungaroring, aucun doute là-dessus. C'était une excellente expérience. Mon objectif était très clair : être pilote de Formule 1 officiel et piloter une Formule 1. C'est ce que j'ai fait et accompli. C'est une histoire extraordinaire pour les gens ordinaires, pour quiconque est un homme d'affaires ou un travailleur et a un objectif ou un rêve. Ne dites pas que ce n'est pas possible ! Je voulais montrer à tout le monde que même à 38 ans, si on décide de faire quelque chose, on peut le faire. C'est juste une question de mental."

Nissany a effectué quatre autres journées d'essais pour Minardi, et a ensuite continué de courir en Formule 2000 en Hongrie jusqu'en 2014, à l'âge canonique de 50 ans ; il y compte cinq titres à son actif. Plus récemment, le quinquagénaire a apporté son aide à son fils Roy, qui vient justement d'être nommé pilote d'essais Williams. Tous deux sortent de l'ordinaire dans un pays où la course automobile et même le karting étaient interdits jusqu'en 2011.

Âgé de 25 ans, Roy Nissany est devenu le deuxième israélien à tester une F1 lorsqu'il a pris le volant de la Sauber C31 en 2014 ; sans programme l'an passé, il courait en Formule 2 en 2018 (sans grand succès, avec un point au compteur) et en Formule V8 3.5 les trois années précédentes, avec plusieurs victoires à la clé. Le père et le fils ont bien conscience de vivre des carrières très dissemblables.

"Je me trouve très différent de mon père", commente Roy. "Si l'on regarde son palmarès, il était vraiment unique, étrange et spécial, avec ces débuts à 38 ans. Ses objectifs étaient donc très différents des miens. Commencer si vieux et atteindre la F1, y faire flotter le drapeau israélien, je trouve que c'est un véritable exploit. Mais ce n'est pas ce que j'essaie de faire en ayant débuté à six ans et en gravissant les échelons du sport automobile. C'est sympa d'avoir cet héritage, mais j'écris ma propre histoire."

Chanoch Nissany, lui, est convaincu que son fils a de l'avenir : "Je suis heureux d'avoir accompli ce que j'ai accompli. Mais je pense que Roy peut faire bien davantage, car je n'ai jamais eu le talent. Je ne suis pas dans sa catégorie. J'ai juste eu, disons, la force mentale de le faire. Mais cette génération, la jeune génération – ils sont dans un autre monde."

Chanoch Nissany en photos

Cliquez sur les flèches pour passer d'une image à l'autre.

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
1/18

Photo de: Jordan Grand Prix

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
2/18

Photo de: Mark Gledhill

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
3/18

Photo de: Mark Gledhill

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
4/18

Photo de: Mark Gledhill

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
5/18

Photo de: Mark Gledhill

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
6/18

Photo de: James Moy

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
7/18

Photo de: Jordan Grand Prix

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
8/18

Photo de: James Moy

Chanoch Nissany (Jordan)
Chanoch Nissany (Jordan)
9/18

Photo de: James Moy

La voiture de Chanoch Nissany (Jordan)
La voiture de Chanoch Nissany (Jordan)
10/18

Photo de: James Moy

Chanoch Nissany (Coloni)
Chanoch Nissany (Coloni)
11/18

Photo de: Lyndon McNeil

Chanoch Nissany (Coloni)
Chanoch Nissany (Coloni)
12/18

Photo de: Lyndon McNeil

Chanoch Nissany (Minardi)
Chanoch Nissany (Minardi)
13/18

Photo de: Gareth Bumstead / Motorsport Images

Chanoch Nissany (Minardi)
Chanoch Nissany (Minardi)
14/18

Photo de: Brendon Thorne

Chanoch Nissany (Minardi)
Chanoch Nissany (Minardi)
15/18

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Chanoch Nissany (Minardi)
Chanoch Nissany (Minardi)
16/18

Photo de: Mark Capilitan

Chanoch Nissany (Minardi)
Chanoch Nissany (Minardi)
17/18

Photo de: Mark Capilitan

Chanoch Nissany
Chanoch Nissany
18/18

Photo de: Williams F1

partages
commentaires
Pérez ne voit aucune équipe progresser autant que Racing Point

Article précédent

Pérez ne voit aucune équipe progresser autant que Racing Point

Article suivant

C'était un 25 janvier : Mercedes présente l'équipe du retour en F1

C'était un 25 janvier : Mercedes présente l'équipe du retour en F1
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021