Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
04 sept.
EL1 dans
23 jours
11 sept.
Prochain événement dans
30 jours
25 sept.
EL1 dans
44 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
58 jours
23 oct.
Prochain événement dans
72 jours
31 oct.
Prochain événement dans
80 jours

Ses débuts, ses rêves en sports méca : Leclerc à cœur ouvert

partages
commentaires
Ses débuts, ses rêves en sports méca : Leclerc à cœur ouvert
Par :
Co-auteur: Jonathan Noble, NobleF1
29 janv. 2020 à 08:00

Invité phare du salon Autosport International ce mois-ci, Charles Leclerc en a profité pour donner une interview confession à Motorsport.com, évoquant notamment ses débuts et ses rêves en sports mécaniques, ainsi que des hobbies... un peu dangereux !

Lire aussi :

Cliquez sur les flèches pour passer d'une image à l'autre.

Diapo
Liste

L'école buissonnière pour découvrir le karting

L'école buissonnière pour découvrir le karting
1/6

Photo de: CIK/KSP

À une question sur les origines de sa passion pour le sport auto, Leclerc révèle que ses premiers tours de roue ont eu lieu dans un contexte particulier, puisqu'il avait fait croire à son regretté père, Hervé (lui-même jadis pilote de F3), qu'il était trop souffrant pour aller à l'école.

"Je pense que la première personne [à m'avoir inspiré] est probablement mon père, évidemment", commente le Monégasque. "Il faisait du sport auto aussi, donc il m'a parlé de ses premières courses, de ses premières années lorsqu'il a commencé, les choses comme ça. Puis j'ai fait mes débuts par hasard, en fait. Un jour, je ne voulais pas aller à l'école – comme beaucoup d'enfants, j'imagine. J'ai dit à mon père que j'étais malade, car je ne voulais pas y aller. Heureusement pour moi, il m'a cru, et il se trouve qu'il allait à ce circuit de karting, donc j'y suis allé avec lui. Bien sûr, il a compris que je n'étais pas malade quand j'ai commencé à insister pour tester le kart, ce que j'ai fait."

L'apprentissage incontournable en Formule 1 : le volant

L'apprentissage incontournable en Formule 1 : le volant
2/6

Photo de: Erik Junius

Les Formule 1 contemporaines sont plus complexes que jamais, ce qui est mis en évidence par leur manuel d'utilisation, nécessaire à la maîtrise des nombreux boutons sur le volant. Un apprentissage que Leclerc a préféré réaliser par la pratique, à l'aube de ses débuts en F1 : "J'avais un manuel de 70 ou 80 pages que j'ai dû apprendre quand je suis arrivé en F1, mais apprendre des choses, ce n'est vraiment pas mon truc. J'ai donc plutôt appris sur le simulateur, où j'ai enchaîné les heures. Mais ça vient plus naturellement, car ce qu'il y a sur le volant, ce sont des choses que l'on utilise pendant le tour de qualifications ou en course, et qui contribuent grandement aux performances. Il faut donc les connaître."

Un saut en parachute que Ferrari n'a pas apprécié

Un saut en parachute que Ferrari n'a pas apprécié
3/6

Photo de: Erik Junius

Au lendemain du Grand Prix d'Abu Dhabi, ultime manche de la saison 2019 de Formule 1, Leclerc s'est offert un petit plaisir, non des moindres : l'expérience unique qu'est un saut en parachute. Avec les risques que cela comprend ! Il s'avère que la Scuderia Ferrari n'était pas au courant de ce projet, alors que les activités extraprofessionnelles des pilotes de F1 sont habituellement restreintes afin d'éviter le risque de blessure.

 "Oui, normalement, il faut [attendre la permission de Ferrari], c'est ce que je fais", explique Leclerc. "Mais je ne l'ai pas fait pour le saut en parachute : je me suis dit que si ça tournait mal, je ne serais pas là pour me faire engueuler. Alors je l'ai fait, et ils étaient un peu contrariés. En fin de compte, je ne le ferai pas une deuxième fois. C'était juste histoire de le faire une fois."

 

Son dîner idéal ? Avec Gasly, Ricciardo et Hunt

Son dîner idéal ? Avec Gasly, Ricciardo et Hunt
4/6

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Si vous deviez inviter trois pilotes de Formule 1, du présent ou du passé, à dîner, qui choisiriez-vous ? Leclerc, lui, jetterait son dévolu sur son ami d'enfance Pierre Gasly et Daniel Ricciardo, dont il est également proche, sans oublier le regretté James Hunt, Champion du monde 1976, connu pour son caractère jovial et pour son franc-parler.

"Eh bien, Pierre Gasly car c'est un très bon ami à moi. Daniel Ricciardo, car c'est aussi un bon ami à moi, et sûrement James Hunt. Il a l'air marrant, donc juste pour un peu mieux le connaître."

Quant à savoir à quel pilote historique Leclerc aimerait se mesurer en piste : "Ayrton Senna. Aucun doute, car il est ma seule idole, même si je ne l'ai jamais vu en vrai. Il a toujours été une grande source d'inspiration pour moi. Donc si je dois choisir quelqu'un, c'est lui."

Son rêve : piloter la F2004...

Son rêve : piloter la F2004...
5/6

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc en parle souvent, il est tombé amoureux de la Formule 1 en regardant le Grand Prix depuis le balcon d'un ami, surplombant le virage de Sainte-Dévote. Peut-être a-t-il posé les yeux sur la Ferrari F2004 de Michael Schumacher au moment où elle abordait ce freinage, en photo ci-dessus ; il avait alors six ans. En tout cas, lorsque nous lui demandons quelle F1 au cheval cabré il souhaiterait tester, il répond : "Probablement la Ferrari de 2004. Juste parce qu'elle était extrêmement rapide, et juste pour rouler avec ce son, qui nous manque un peu en F1 en ce moment, à mon avis. Le simple fait de piloter une telle voiture procure de l'émotion."

Quant aux modèles de série, Leclerc aimerait avoir une LaFerrari, mais lorsqu'il s'agit de savoir s'il devrait en demander une au directeur d'équipe Mattia Binotto comme voiture de fonction et où il pourrait la garer, il s'esclaffe : "La garer ? Je suis sûr que s'ils me la donnent comme voiture de fonction, je trouverai un endroit. Mais ce sera sûrement difficile de l'avoir comme voiture de fonction."

... et pourquoi pas une MotoGP ?

... et pourquoi pas une MotoGP ?
6/6

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Enfin, Leclerc aimerait-il s'essayer à d'autres disciplines en sports mécaniques ? Le rallye, auquel s'adonne régulièrement Valtteri Bottas, et le MotoGP, que vient de découvrir Lewis Hamilton, lui font envie.

"À vrai dire, je suis obsédé par la Formule 1, donc pendant l'intersaison, je préférerais juste faire quelques Grands Prix de plus", tempère le pilote de la Scuderia. "Mais si je devais choisir, le rallye serait sûrement quelque chose que j'aimerais découvrir un jour. C'est relativement différent de ce dont j'ai l'habitude – tourner en rond du matin au soir. Le rallye est donc quelque chose d'enthousiasmant que j'aimerais tester. J'aimerais aussi piloter une MotoGP, mais je ne suis pas sûr que Ferrari soit d'accord ! Il faut que je demande, mais j'adore les motos en général."

La nouvelle Mercedes W11 a démarré pour la première fois

Article précédent

La nouvelle Mercedes W11 a démarré pour la première fois

Article suivant

L'heure de départ du GP du Japon modifiée en 2020

L'heure de départ du GP du Japon modifiée en 2020
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Benjamin Vinel