Chausser les bons pneus au bon moment sera la clé

Paul Hembery se satisfait une nouvelle fois du spectacle vu ce samedi lors des qualifications du Grand-Prix de Grande-Bretagne, fortement animée par la pluie

Paul Hembery se satisfait une nouvelle fois du spectacle vu ce samedi lors des qualifications du Grand-Prix de Grande-Bretagne, fortement animée par la pluie.

Un petit peu comme sur le Grand Prix du Canada de l’an dernier, nous avons vécu une interruption assez longue des qualifications de Silverstone, suivie par un final très excitant qui valait toute cette attente !

Le Directeur de Pirelli Motorsport estime qu'il était inévitable d'interrompre la Q2, disputée sous des trombes d'eau et avec une importante quantité d'eau stagnant sur la piste.

Bien que nos pneus pluie puissent disperser 60 litres d’eau par seconde, la quantité d’eau stagnante ainsi que les rejets des autos, rendirent les conditions trop dangereuses pour poursuivre en Q2”.

Selon le Britannique, le bonne compréhension des équipes de là où se trouvent les fenêtres d'exploitation des pneus, notamment entre les intermédiaires et les pluie, sera la clé de la course aujourd'hui.

“Les conditions mixtes ont lancé énormément de variables sur la table en termes d’adhérence, et la course reviendra aux pilotes ou aux équipes capables de lire au mieux les prévisions, en dépit de la quantité de données réduites accumulée jusqu’à présent. Etablir le point de rencontre des performances entre les pneus était la clé pour les qualifications, les intermédiaires se montrant les plus rapides en fin de séance ; chose qui risque d’être une nouvelle fois cruciale”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités