Felipe Massa
Dossier

Felipe Massa

Chronique Massa - Bakou, une course que j'aurais pu gagner

Felipe Massa revient sur un Grand Prix d'Azerbaïdjan frustrant qu'il aurait pu remporter sans un problème mécanique.

Chronique Massa - Bakou, une course que j'aurais pu gagner
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10, Felipe Massa, Williams FW40, au restart
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, en lutte avec Felipe Massa, Williams FW40, au restart
Felipe Massa, Williams
Felipe Massa, Williams
Felipe Massa, Williams FW40 abandonne
Felipe Massa, Williams FW40
Felipe Massa, Williams FW40
Felipe Massa, Williams FW40
Pierre Wache, ingénieur Red Bull Racing, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing et Lance Stroll, Williams

Il y a eu un moment lors du GP d'Azerbaïdjan où j'ai pensé qu'il allait s'agir d'une des courses les plus mémorables de ma carrière. Au lieu de ça, je n'ai pas terminé. Donc je suis reparti avec zéro point et beaucoup de regrets d'une course où j'avais la chance de réaliser un super résultat.

Pendant les essais libres et les qualifications, j'ai eu un très bon feeling concernant le rythme de ma Williams Martini. J'étais sûr que nous nous qualifierions facilement dans le top 10, et ça a été confirmé par les résultats. 

Ce que je n'aurais pas imaginé à ce moment-là était que je serais finalement en position de gagner le Grand Prix. Cette possibilité est seulement apparue lors du drapeau rouge.

Après quelques tours de course, j'ai réalisé que je pouvais commencer à espérer plus que des points seulement. J'ai dépassé les deux Force India et Kimi Räikkönen avec facilité, et je roulais en troisième place derrière Lewis Hamilton et Sebastian Vettel quand la course a été stoppée.

Je ne savais pas à ce stade, évidemment, qu'ils auraient tous les deux des problèmes inattendus, et j'étais certain qu'après le drapeau rouge, ils s'échapperaient. Mais l'idée de monter sur le podium était déjà une chose avec laquelle j'étais vraiment heureux.

Mais quand nous avons été autorisés à revenir en piste, j'ai immédiatement senti que quelque chose ne fonctionnait pas bien sur la voiture. J'espérais que c'était quelque chose qui pouvait être réglé, mais j'ai rapidement réalisé que c'était une défaillance mécanique terminale. Une fois dans les stands, nous avons découvert le problème : un amortisseur.

Donc ma course s'est terminée de façon très décevante. Mais j'ai regardé les tours restants dans le garage avec l'équipe, et nous avons célébré le premier podium de mon équipier Lance Stroll. Évidemment, j'aurais aimé être sur le podium moi-même, mais je ne peux pas me battre contre l'inattendu et, au final, j'étais heureux pour toute l'équipe et Lance.

Après avoir inscrit ses premiers points au Canada, la confiance de Lance a progressé et je suis ravi qu'il ait décidé d'utiliser mes choix de réglages et qu'il ait adapté son style de pilotage. Il a commencé en utilisant mes réglages le premier jour et a eu la capacité de très bien s'adapter sans faire d'erreurs.

Les premières courses de cette saison ont été difficiles pour Lance, mais je suis vraiment heureux que l'année ait pris une tournure différente après Montréal et Bakou.

La F1 a évidemment quitté Bakou en parlant beaucoup des incidents en course, et évidemment de celui entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. J'ai vu les images de la télévision et, au-delà du fait que la possibilité que Lewis aille lentement soit un peu inattendue pour Sebastian, j'ai quand même été un peu surpris par sa réaction.

Nous travaillons dur pour préparer le Grand Prix d'Autriche, et le Red Bull Ring est une piste où Williams a toujours été performant.

Il devrait y avoir quelques améliorations sur la voiture, et j'espère que nous pourrons confirmer notre place dans la bataille pour les positions proches du podium. Je veux effacer ce que j'ai manqué lors des deux dernières courses, où je n'ai pas pu obtenir la récompense de très bonnes performances.

partages
commentaires
Hamilton : "Bottas a gagné sa place chez Mercedes à long terme"
Article précédent

Hamilton : "Bottas a gagné sa place chez Mercedes à long terme"

Article suivant

Marko : Red Bull peut gagner à la régulière en 2017

Marko : Red Bull peut gagner à la régulière en 2017
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021