Felipe Massa
Dossier

Felipe Massa

Chronique Massa - La bonne étoile de Verstappen

Dans sa dernière chronique pour Motorsport.com, Felipe Massa revient sur son Grand Prix d'Espagne mais aussi sur l'accrochage controversé entre les pilotes Mercedes et la première victoire en F1 de Max Verstappen.

Chronique Massa - La bonne étoile de Verstappen
Felipe Massa, Williams FW37
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams
Felipe Massa, Williams F1 Team
Felipe Massa, Williams F1 Team et Nico Hulkenberg, Sahara Force India
Felipe Massa, Williams FW38 au départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid lors du tour de formation
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing fête sa victoire sur le podium
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 fête sa victoire à la fin de la course
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 fête sa victoire à la fin de la course
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing fête sa victoire avec les fans
Felipe Massa, Williams F1 Team
Felipe Massa, Williams FW38
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing discute avec Felipe Massa, Williams, son fils Felipinho, Max Verstappen, Red Bull Racing, et Romain Grosjean, Haas F1
Podium : le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing, le deuxième, Kimi Raikonnen, Scuderia Ferrari, le troisième, Sebastian Vettel, Scuderia Ferrari
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène devant son coéquipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Charger le lecteur audio

Même si au final j’ai réussi à marquer des points, ce qui est utile pour mon championnat, le week-end de Barcelone a été plus dur que je ne l’imaginais. Pour compliquer les choses, tout ne s'est pas déroulé comme je l’espérais lors de la séance de qualifications avec Williams Martini Racing. 

J’avais le signal pour sortir de la pitlane quelques minutes avant la fin de la Q1 afin de faire un tour rapide, et j’aurais dû passer facilement à la phase suivante. Mais j’ai eu beaucoup de trafic à la fois dans le virage 3 et le virage 7, at j’ai perdu quatre dixièmes. Au moment où je suis revenu aux stands, il ne restait plus assez de temps pour faire une deuxième tentative et améliorer. 

Mes concurrents, qui étaient sortis plus tôt pour leur premier run, ont eu l’opportunité d’utiliser un second train de pneus, et cela leur a permis d’améliorer leurs chronos et de m’éliminer. Je crois qu’à l’avenir, nous devrions sortir au moins une minute plus tôt si nous adoptons une tactique similaire. C’est très peu de temps, mais cela permet d’avoir la possibilité d’utiliser une deuxième train de pneus. 

Course d’attaque

Après la déception de samedi, le jour de la course a été meilleur. En partant 18e sur un circuit où il est historiquement très difficile de dépasser, les choses n’allaient pas être faciles, mais même avant le départ j’avais un bon feeling. 

J’ai pris un bon départ et j’ai dépassé quatre pilotes, mais les incidents qui se sont déroulés entre le virage 1 et le virage 3 m’ont forcé à prendre une trajectoire différente de ce que j’aurais aimé. J’ai dû ralentir afin de ne pas voir ma course s’achever après quelques centaines de mètres. Cela m’a fait rétrograder à nouveau. 

Mais après l’intervention de la voiture de sécurité causée par le crash des Mercedes, j’ai immédiatement pu trouver un bon rythme et dépasser plusieurs de mes rivaux. La décision de passer sur une stratégie à trois arrêts était la bonne, car cela permettait que je ne sois pas ralenti par le trafic et souvent en mesure d’exploiter le plein potentiel de la voiture. À Barcelone, ça peut faire beaucoup de différence d’avoir de l’air devant soi, et je suis heureux que nous ayons pu montrer ce que nous pouvions faire. 

J’ai dépassé beaucoup de voitures, la stratégie était correcte, l’équilibre de la voiture était bon et une fois encore nous avons fait des arrêts au stand très rapides. C’est incroyable de voir les progrès qui ont été faits par l’équipe dans ce domaine, et de voir que cela se confirme à chaque course cette saison avec le meilleur temps d’arrêt au stand. 

Une huitième place à l’arrivée, c’était une belle récompense après une course durant laquelle tout s’est déroulé à la perfection. Je suis heureux du travail que nous avons fait dimanche. 

Le crash des Mercedes

Beaucoup de choses se sont passées pendant le Grand Prix le week-end dernier, ce qui en a fait l’une des courses qui provoquera de nombreuses discussions entre les habitués du paddock et les fans. On m’a demandé mon avis au sujet de ce qui est arrivé entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg, et bien sûr, je peux donner mon sentiment uniquement en me basant sur ce que j’ai vu de l’extérieur. 

Je crois que Nico, alors qu’il essayait de corriger les réglages sur son volant, a compris que son coéquipier arrivait derrière avec plus de vitesse, et il s’est assuré de fermer la porte pour que Lewis ne puisse pas passer. Dans des situations comme celle-ci, tout peut arriver, et je crois qu’au final c’était juste un incident de course. Mais quand ce type d’incident arrive entre deux pilotes de la même équipe, la controverse est toujours amplifiée. 

Je crois que nous devons nous souvenir que ce sont deux pilotes qui se battent pour le championnat. Nous devons penser à tout le stress qui va avec. Même si après la course nous pouvons parler pendant des heures de ce qui est arrivé, quand des incidents comme celui-ci surviennent il faut se souvenir que tout se décide en moins d’une seconde dans le cockpit. 

Verstappen doit confirmer

Max Verstappen a toujours prouvé qu’il était rapide, à la fois dans son accession à la Formule 1, et quand il est arrivé. Parfois, nous avons vu aussi l’exubérance d’un garçon de 18 ans, ce qui l’a conduit à faire certaines erreurs. Mais ses performances en piste n’ont jamais été remises en question, et quand il a eu la chance de courir dans une Red Bull pour la première fois, une voiture avec laquelle il peut potentiellement viser le podium, il a réussi à gagner. 

Il a définitivement une bonne étoile, car sa stratégie a prouvé qu’elle était meilleure que celle de Daniel Ricciardo, mais il devait encore faire une course incroyable. Pour un garçon de 18 ans, arriver et gagner c’est quelque chose de prédestiné. C’est le type de performance que certains grands champions ont réalisé par le passé, mais désormais Max doit faire face à une autre phase importante de sa carrière, qui est de confirmer que cette performance en Espagne est quelque chose qu’il peut refaire. 

Pour le moment, le succès de Verstappen est une belle histoire pour la F1. S’il venait à connaître trois courses pendant lesquelles les choses se passent mal, il pourrait voir l’hyper médiatisation retomber autour de lui. Je suis prêt à parier que ça n’arrivera pas, mais en sport les choses peuvent changer très vite. 

La folie de Monaco

Même si dimanche dernier les Ferrari et les Red Bull étaient plus rapides que les Williams, je crois que notre voiture a progressé. Cependant, Monaco sera plus difficile pour nous sur le papier, si l’on se base sur que ce qui s’est passé ces deux dernières années. J’espère bien sûr que ce sera mieux cette fois, mais c’est un fait que notre voiture n’est pas à l’aise sur un tracé comme celui de Monaco. 

Mais Monaco reste Monaco, et je sais bien - le circuit est à distance de marche de chez moi - que tout peut arriver là-bas. J’espère qu’il y aura un côté imprévisible qui tournera en notre faveur. Je veux juste prendre des points en plus là-bas, car après des circuits qui nous conviennent mieux arrivent.

partages
commentaires
Beckmann - Mick Schumacher est "au niveau de son père"
Article précédent

Beckmann - Mick Schumacher est "au niveau de son père"

Article suivant

Le moteur Honda d'Alonso a basculé sur le mauvais mode à Barcelone

Le moteur Honda d'Alonso a basculé sur le mauvais mode à Barcelone
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021