Chronique Panis : "Cahier des charges complété pour Pic"

Olivier Panis revient pour ToileF1 sur le week-end Monégasque de Charles Pic et se projette vers le nouveau défi Montréalais de son poulain

Olivier Panis revient pour ToileF1 sur le week-end Monégasque de Charles Pic et se projette vers le nouveau défi Montréalais de son poulain. Le dernier vainqueur français en F1 nous en dit également un peu plus dans cette nouvelle colonne exclusive sur l’entourage de Charles sur les Grand Prix et tire un bilan de ce début de saison en tant qu’observateur averti de la F1.

Monaco, un GP difficile pour les rookies

Pour revenir sur Monaco, je pense que Charles a fait un bon week-end. Malheureusement, il a eu ce problème électrique, et n'a pas pu finir la course. C’était un peu frustrant pour lui. Il m'a dit avoir ressenti toute la complexité et particularité de rouler sur ce circuit car ça saute à la figure et c'est assez particulier la première année que tu arrives à Monaco avec une F1 !

C’est ce qu’il s’est aussi passé avec Romain et Jean-Eric : les rookies ont eu un peu plus de mal en amont de la course, c'est quand même très particulier.

Il a ensuite fait une super course. Il était parti sur un stop, donc comme les voitures devant, il a fait une belle série de tours. Il roulait en 1.19’’6 quand ça roulait devant en 1.19’’3. C’était franchement impressionnant et il aurait pu finir devant Kovalanein, mais il y eu ce problème électrique. C'est comme ça, c'est la course.

Le cahier des charges est complété Ce fut un Grand Prix difficile, mais intéressant pour la suite. Je ressens quelque chose de positif. Il a vraiment été étonnant en course. Maintenant, la mécanique est la mécanique, et ce qui est fait ne peut plus être refait ! Le team est super enchanté du boulot qu'il fait. Le cahier des charges que l'on avait prévu ensemble, est parfaitement rempli. Maintenant, les Grands Prix qui arrivent, surtout le Canada qu'il ne connaît pas, vont encore être une découverte pour lui. Montréal est un circuit moins difficile à apprendre que Monaco, ou que la Malaisie et Melbourne. Il y a quand même moins de virages. Mais c'est un circuit en ville, et ça va vite entre les murs. Autour de Charles Pic Charles est très organisé depuis pas mal de temps. Il ne veut pas beaucoup de monde autour de lui, il est bien comme ça. Il a son physio, Emilien Colombain avec qui il est depuis le GP2 l’an passé., Ils travaillent la préparation physique et sont ensemble tout le temps. Quand je ne suis pas moi-même sur les circuit avec Charles, c'est Didier Coton qui prend la relève. Charles ne veut pas trop de monde autour de lui pour rester concentré, je trouve ça tout-à-fait légitime. Une saison formidable en tant que spectateur Ce qui me plait le plus, c'est qu'il y a des Grands Prix très différents à chaque course. C'est un beau championnat, il y a du spectacle et plein de chose qui se passent ! Je pense qu'en tant que spectateurs, ça fait longtemps que l'on n’a pas vu ça. Par contre, techniquement, je pense que pour les pilotes et les teams, le rôle des pneumatiques est vraiment un casse-tête chinois ! Eux, ça doit moins les faire rire ! Mais pour le spectateur que je suis aujourd'hui, de l'autre côté de la barrière, je trouve que c'est génial. Je n’oublie pas Le Mans… Je suis évidemment aussi ce qu’il se passe avant Le Mans. J'ai eu Hugues De Chaunac [Oreca] aujourd'hui au téléphone, et le directeur technique de Toyota [l’ex-ingénieur Toyota F1 Pascal Vasselon, ndlr]. C'est une belle course, et j'y suis ce jeudi et vendredi. Je vois ça de près !

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Olivier Panis , Charles Pic
Type d'article Actualités