Stoffel Vandoorne

Chronique Vandoorne - Une lutte prometteuse face à Williams

Dans sa chronique pour Motorsport.com, le pilote McLaren Stoffel Vandoorne revient sur un Grand Prix de Chine mitigé, malgré de belles promesses qui ont précédé son abandon.

On savait chez McLaren-Honda que le Grand Prix de Chine n'allait pas être un week-end facile pour nous, mais je ne crois pas que nous aurions pu prédire que tout le monde allait perdre le roulage du vendredi à cause de la météo.

La décision d'annuler les essais libres de l'après-midi à Shanghai après avoir interrompu ceux du matin a conduit tout le monde à manquer de temps de piste. Cela nous a forcés à un planning compressé samedi matin, ce qui n'était pas idéal avant les qualifications. N'oublions pas que ce vendredi était ma première expérience sur ce circuit aussi, car je n'y avais jamais piloté avant.

Je me suis senti immédiatement à l'aise dans la voiture, et le rythme semblait prometteur. Malheureusement, nous avons encore eu un petit problème dans le garage, donc nous n'avons pas pu aller en piste très tôt, et je n'ai pas pu extraire tout ce que je pouvais de la voiture en Q1.

Je ne suis donc pas passé en Q2, mais mon coéquipier Fernando Alonso a montré que le potentiel était clairement là pour faire un bon résultat en qualifications, et il a terminé 13. 

À la lutte avec Williams

Le départ de la course était un moment très intense, car c'était difficile de choisir quels pneus prendre. Quand nous avons fait les tours de mise en grille, la piste était beaucoup plus sèche que prévu, mais ce n'était pas suffisant pour passer aux slicks, car la grille de départ était complètement trempée. Au final, seul Carlos Sainz a opté pour les slicks.

Notre départ avec les pneus intermédiaires était très bon, et j'ai gagné des places, mais plus loin dans le premier tour, j'ai eu un contact avec Romain Grosjean. Nous sommes tous les deux sortis de la piste, et si ma voiture n'a pas été endommagée, j'ai perdu beaucoup des positions que j'avais gagnées.

Ensuite, il y a eu la voiture de sécurité, et tout le monde est rentré aux stands pour passer en pneus slicks. C'était un moment difficile pour maintenir les gommes en température.

Mais une fois cela fait, j'étais assez ravi de la manière dont les choses se passaient. Par rapport aux autres, notre performance était très, très solide, et j'étais en train de réduire l'écart avec la Williams de Felipe Massa.

Pouvoir se battre avec la Williams était plutôt prometteur, et j'ai vraiment ressenti que le châssis McLaren avait un bon potentiel dans les virages. Malheureusement, en ligne droite, avec les vitesses de pointe que nous avons, c'était difficile de concurrencer la Williams, et il n'y avait aucune manière de pouvoir la dépasser.

C'est dommage, car j'avais le sentiment que nous étions plus rapides. À chaque fois, je pouvais me rapprocher de Felipe dans le deuxième secteur, où il y avait des virages, avant de perdre ce temps en ligne droite. Ce n'était pas une situation facile, puis nous avons malheureusement dû abandonner après 17 tours à cause d'un problème de carburant.

Retour à Bahreïn

Mon attention s'est déjà tournée vers Bahreïn, et cela fera un an que j'ai débuté en F1, même si ce sera dans des circonstances très différentes cette fois. Je serai bien mieux préparé, car je suis pilote titulaire pour McLaren-Honda.

Je suis impatient de revenir à Bahreïn, et à partir de maintenant, nous allons commencer à nous rendre sur des circuits où j'ai déjà roulé par le passé. Ça m'aidera en matière de direction à donner pour le set-up, avec un programme d'essais libres normal dès le départ.

Je crois que Bahreïn sera encore un week-end très difficile pour nous, particulièrement parce que cette année, les voitures ont beaucoup plus d'appui aérodynamique, on aura donc le sentiment qu'il y a moins de virages et plus de lignes droites.

Mais même si ce sera dur, l'équipe continuera à faire le boulot pour amener de nouvelles pièces sur la voiture. Les évolutions que nous avons apportées jusqu'à présent ont très bien fonctionné, et c'est là-dessus que nous devons nous concentrer en ce moment.

Nous savons que la performance du moteur n'est pas encore au rendez-vous, donc du côté de l'équipe, nous devons continuer à pousser pour apporter des pièces sur la voiture et en tirer le meilleur. Nous le ferons plus que jamais à Bahreïn. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren
Type d'article Chronique
Tags chronique
Topic Stoffel Vandoorne