Colin Chapman - L'innovateur (2/4)

Tel Adrian Newey de nos jours, Colin Chapman a souvent été considéré comme le génie de son époque

Tel Adrian Newey de nos jours, Colin Chapman a souvent été considéré comme le génie de son époque.

Conformément à sa réputation, Chapman avait le conservatisme en horreur et a été un précurseur dans plusieurs domaines. Il fut à l’origine de nombreuses innovations liées au poids, telles que le châssis en fibres de verre et polyester, ou la Lotus 25, première Formule 1 monocoque de l’histoire. Cette dernière remporta trois victoires en 1962, et mena Jim Clark et Lotus vers leurs premiers titres pilote et constructeur en 1963.

Au fur et à mesure que les réglementations techniques de la Formule 1 devenaient de plus en plus restrictives, Chapman donna encore plus d’importance à la réduction du poids de ses monoplaces. Cependant, cette obsession menait souvent à des fins de course difficiles, puisque les Lotus tombaient souvent en panne d’essence. Pourtant, les mécaniciens rajoutaient 0,75kg d’essence en cachette avant le départ de chaque course, ce que Chapman n’aurait certainement pas apprécié s’il s’en était rendu compte.

En 1962, impressionné par le niveau de technologie présent sur la Lotus 25, Dan Gurney invita Chapman à assister aux 500 Miles d’Indianapolis ; le pilote américain y participait au volant d’une monoplace à moteur arrière conçue par John Crosthwaite, un ancien collaborateur de Chapman. Ce dernier, séduit par l’idée, la développa et Jim Clark termina 2e des 500 Miles d’Indianapolis 1963, au volant de la Lotus 29 à moteur arrière.

Chapman exploita également l’effet de sol en 1977 dans sa conception des Lotus 78 et 79, au volant desquelles Mario Andretti remporta le titre mondial l’année suivante. L’effet de sol fut interdit en 1982, mais le brillant ingénieur avait toujours un coup d’avance, puisqu’en 1981, il développa le double-châssis pour parer les pertes aérodynamiques liées à cette interdiction. Cependant, les autres équipes protestèrent contre cette nouvelle trouvaille, qui fut rapidement déclarée illégale.

Si Chapman était innovateur, il n’était néanmoins pas réellement inventeur : il s’agissait plutôt de développer ce que quelqu’un d’autre avait trouvé sans en tirer le meilleur. Par exemple, le châssis monocoque de la Lotus 25 était inédit en sport automobile, mais la Lancia Lambda de 1922 le comprenait déjà. D’autres ingénieurs avaient déjà pensé à utiliser l’effet de sol avant 1977, mais Chapman fut le premier à savoir l’exploiter. “Pour Colin, peu importait la provenance de l’idée, tant qu’elle était bonne”, confirme Ron Hickman, ingénieur chez Lotus dans les années 1960.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Chapman recherchait autant l’élégance que la performance pour ses Formule 1. L’essentiel pour lui, que ce soit pour Team Lotus ou pour Lotus Cars, était cependant que la voiture soit aussi légère que possible, comme l’indique le slogan de la marque : “Light is right”.

Enfin, le créateur de Lotus n'a pas innové que dans le domaine technique.

Jusqu’à la fin des années 1960, chaque équipe portait les couleurs de son pays en sport automobile : le bleu pour les voitures françaises, le rouge pour les italiennes, le blanc (ou gris) pour les allemandes, ou le vert forêt pour les anglaises. Chapman fut le premier à délaisser la tradition pour satisfaire un sponsor lorsqu’en 1968, il abandonna le british racing green pour le rouge et or du cigarettier Gold Leaf. La mode des sponsors était lancée.

Le 16 décembre 1982, Colin Chapman mourut d’une crise cardiaque. Le jour de sa mort fut à l’image de sa vie : ce jour-là, Team Lotus testait la première Formule 1 de l’histoire avec la révolutionnaire suspension active.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Dan Gurney , Mario Andretti , Jim Clark , Adrian Newey , Colin Chapman
Type d'article Actualités