Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Colin Chapman, une vie courte mais intense

partages
commentaires
Colin Chapman, une vie courte mais intense
Par :
16 déc. 2015 à 17:00

Voilà 33 ans aujourd'hui que Colin Chapman nous a quittés. Motorsport.com vous propose de découvrir ou redécouvrir la vie de ce un génie de la Formule 1 au fil de plusieurs dossiers. Celui d’aujourd’hui sera une simple biographie du “Gouverneur”.

Colin Chapman naît le 19 mai 1928 à Richmond, dans la banlieue de Londres. Il rencontre sa femme Hazel dès 1944, à l’âge de seize ans. Elle jouera un rôle capital dans sa vie, mais aussi dans l’histoire de Lotus.

Chapman étudie l’ingénierie des structures à l’University College de Londres et devient pilote d'avion amateur. Alors qu’il n’a même pas fini ses études, il dessine sa première voiture, la Lotus Mark I, sur la base du châssis d’une Austin 7. Viennent ensuite les Lotus Mark II, Mark III, Mark IV et Mark VI (le projet de la Lotus Mark V, prototype de monoplace, n’aboutira jamais).

C’est à ce moment-là que Chapman commence à vendre ses voitures en kit. Cette coutume inhabituelle a longtemps été présente chez Lotus, s’expliquant par le fait que les voitures vendues en kit échappaient aux taxes du gouvernement britannique. Lorsqu’il la vente d'un vrai kit n'était pas souhaitée, Lotus Cars parvenait tout de même à contourner la règle en laissant le client fixer lui-même la dernière roue de la voiture, par exemple.

Chapman sépare Lotus Cars et Team Lotus

En 1958, la petite sœur Team Lotus fait ses débuts en Formule 1. Pour lui éviter d’éventuels ennuis financiers liés à Lotus Cars, Chapman décide de séparer les deux entités juridiquement, un choix qui aura d’importantes répercussions sur l’histoire de la F1 des années 2010… À l’époque, 33 personnes travaillent chez Lotus Cars, alors que 8 seulement sont employées par Team Lotus. Cette dernière va remporter six couronnes des pilotes et sept championnats des constructeurs au fil de son histoire.

De nos jours, Lotus Cars existe toujours, mais est la propriété de la société automobile malaisienne Proton. Le constructeur a prêté son nom à Lotus Racing en 2010, puis à Lotus F1 Team en 2012. Après un bref retour en Formule 1 en 2011, Team Lotus n’existe plus, et le nom de Lotus devrait totalement disparaître de la Formule 1 avec le rachat de l'écurie d'Enstone par Renault pour 2016.

Chapman n’est toutefois pas qu’un ingénieur et un homme d’affaires. Pilote d’avion, il donne souvent le tournis à ses passagers. Pilote de course, on lui offre même la chance de courir le Grand Prix de France 1956, à Reims, sur une Vanwall. L’expérience tourne court suite à des problèmes de freins en essais libres, puis à un accident en qualifications qui endommagera trop la voiture pour qu’elle soit réparée pour la course. Il était néanmoins 5e sur la grille, devant Mike Hawthorn (futur Champion du Monde en 1958), à voiture égale.

La mort de nombreux pilotes

Malgré tous les succès de Team Lotus, Chapman connaît plusieurs coups durs. Le pire d’entre eux est la tragique mort de Jim Clark, lors d’une course de F2 en 1968. Non seulement l’Écossais était le pilote emblématique de Team Lotus, mais Chapman le considérait comme un alter ego. Rarement vit-on pilote et dirigeant entretenir de telles relations ; le double Champion du Monde a même fait toute sa carrière en vert et jaune. En conséquence, après le drame, Colin se promet de ne plus jamais être aussi proche d’un pilote.

Malheureusement, le sort frappera à nouveau par la suite : un mois plus tard, Mike Spence se tue à Indianapolis au volant d’une Lotus. En 1970, Jochen Rindt perd la vie à Monza dans une monoplace à très faible appui aérodynamique. Bien que Rindt et Chapman n’aient pas été les meilleurs amis du monde, ce dernier est touché par ce nouveau drame. D’autant que la justice italienne, toujours prompte à chercher des coupables (Frank Williams peut en témoigner), met plusieurs années à innocenter le patron de Lotus. Puis, en 1978, c’est l’affable Ronnie Peterson qui périt dans un carambolage, le jour du dernier titre mondial de l’histoire de l’équipe.

Pendant la guerre entre la FISA et la FOCA, qui dure de 1979 à 1981, pour les droits commerciaux de la Formule 1, Jean-Marie Balestre organise un coup d’Etat pour mettre Chapman à la tête de la FOCA à la place d’Ecclestone, mais ce projet n’aboutira jamais.

Colin Chapman meurt d’une crise cardiaque le 16 décembre 1982, à East Carleton, dans le Norfolk qui lui était si cher. Il laisse derrière lui l’image de l’homme qui, lorsqu’une Lotus franchissait la ligne d’arrivée en vainqueur, se précipitait sur la piste et lançait sa casquette en l’air. Restera également de lui cette célèbre phrase prononcée en 1973 : “Si on ne gagne pas, c’est qu’on n'essaie pas vraiment d'y arriver”.

Article suivant
L'animosité de Frijns envers Red Bull, "un gros mensonge"

Article précédent

L'animosité de Frijns envers Red Bull, "un gros mensonge"

Article suivant

Bilan 2015 - Alonso, une saison de galère

Bilan 2015 - Alonso, une saison de galère
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Team Lotus Boutique
Auteur Benjamin Vinel