Combustion d'huile : la FIA assure avoir tout verrouillé

La FIA a tenté d'apaiser les craintes selon lesquelles les écuries de Formule 1 pourraient continuer de recourir à la combustion d'huile en qualifications.

Une série de nouvelles règles a été introduite cette année afin d'empêcher les équipes de procéder à de la combustion d'huile ou d'utiliser des additifs dans leurs lubrifiants, afin d'obtenir un boost de puissance.

Malgré les changements, le directeur de Red Bull Christian Horner reste inquiet concernant le fait que les nouvelles règles – surtout la limite d'utilisation de 0,6 litre d'huile pour 100 km – laissent encore la porte ouverte pour que des équipes brûlent de l'huile en qualifications. Ce dernier a appelé la FIA à faire encore plus pour réprimer la pratique, que Mercedes et Ferrari ont semble-t-il poussé loin par le passé.

Le directeur de course de la F1, Charlie Whiting, comprend les craintes du dirigeant de la structure autrichienne, mais il croit que ce que la FIA a mis en place sera suffisant pour s'assurer que les équipes ne recourent pas à des astuces lors de la lutte pour la pole position.

"Nous avons verrouillé toutes les choses qu'ils pouvaient faire l'an passé, principalement via les spécifications d'huile", a expliqué Whiting. "L'huile n'était pas seulement légèrement brûlée, mais ils mettaient des choses dans l'huile pour favoriser la combustion, parce qu'il n'y avait pas de véritable spécification d'huile l'année dernière. Maintenant c'est le cas."

"Désormais, il faut qu'il fassent approuver les huiles. Ils ne peuvent utiliser que les huiles approuvées, donc ils nous donnent un échantillon, comme ils le font avec l'essence, et il doit être approuvé. Il s'agit de la seule huile qu'ils peuvent utiliser."

"Nous avons rendu les règles moteur plus strictes dans l'Article 5 du Règlement Technique, et nous avons aussi fait dévier le tuyau d'évacuation des vapeurs d'huile qui ne peuvent plus revenir dans la boîte à air, ce qui était le plus gros problème."

"Ça doit sortir par l'arrière, à peu près comme pour toutes les autres voitures de course du monde. Et nous leur avons dit qu'ils ne peuvent utiliser plus de 0,6 litre pour 100 km. Toutes ces choses combinées vont, je pense, faire le travail."

Même si mesurer l'utilisation d'huile sur un seul tour en qualifications pour calculer la limite de 0,6 litre/100 km est plus difficile que sur une course entière, Whiting a foi dans le fait que le système de mesure de la FIA est suffisamment bon pour faire cela.

"Le vide qui est discuté est la difficulté de vérifier quelle quantité d'huile a, dans les faits, été utilisée pendant les qualifications", a-t-il expliqué. "Vous avez une petite quantité de tours, donc si on regarde un pourcentage, il faut essayer de détecter de plus petites quantités qui ont été utilisées. C'est un défi."

"Donc nous leurs avons tous fait installer des capteurs homologués dans leurs principaux réservoirs d'huile, mais ils ont aussi des réservoirs d'huile auxiliaires, donc nous devons être capables de les vérifier également. C'est juste une question de contrôle détaillé, juste pour s'assurer qu'ils respectent le 0,6 [litre] même sur de courtes distances."

Mercedes a insisté sur le fait que les changements en matière de combustion d'huile n'allaient pas affecter sa performance, Toto Wolff assurant que la dernière spécification du moteur utilisée par son écurie en 2017 était largement dans la limite de 0,6 litre.

"Les objectifs qui ont été fixés l'année passée avec le niveau de 0,6, nous les avons atteints immédiatement. C'était le cas à l'automne", a-t-il déclaré lors d'un événement promotionnel avec Petronas cette semaine. "Nous avions introduit le moteur plus tôt [à Spa] mais nous étions dans la limite de 0,6."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags charlie whiting, combustion d'huile, fia