Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Comment Ferrari a pu mettre fin à ses problèmes en qualifications

partages
commentaires
Comment Ferrari a pu mettre fin à ses problèmes en qualifications
Par :
Co-auteur: Roberto Chinchero
Traduit par: Fabien Gaillard
12 juin 2016 à 08:56

Après ses récents déboires en qualifications, Ferrari a reçu un coup de boost bienvenu au Canada, Sebastian Vettel terminant à seulement 0,178 seconde du temps de la pole position de Lewis Hamilton.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Un pneu Pirelli
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari
Kimi Räikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Räikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Räikkonen, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et Sebastian Vettel, Ferrari lors de la conférence de presse de la FIA
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 et Sebastian Vettel, Ferrari dans le parc fermé

L'équipe a passé des semaines à méditer les raisons pour lesquelles ses efforts en qualifications n'ont pas porté leurs fruits, avec une attention clairement portée sur la nécessité d'une meilleure gestion des pneus.

Ses investigations dans ce domaine ont gagné en intensité après le Grand Prix de Monaco, où de nouveau Ferrari n'a pas été capable de faire le pas en avant nécessaire en Q3 pour défier Mercedes. Et ses conclusions ont été que le problème n'était pas lié à une potentielle gestion de la pression du pneu mais plutôt à la façon dont les pneus étaient préparés avant l'effort en qualifications.

Motorsport.com a compris que les pilotes Ferrari ont reçu des instructions procédurales très détaillées à Montréal concernant la façon de chauffer les pneus avant leur tour lancé en qualifications.

Le résultat a été que Vettel, qui a récemment eu du mal à faire un pas en avant par rapport à sa performance en Q2, est passé de 1'13''857 en Q2 à 1'12''990 en Q3. Kimi Räikkönen, qui a terminé sixième, est passé de 1'13''849 à 1'13''579.

Évidemment, une partie des progrès est liée au turbo amélioré qui est apparu sur la Ferrari pour la première fois à Montréal, mais être si proche de Mercedes après tous les efforts consentis pour résoudre le problème des qualifications était particulièrement bienvenu.

Pirelli pointe la différence

Même le manufacturier Pirelli a remarqué que Ferrari a fait quelque chose de différent cette fois. Le directeur de la compétition de la firme italienne, Paul Hembery, a déclaré à Motorsport.com "Ils ont vraiment fait un super tour, qui était très proche du mur en beaucoup d'occasions."

"C'était un grand tour de Seb. Je pense que vous pouvez voir que les gens ont choisi une approche différente : leur tour de sortie était bien plus rapide que ce qu'ils ont historiquement fait. Je pense que vous les [Ferrari] voyez déjà attaquer très fort dans le tour de sortie."

Interrogé sur le point de savoir si cette préparation avait plus à voir avec la résolution de problèmes de réglages sur la voiture ou avec le style de pilotage, Hembery déclare : "Je pense que c'est les deux. Les réglages de la voiture, ils cherchaient particulièrement à l'avant. Monter l'avant en température était le vrai challenge pour quelques équipes et ils ont clairement travaillé sur ça en arrivant ici."

Vettel bien plus heureux

Alors que l'importance des progrès de Vettel a pu surprendre même au sein de l'équipe, pour le pilote allemand la confiance dans ce que Ferrari a fait était évidente plus tôt dans la séance quand il croyait en une possible pole.

"Je crois qu'en arrivant en qualifications, je pensais que c'était possible", a-t-il admis. "En tant que pilote, vous croyez toujours qu'il y a un peu plus [à faire]. Je crois que dans mon dernier tour j'étais très heureux globalement, j'ai peut-être été un peu gourmand à la sortie du 10 et peut-être pas assez gourmand dans le virage 6 mais, oui, ce n'était pas énormément à grappiller par ailleurs, comme j'ai dit, [je suis] très content."

"Je voulais passer sous les 1'13 parce qu'ensuite je savais que ça serait très proche avec les Mercedes. J'ai fait cela mais seulement d'un centième donc, oui, il en manquait un peu mais globalement je pense que nous avons une super voiture, nous avons progressé donc je suis heureux de la façon dont le week-end se déroule."

"Nous avons fait un pas en avant durant la nuit donc je me suis senti globalement très à l'aise et j'ai beaucoup apprécié les qualifications. J'ai effleuré le Mur des Champions donc c'est fait, je n'aurai pas à le faire demain donc nous devrions être fin prêt."

Mais malgré les progrès, Ferrari veut toujours voir sa forme en qualifications se répéter lors d'une course en conditions chaudes, qui devrait arriver dès Bakou la semaine prochaine. Si la Scuderia est forte à nouveau, alors le reste de la campagne pourrait être hautement encourageant pour Maranello.

Article suivant
Magnussen déplore un crash "très étrange"

Article précédent

Magnussen déplore un crash "très étrange"

Article suivant

Kvyat chez Toro Rosso pour "montrer qu'il peut piloter une F1 sans accident"

Kvyat chez Toro Rosso pour "montrer qu'il peut piloter une F1 sans accident"
Charger les commentaires