Comment l'équipe Lotus tient-elle? Les chiffres (2/2)

A ce jour, l’estimation des ressources faite par ToileF1 pour Lotus est la suivante : Genii reste la principale source financière

A ce jour, l’estimation des ressources faite par ToileF1 pour Lotus est la suivante : Genii reste la principale source financière. Si le chiffre 2012 avoisine les 30 millions d’euro, le rôle de Genii consiste à combler le budget lorsque le cash-flow l’exige. En d’autres mots, Genii renfloue le team à hauteur de 4 à 5 millions par mois, mais envoyés en tant que prêt (évoluant dans un taux avoisinant les 15%), et non de sponsorship. Le « trou » dans les finances de Lotus reste donc pour l’heure sous contrôle mais il s’agit toujours d’un investissement pour Genii et ses partenaires, qui gagnent de l'argent lorsqu'Enstone rembourse les sommes concernées pour boucler un budget global évoluant en 2012 à 160 millions d'euro.

L’apport de Total, très actif au sein du team en 2012 (avec un apport alors estimé à 21 millions d’euro) et une influence certaine sur les décisions prises dans le line-up pilote (par le soutien donné à Romain Grosjean), a fortement évolué en 2013. Le géant pétrolier français n’apporte en effet plus que 5 millions cette saison, tout en proposant ses produits gratuitement à l’équipe dans le cadre du partenariat technique en vigueur.

Les dollars proviennent ainsi plus de Rexona, faisant la promotion de sa ligne de produits également baptisée Clear sur certains territoires. Le groupe s’affiche sur les Lotus pour un montant d’environ 15 millions d’euro annuel, tandis que l’apport du groupe Coca Cola (via Burn) amène 5 millions par an ( montant pouvant être voué à augmenter) et court sur encore plusieurs saisons.

Le travail du personnel marketing de Lotus n’a pas cessé durant la saison. De nouveaux partenariats avec Microsoft (disposant de liens ténus avec Gérard Lopez suite à la revente de Skype au groupe fondé par Bill Gates) et le groupe Emaar apportent chacun 5 millions.

Le positionnement de Lotus avec le groupe média CNBC, l’horloger Richard Mille (désormais sur l’aileron avant) et le géant de la musique Columbia correspond à un échange produit atteignant une valeur unitaire deux millions. C’est par exemple ainsi que l’on a pu voir naître le buzz Daft Punk à Monaco cette année.

Les apports équipementiers et contrats vestimentaires restent de leur côté anecdotiques dans l’équilibre financier global.



A noter par ailleurs qu’un stock de 35% des parts de Genii Capital a été annoncé revendu par Genii Capital en juin par la presse. Les fuites concernant la transaction faisaient état d’un accord avec un consortium d’investisseurs privés, baptisé Infinity Racing Partners Limited. Eric Boullier précise cependant à Singapour que l’entrée en jeu concrète et durable de ce nouveau partenaire se doit encore d’être finalisée, mais pourrait offrir une assise financière à long terme pour l’équipe pour un plan de cinq ans visant à établir l’équipe d’Enstone au sommet de façon durable. C’est donc encore Genii qui contrôle l’équipe à 100% à ce jour. Lopez demeure à ce jour Président de l’équipe avec le Chef des opérations Genii, Eric Lux, qui garde sa position au sein du board de l’équipe. Le domaine d’action d’Infinity (à ne pas confondre avec le constructeur Infiniti, membre de l’Alliance Renault-Nissan et misant chez Red Bull Racing) devrait à terme avoir des incidences allant au-delà d’un simple apport financier, une expertise technologique liée au KERS et à d’autres domaines de haute technologie.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Eric Lux , Romain Grosjean , Richard Mille , Gerard Lopez
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités