Comment Pérez a fait dérailler la stratégie Mercedes

Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, a expliqué que Sergio Pérez avait rendu dangereuse pour son écurie la mise en place d'une stratégie à deux arrêts lors de la course du GP de France de F1, ce qui a eu un impact sur la lutte avec Max Verstappen.

Comment Pérez a fait dérailler la stratégie Mercedes

Mercedes a perdu la course du Grand Prix de France dans les derniers tours quand Max Verstappen est parvenu à dépasser Lewis Hamilton grâce à une stratégie à deux arrêts qui l'a vu refaire un retard de 19 secondes dans les 20 derniers tours. Le Néerlandais, qui menait mais jugeait que ses pneus ne pourraient pas tenir la distance, s'est en effet arrêté au 32e tour alors que le Britannique et son équipier sont restés en piste.

Faire un second arrêt a été envisagé par les pilotes de la marque à l'étoile, mais le grain de sable dans un tel projet se nommait Sergio Pérez. "La lutte entre les trois voitures à l'avant était intense, et je pense qu'en gros il fallait choisir entre continuer sur un seul arrêt ou tenter les deux", a déclaré Toto Wolff après la course.

Lire aussi :

"Les deux arrêts étaient un danger pour nous, car Pérez était sur le chemin. Nous nous sommes trompés aujourd'hui. Si Pérez n'avait pas été dans la fenêtre, nous aurions choisi un second arrêt avec au moins l'une des voitures, et tôt ; nous aurions ensuite mis l'autre Red Bull dans une situation difficile."

Dans la première partie de course, Pérez a semblé plus en difficulté que le trio de tête dans des conditions venteuses, mais il a fini par stabiliser l'écart avec Bottas puis par allonger son premier relais en mediums, restant en piste sept tours de plus que Bottas. En ressortant des stands, le Mexicain était à 19 secondes de son équipier Verstappen, qui occupait la tête, mais a pu profiter de ses pneus plus frais pour revenir progressivement sur les pilotes Mercedes.

Pérez a finalement réussi en fin de course à dépasser Bottas pour s'emparer de la troisième position, terminant à 8,8 secondes de Verstappen et à moins de six de Hamilton.

"Il a fallu quelques tours pour que ça se calme pour lui, et je crois qu'une fois qu'il y est parvenu, il a pu rouler dans le rythme des leaders et, en fait, commencer à réduire l'écart sur Bottas", a déclaré le directeur de Red Bull, Christian Horner. "Donc il a juste fait en sorte d'avoir une meilleure stratégie pour lui. Deux tours de plus, ou s'il avait réussi à dépasser Valtteri un ou deux tours plus tôt, et je pense qu'il aurait été juste derrière Lewis dans le dernier tour."

Wolff a ajouté que Mercedes savait que la présence de Pérez était faite pour compliquer les deux arrêts, car Hamilton ou Bottas auraient dû dépasser en piste contrairement à Verstappen qui a profité d'une consigne pour effacer le Mexicain sans perdre de temps.

"Il n'était pas loin", a ajouté l'Autrichien sur Pérez. "Il n'était évidemment pas en lice pour le podium au début, mais ils ont pu allonger [le relais], et cela s'est avéré la bonne stratégie pour retrouver le podium."

Lire aussi :

Pérez a trouvé l'ouverture sur Bottas à quatre tours du but, ce qui aurait pu pousser Mercedes à faire rentrer le Finlandais pour chausser un train de tendres et tenter d'aller chercher le point du meilleur tour. Toutefois, l'écurie ne l'a pas fait et a demandé à son pilote d'essayer de rester dans la fenêtre des cinq secondes derrière Pérez. L'écurie pensait en effet que le Mexicain pouvait écoper d'une pénalité pour dépassement hors piste. Mais les commissaires ont estimé qu'il n'y avait pas matière à sanctionner le pilote Red Bull, qui avait terminé 5,8 secondes devant Bottas.

"Nous pensions que Pérez allait peut-être avoir une pénalité pour avoir dépassé en dehors des limites de la piste, nous avons donc décidé de rester à moins de cinq secondes", a ajouté Wolff. "Il s'agissait donc vraiment de trouver l'équilibre entre cette pénalité ou signer le meilleur tour. Nous avons fait un pari, nous avons perdu."

partages
commentaires
Mercedes peut encore battre Red Bull en étant "à son meilleur niveau"
Article précédent

Mercedes peut encore battre Red Bull en étant "à son meilleur niveau"

Article suivant

Un retour de Brabham en F1 ? "Le budget capé est une très bonne idée"

Un retour de Brabham en F1 ? "Le budget capé est une très bonne idée"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021