Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
C
GP de l'Eifel
11 oct.
Course dans
22 jours
23 oct.
Prochain événement dans
33 jours
31 oct.
Prochain événement dans
41 jours
13 nov.
Prochain événement dans
54 jours
04 déc.
Prochain événement dans
75 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
83 jours

Le récit de l'illégale conception des écopes de freins Racing Point

partages
commentaires
Le récit de l'illégale conception des écopes de freins Racing Point
Par :

De la décision rendue par les commissaires sur le cas de la Racing Point, les conclusions ont focalisé le plus d'attention. Mais, peut-être encore plus intéressants et révélateurs sont les faits et interprétations établis par le département technique de la FIA sur la conception des écopes de la RP20.

Un retrait de 15 points au classement constructeurs et 400'000 euros d'amende, c'est pour le moment, sous réserve d'appel officiellement interjeté, la sanction de Racing Point. Les commissaires de la FIA chargés de rendre la décision sur les cinq réclamations déposées par Renault lors des GP de Styrie, de Hongrie et de Grande-Bretagne ont en effet jugé que le processus de conception des écopes de freins arrière n'était pas conforme aux prescriptions de l'Annexe 6 du Règlement Sportif, qui liste les pièces qui doivent être conçues par les constructeurs eux-mêmes.

Lire aussi :

Mais que sait-on exactement du processus de conception de ces écopes par Racing Point ? Dans la décision de 14 pages rendue par les commissaires, bien avant les conclusions, le département technique de la FIA, chargé de l'enquête sur les pièces mises en accusation, a établi une liste de faits et donné des interprétations qui révèlent beaucoup d'éléments sur les données à disposition de l'écurie de Silverstone, le travail mené sur la RP20 et la manière dont l'instance a appréhendé ces éléments.

Quand Racing Point a-t-il reçu les données des écopes Mercedes ?

Il s'agit d'un point crucial pour comprendre à la fois le processus de design des écopes 2020 mais également le fait que Mercedes a pu transmettre toutes les informations nécessaires à Racing Point en toute légalité.

Ainsi, dans le cadre du partenariat technique unissant les deux écuries, la FIA a établi que "Mercedes a donné à Racing Point les modèles CAO [de conception assistée par ordinateur, ndlr] et d'autres données pour les écopes de freins [avant et arrière] de la W10", RP indiquant avoir obtenu ces modèles pour les écopes "à dix dates différentes entre novembre 2018 et octobre 2019".

À l'époque, cet échange d'informations est permis car, sous l'empire de la réglementation 2019, ni les écopes de freins avant, ni les écopes de freins arrière ne font partie des pièces listées et n'ont donc pas à être conçues par les écuries elles-mêmes. 

C'est d'ailleurs en grande partie parce que Racing Point possédait déjà ces informations depuis longtemps, et dans le cadre d'une réglementation qui l'autorisait, que l'arrivée à l'usine de Silverstone le 6 janvier 2020, par le biais d'un transfert reconnu par les deux parties, d'un jeu d'écopes de freins de la Mercedes 2019 n'a pas été considérée par la FIA et les commissaires comme "constituant une infraction significative au Règlement Sportif" malgré l'entrée en vigueur du règlement 2020.

Plus en détails, il est indiqué sur ce transfert : "Il ne viole pas le paragraphe 1 de l'Annexe 6 car les pièces n'ont pas été utilisées. Il ne viole pas de façon significative le paragraphe 4 de l'Annexe 6 car il n'y avait rien dans le transfert qui n'aie pas déjà été légitimement fourni à Racing Point en 2019 sous la réglementation alors en vigueur."

L'utilisation de l'expression "infraction significative" pointe toute fois une réalité : même si Racing Point possédait déjà toutes les informations, ce qui constitue donc en l'état une circonstance atténuante, ce transfert de pièces n'aurait pas dû avoir lieu après le 1er janvier 2020, date à partir de laquelle le règlement était applicable. Le paragraphe 4 de l'Annexe 6 est rédigé comme suit : "Aucun concurrent n'a le droit [...] de transmettre ou de recevoir des informations sur les pièces listées (y compris, mais sans s'y limiter, des données, dessins ou modèles) directement à ou d'un autre concurrent ou par l'intermédiaire d'une entité externe ou tiers."

Lire aussi :

Comment Racing Point s'est servi de ces données en 2019 ?

Une fois les données acquises à partir de 2018, a débuté la phase de conception et de développement par Racing Point de ses écopes pour la monoplace 2019. Mais l'écurie n'a à ce moment-là pas utilisé l'ensemble des données mises à sa disposition par Mercedes, car le concept général de sa RP19 était différent. 

"La FIA comprend que Racing Point a utilisé les modèles CAO pour développer des [écopes de freins avant] pour les utiliser sur ses RP19, et que l'équipe les a intégrées et utilisées pendant le championnat 2019."

"D'un autre côté, elle n'a pas utilisé les modèles CAO pour développer des [écopes de freins arrière] [...] car la RP19 avait une hauteur de caisse plus importante à l'arrière que la Mercedes W10. Au lieu de ça, elle a utilisé des [écopes de freins arrière] complètement différentes sur la RP19."

Comment ces données ont-elles influencé la conception des écopes 2020 ?

Pour la saison 2020, les écopes de freins sont entrées dans les pièces listées, à savoir celles qu'une écurie doit concevoir elle-même. Mais dans le même temps, Racing Point a décidé de s'engager dans la voie de la copie de la Mercedes W10. "Pour la RP20, Racing Point a décidé de répliquer autant que possible la Mercedes W10", peut-on lire dans la décision. Bien sûr, c'est ici le travail sur les écopes de freins qui nous intéresse particulièrement.

Les écopes de freins avant

Pour ces pièces, Racing Point avait donc déjà utilisé les données fournies par Mercedes en 2019. Cet élément a été déterminant pour permettre à la FIA de donner sa vision des choses et expliquer en quoi le Règlement Sportif a, selon elle, été respecté.

"S'il avait été demandé à la FIA [au moment de la conception de la RP20], si le changement de statut des écopes de freins, de [pièces non listées] à [pièces listées], voulait dire que Racing Point devait se débarrasser de ses [écopes de freins avant] et recommencer, parce qu'elles étaient basées sur des modèles CAO obtenus par le biais d'autres équipes, la FIA aurait dit que non, car (a) les [écopes de freins avant] ont été incorporées dans l'ADN de la RP19 et (b) dans la mesure où elles avaient été obtenues auprès de concurrents, la copie était légale au moment où elle a été faite."

Lire aussi :

"La FIA aurait publié des directives à cet effet pour permettre à ces parties de bénéficier de droits acquis par souci d'équité, compte tenu des circonstances uniques créées par le changement de classification des [écopes de freins]. Sur cette base, la FIA aurait considéré que ces pièces pouvaient être utilisées dans les voitures 2020 sans enfreindre le paragraphe 1 de l'annexe 6."

En livrant cette vision, la FIA reconnaît toutefois qu'il s'agit d'une interprétation possible parmi d'autres même si elle se veut étayée par des éléments concrets. "Il est pleinement reconnu que la réglementation n'est pas noire ou blanche dans ce domaine et qu'elle est donc sujette à interprétation. Toutefois, la prépondérance des preuves semble suggérer que l'analyse qui précède est correcte. L'analyse suivante concernant les écopes de freins arrière, et sa conclusion concernant le processus de conception des [écopes de freins] de Racing Point en général, semble faire disparaître l'incertitude quant au statut des [écopes de freins avant]."

Les écopes de freins arrière

Racing Point RP20, rear brake detail
Mercedes AMG F1 W10, rear duct

Pour ces pièces, Racing Point avait également les données Mercedes à disposition mais a choisi de ne pas les utiliser en 2019, car elles n'étaient pas adaptées au concept à forte inclinaison. Et, du point de vue de la FIA, c'est cette différence qui a fait basculer le travail de conception fait par l'écurie pour 2020 dans l'illégalité.

"Lorsque Racing Point est entré dans le dernier trimestre de 2019 pour développer la RP20, elle a décidé de reproduire l'arrière de la Mercedes W10 (ainsi que la plupart des autres aspects de la Mercedes W10). Elle a donc pris les modèles CAO des [écopes de freins arrière] de la Mercedes W10, et les a utilisés pour développer des [écopes de freins arrière] avec des dimensions/formes de surface très similaires (sans surprise, puisqu'elle a également fait de son mieux pour copier les aspects aérodynamiques du reste de la Mercedes W10, y compris de toutes ses autres [pièces listées])."

"Si Racing Point avait demandé à la FIA à l'époque (septembre-novembre 2019) si elle pouvait utiliser les modèles CAO des [écopes de freins arrière] de la Mercedes W10 comme base pour les [écopes de freins arrière] de la RP20, la FIA aurait clairement dit que non, parce que (contrairement à la position relative aux [écopes de freins avant]) Racing Point n'affinait pas un composant qui avait déjà été incorporé dans l'ADN de la RP19. Au lieu de cela, elle introduisait un composant complètement nouveau sur la RP20, dont elle savait qu'il était classé comme [pièce listée] dans le [Règlement Sportif] (parce qu'il avait été publié le 30 avril 2019)."

Lire aussi :

"Il ne s'agit nullement d'une application injuste ou rétrospective des règles. Il est admis qu'il était parfaitement licite pour Racing Point d'obtenir les modèles CAO pour les [écopes de freins] de la Mercedes W10 en 2018 (parce que les [écopes de freins] n'étaient pas des [pièces listées] à l'époque). Mais Racing Point savait, lorsqu'elle a développé les [écopes de freins] de la RP20, que ces pièces seraient des [pièces listées] pour le championnat 2020. Elle savait donc que les [écopes de freins] de la RP20 devaient être 'conçues par elle' et ne pouvaient ainsi pas être conçues à l'aide des modèles CAO des [écopes de freins] de la Mercedes W10."

Dans ces conditions, le fait qu'il puisse exister des différences mineures dans le design des écopes de freins arrière ne suffit pas à faire dire à la FIA que Racing Point peut légitimement prétendre en être le concepteur. "Le fait que certaines caractéristiques de conception mécanique des [écopes de freins arrière] du RP20 soient différentes de celles des [écopes de freins arrière] de la Mercedes W10 n'est pas pertinent."

"Les [écopes de freins] sont des [pièces listées] car elles ont un effet énorme sur l'aérodynamique et donc sur les performances de la voiture. Les modèles CAO des [écopes de freins arrière] de la Mercedes W10 ont donné à Racing Point un modèle 3D des dimensions et de la forme de la surface des [écopes de freins arrière] de la Mercedes W10, qui sont les aspects cruciaux de la pièce d'un point de vue aérodynamique."

"Racing Point a reproduit de très près ces aspects aérodynamiques pour ses propres [écopes de freins arrière] de la RP20. Si l'on se base sur une lecture juste du [Règlement Sportif], correctement interprété en fonction de son objectif sous-jacent, cela signifie que les [écopes de freins arrière] de la RP20 ont été conçues en grande partie par Mercedes, et non par Racing Point."

Pourquoi la FIA n'a-t-elle pas adhéré à la défense de Racing Point ?

Sur ce point, Racing Point a tout bonnement essayé de convaincre la FIA et les commissaires que les données des écopes de freins arrière de la Mercedes n'étaient qu'une source parmi d'autres participant au design des pièces, le design (ou conception) n'étant lui-même qu'une des phases finales du processus de production.

"Racing Point note dans sa réponse qu'il existe un processus en cinq étapes pour la production d'une pièce telle qu'une [écope de frein] :
- (i) la compilation des données de départ provenant de diverses sources (par exemple, les données de test actuelles et historiques, les connaissances internes, les sources de données externalisées et les données d'installation) ;
- (ii) la définition des spécifications du composant (par exemple, la performance, le coût, le poids, la rigidité et la durée de vie) ;
- (iii) le développement (CFD et expériences en soufflerie) ;
- (iv) la conception du composant (en fait, les modèles et les dessins nécessaires pour construire la pièce) ;
- et (v) la fabrication."

Or, la fédération estime que Racing Point a adopté une vision "trop étroite" du concept de design. "Selon la FIA, la conception d'un composant de voiture est un processus en plusieurs phases. En termes simples, pour un composant aérodynamique d'une voiture, le département aérodynamique d'une équipe va d'abord concevoir une forme (en utilisant, entre autres, des modèles 3D de CAO). Cette forme sera ensuite développée et testée à l'aide de simulations CFD [mécanique des fluides numérique] et d'essais en soufflerie."

"Une fois la forme finalisée, le bureau d'études d'une équipe créera des dessins 2D et des modèles CAO 3D supplémentaires, mais en précisant cette fois-ci comment la pièce sera réellement fabriquée (c'est-à-dire comment elle sera montée sur la voiture, combien de sous-composants elle aura, de quoi elle sera faite, etc.). Le bureau d'études demandera l'avis d'une équipe d'analyse structurelle (par rapport aux forces auxquelles la pièce devra résister) afin de pouvoir décider des matériaux les plus appropriés à utiliser pour la pièce. Une fois la pièce finalisée, l'équipe de conception enverra les dessins/modèles définitifs pour la fabrication."

Lire aussi :

"Le 'design' d'un composant comprend l'ensemble du processus, du concept aux modèles/conceptions finaux du composant, et pas seulement (comme le suggère Racing Point) la dernière étape de conception. En fait, d'un point de vue aérodynamique, c'est la première partie de la phase de conception qui est cruciale. Le type de matériau utilisé pour fabriquer la pièce, sa densité, etc. n'ont que peu ou pas d'impact aérodynamique."

"L'aspect crucial d'une pièce listée réside plutôt dans ses dimensions et la forme de sa surface, car c'est la surface, et non le mécanisme interne, qui entre en contact avec l'air. Par conséquent, ce qui est crucial pour [l'écope de frein], ce sont ses dimensions et sa forme de surface. C'est ce que Mercedes a fourni à Racing Point lorsqu'elle lui a remis les modèles CAO des [écopes de freins] de la W10 : elle lui a fourni des modèles CAO 3D des [écopes de freins], y compris les spécifications exactes des dimensions et de la forme de la surface, qui déterminent les performances aérodynamiques de la pièce, ainsi que le dessin des composants nécessaire à la fabrication de la pièce (à l'exclusion des informations sur la construction/la mise en place)."

Selon la FIA, les différences entre les deux designs sont "minimes" et ont été faites par Racing Point sur la base du modèle Mercedes. "Racing Point a copié les formes et les dimensions des modèles CAO des [écopes de freins] de Mercedes dans un nouveau modèle CAO. En termes simples, ce processus aurait dans les faits été similaire à l'utilisation de papier calque pour copier une forme/dessin."

"Racing Point a apporté des modifications mineures à certains des points de données, mais les changements apportés à partir des dimensions et des formes des surfaces des modèles CAO des [écopes de freins] de la Mercedes W10 semblent minimes. Le département technique de la FIA l'a constaté en examinant les données CAO de Mercedes et de Racing Point fournies dans le cadre de la présente procédure, et en scannant les pièces de Racing Point saisies lors du Grand Prix de Styrie et les pièces fournies par Mercedes. Mais Racing Point affirme également que s'il apparaît que ses [écopes de freins arrière] de la RP20 'correspondent fortement' aux [écopes de freins arrière] de la Mercedes W10, c'est parce que Racing Point n'a pas trouvé de 'configuration géométrique plus optimale'."

Lire aussi :

Dans la logique de ce raisonnement, Racing Point ne peut être considéré comme le concepteur des écopes de freins arrière, battant au passage en brèche l'argument des 800 dessins brandi par Otmar Szafnauer après la première réclamation de Renault. "Selon la FIA, Racing Point minimise l'importance de la contribution reçue de la part de Mercedes et surestime la quantité de travail qu'elle a réellement effectuée. Mercedes a fourni à Racing Point une grande partie du design des écopes de freins. Racing Point leur a ensuite apporté des modifications relativement mineures."

"En déclarant qu'elle a réalisé quelque 883 dessins pour les nouvelles [écopes de freins], Racing Point tente de mettre en avant le travail qu'elle a effectué, mais en fait, toute modification mineure apportée à un dessin nécessite un nouveau dessin. Cela dit, la FIA ne doute pas que Racing Point a réfléchi au dessin de Mercedes et a consacré du temps et des efforts à le comprendre et à essayer de le peaufiner. Il n'en reste pas moins que le design de Racing Point est largement dérivé de celui de Mercedes et ne peut donc pas être considéré comme un dessin de Racing Point."

Ferrari, McLaren et Renault vont faire appel de la décision sur la RP20

Article précédent

Ferrari, McLaren et Renault vont faire appel de la décision sur la RP20

Article suivant

Ricciardo enthousiasmé par le potentiel de Renault à Silverstone

Ricciardo enthousiasmé par le potentiel de Renault à Silverstone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes , Racing Point
Auteur Fabien Gaillard