Il n'y avait pas de consignes d'équipe entre Stroll et Pérez

Alors que ses deux pilotes se sont retrouvés en tête du Grand Prix de Turquie, Racing Point n'a eu recours à aucune consigne d'équipe entre Sergio Pérez et Lance Stroll.

Il n'y avait pas de consignes d'équipe entre Stroll et Pérez
Charger le lecteur audio

Sergio Pérez a précisé qu'aucune consigne d'équipe n'avait été mise en place chez Racing Point, avant comme pendant le Grand Prix de Turquie. Au lendemain de la pole position décrochée par Lance Stroll, les conditions pluvieuses et la faible adhérence de la piste ont longtemps fait le jeu des monoplaces roses, qui se sont même échappées nettement dans le premier relais. Si Stroll est parvenu à compter jusqu'à une grosse dizaine de secondes d'avance sur son coéquipier, Pérez a ensuite commencé à revenir sur le Canadien, une fois les pneus intermédiaires chaussés à la place des pneus pluie.

Lire aussi :

En grosse perte de rythme, Stroll a été rappelé au stand pour passer des pneus intermédiaires neufs. En dépit de ce changement, un fort graining est rapidement réapparu sur ses gommes, incitant l'équipe à ne pas faire rentrer Pérez. Racing Point a constaté après la course qu'un aileron avant endommagé était en fait à l'origine des problèmes de Stroll.

L'éventuelle lutte entre les deux coéquipiers n'a donc pas eu lieu, mais Pérez assure que les deux hommes savaient ce qu'ils avaient à faire. Y avait-il des consignes de course ? "Non, nous nous battons pour la troisième place du championnat constructeurs, et c'est vraiment ce qui compte pour nous", assure-t-il. "Il s'agissait donc de placer les deux voitures le plus haut possible. Je pense qu'à ce moment-là, la voiture de tête était celle de Lance, et nous pensions que le mieux était de s'arrêter. Ça n'a pas fonctionné pour lui, mais nous avons réussi à marquer de bons points. Nous avons fait mieux que nos concurrents directs et il reste encore trois courses très importantes pour nous au championnat."

Le fait que Stroll soit en difficulté avec des pneus neufs – sans que l'équipe ne soit alors consciente de ses soucis d'aileron avant – a incité Racing Point à mener une stratégie différente avec Pérez, qui s'est avérée payante.

"Il fallait survivre avec ces intermédiaires, nous étions un peu coincés", explique le Mexicain. "Nous nous attendions à de la pluie vers la fin de la course, et en même temps, nous souffrions un peu avec les intermédiaires. Nous avons passé la phase de graining et j'ai pu contrôler les choses après ça. Quand il [Stroll] est rentré au stand, j'avais aussi en tête l'idée d'essayer un nouveau train de pneus car le mien était très usé. Mais l'équipe m'a informé qu'il avait immédiatement du graining et que le rythme ne revenait pas, donc nous avons décidé de rester en piste. Cependant avant le recul, vu comment nous avons souffert dans les derniers tours, nous aurions probablement dû chausser un nouveau train."

partages
commentaires
Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19
Article précédent

Le directeur de Pirelli F1 testé positif au COVID-19

Article suivant

Red Bull avait mal réglé l'aileron avant de Verstappen par erreur

Red Bull avait mal réglé l'aileron avant de Verstappen par erreur
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021