Consignes chez Ferrari : Vettel lassé par le "mauvais journalisme"

Interrogé sur les consignes d'équipe utilisées par Ferrari à Shanghai entre Charles Leclerc et lui, Sebastian Vettel n'a pas hésité à manifester un agacement très marqué envers la presse et ses questions redondantes sur un tel sujet depuis le début de la saison.

Consignes chez Ferrari : Vettel lassé par le "mauvais journalisme"

Le pari tenté par Ferrari en Chine en ayant recours à des consignes d'équipe n'a pas fonctionné, dans un Grand Prix qui a vu Mercedes dominer et signer un troisième doublé consécutif en ce début de saison. Très rapidement, les Ferrari ont été distancées dans le premier relais, et la Scuderia a intimé l'ordre à Charles Leclerc de laisser passer Sebastian Vettel. Ce dernier pensait être plus rapide et son équipe a voulu lui donner l'opportunité de tenter quelque chose. L'Allemand n'a finalement pas pu faire mieux que troisième, non sans avoir dû résister à Max Verstappen, tandis que Leclerc a payé le prix fort de cette décision puis de la stratégie pour terminer cinquième derrière la Red Bull.

Lire aussi :

Dans les faits, c'est la troisième fois en autant de Grands Prix que Ferrari passe une consigne à Leclerc. À Melbourne, les positions avaient été figées en fin de course, tandis qu'il avait été demandé au Monégasque de rester deux tours derrière son coéquipier à Bahreïn, ce qu'il n'avait pas respecté en allant chercher la tête de la course. Cette fois-ci, pour la première fois, l'ordre était d'ouvrir la porte à Vettel.

S'étonner de cette situation serait probablement exagéré, tant Mattia Binotto n'a cessé de répéter la politique mise en place en ce début de saison, même s'il a parfois dû jouer les équilibristes. Avant le Grand Prix de Chine, le directeur de la Scuderia avait de nouveau fait savoir qu'en situation de "50-50", la priorité serait donnée à Vettel en vue du championnat.

Vettel cible les médias

Recourir à des consignes pour aller chercher le titre mondial, une approche légitime ? Interrogé directement, Vettel renvoie tout le monde à un passé parfois récent : "Je ne sais pas, demandez peut-être à Lewis [Hamilton]. Mercedes a été dans une situation très différente. Ce n'est pas la première fois que nous voyons quelque chose comme ça. Comme Mattia l'a dit, nous essayons de tout faire en équipe. Il y a deux semaines [à Bahreïn], Charles était plus rapide. C'était plutôt clair et peut-être un peu plus facile de passer. Je pense que ce qui est navrant après la course, c'est que nous n'ayons pas réussi à terminer troisième et quatrième."

Charles Leclerc, Ferrari SF90, devant Sebastian Vettel, Ferrari SF90

Et Vettel d'orienter davantage son agacement vers les médias, et vers le fait que la question de la hiérarchie et des consignes d'écurie chez Ferrari soit sans cesse remise sur le tapis, selon lui sans raison valable. "Je veux être devant Charles, il veut être devant moi", reprend-il. "Je n'ai pas très envie d'en dire plus, car c'est toujours un peu difficile, notamment avec ce que vous faites des réponses. C'est juste du mauvais journalisme, de mon point de vue. Mais je ne suis pas journaliste pour juger. Donc vous ne devriez pas prendre mon jugement personnellement."

En voyant Ferrari demander à Leclerc de lui ouvrir la porte, Vettel s'attendait à devoir affronter après le Grand Prix les questions sur ce sujet toujours épineux. Invité à à préciser s'il avait lui-même demandé à ce que cette consigne soit donnée, il affiche une fois de plus sa méfiance envers la presse.

"Je ne suis pas sûr de vouloir répondre, car je suis un petit peu contre la manière dont vous, vous tous, travaillez", assume le quadruple Champion du monde. "Car vous enlevez des morceaux de réponses ici et là, et vous mettez ça sous un mauvais jour. Si vous me posez à nouveau la question dans une heure et demie dans le paddock, peut-être que je vous donnerai une réponse directe si vous ne l'écrivez pas ou ne l'enregistrez pas. On dirait que c'est la façon dont certains d'entre vous, peut-être pas tout le monde, travaillent. J'avais l'impression d'être plus rapide dans la voiture, on m'a demandé si je pouvais aller plus vite. J'ai répondu que je pensais pouvoir."

"C'est juste pénible de répondre encore et encore aux mêmes questions. La priorité va toujours à l'équipe. Ce genre de choses [les consignes] n'est jamais agréable, mais c'est un peu comme l'expression 'on ne récolte que ce que l'on sème'. Sur le moment, on essaie toujours de faire ce qui est correct. Ce n'est simple pour personne."

Propos recueillis par Roberto Chinchero  

Sebastian Vettel, Ferrari, arrive sur le podium

partages
commentaires
Rosberg juge la consigne de Ferrari à Leclerc "très dure"

Article précédent

Rosberg juge la consigne de Ferrari à Leclerc "très dure"

Article suivant

Sans rythme, Kubica a "l'impression de ne rien pouvoir faire"

Sans rythme, Kubica a "l'impression de ne rien pouvoir faire"
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021