Le contrat d'Ayrton Senna avec Lotus passé au crible

Il est très rare de pouvoir consulter un véritable contrat liant un pilote à une écurie de Formule 1. Celui scellant l'accord du légendaire Ayrton Senna avec l'équipe Lotus n’est plus dans un coffre-fort.

Le contrat d'Ayrton Senna avec Lotus passé au crible
La Lotus 99T pilotée par Ayrton Senna
Signature du contrat d'Ayrton Senna avec Lotus
Signature du contrat d'Ayrton Senna avec Lotus
Podium : le vainqueur Gerhard Berger, Ferrari, le second Ayrton Senna, Team Lotus, le troisième Stefan Johansson, McLaren, avec Jean-Marie Balestre, président de la FIA
Podium : le vainqueur Nelson Piquet, Williams, le second Ayrton Senna, Team Lotus, le troisième Nigel Mansell, Williams
Ayrton Senna, Team Lotus Honda 99T
Ayrton Senna, Team Lotus Honda 99T
Podium : le vainqueur Ayrton Senna, Team Lotus
Ayrton Senna, Team Lotus
Ayrton Senna, Team Lotus
Podium : le vainqueur Ayrton Senna, Team Lotus avec le directeur de Lotus Peter Warr, qui récolte le trophée du constructeur
Ayrton Senna, Team Lotus Honda 99T
Ayrton Senna, Team Lotus Honda 99T

Au cours des auditions entourant la poursuite judiciaire intentée contre les compagnies de tabac aux États-Unis, plusieurs documents ont été déposés comme preuves devant la cour. Parmi eux figurait le dernier contrat liant Ayrton Senna à l’écurie de Formule 1 Lotus, car il impliquait directement RJR McDonald, propriétaire de la marque Camel, qui sponsorisait Lotus à cette époque.

Loin de nous l’idée de faire du voyeurisme gratuit autour d’un pilote tristement décédé en piste lors du tragique Grand Prix de Saint-Marin 1994, à Imola. Le but de cet article est plutôt de faire connaître certaines dispositions passablement intéressantes figurant dans un tel contrat ; des détails auxquels nous n’avons habituellement jamais accès.

Le document légal de 19 pages constitue une entente entre Team Lotus International Limited et Ayrton Senna da Silva Promotions Limited, une société de promotion qui "emploie" les services du pilote Ayrton Senna.

L’entente couvre deux saisons, appelées périodes, courant du 1er janvier au 31 décembre 1987, puis celle allant du 1er janvier au 31 décembre 1988. On sait que Senna a couru pour Lotus durant la première période de ce contrat avant de passer dans le clan de l’écurie McLaren, qui avait alors hérité du moteur turbo Honda.

Détenteur des droits commerciaux

Un des premières clauses de l’entente indique que le Team Lotus obtient, pour les deux périodes, les services du pilote Ayrton Senna et détient aussi les droits exclusifs d’exploitation de son nom et de sa notoriété.

"Le Team Lotus et ses sponsors et partenaires peuvent effectuer de la publicité et exploiter le nom et la notoriété de Senna durant la période de l’entente", indique une clause suivante. Ainsi, Lotus, Honda et Elf pouvaient réaliser des campagnes publicitaires mettant en vedette le pilote brésilien, sans que cela exige rétribution supplémentaire.

L’entente précise par la suite que les deux côtés du célèbre casque jaune de Senna, ainsi que la mentonnière, sont des espaces disponibles pour afficher le logo d’un sponsor personnel à condition qu’il n’entre pas en conflit avec l’un des sponsors officiels de l’écurie.

L’autre clause est intéressante, car elle précise clairement la position de Senna au sein de l’écurie britannique. "Team Lotus lui accorde clairement le statut de pilote No. 1 et lui concède priorité sur toute allocation d’équipement durant les saisons 1987 et 1988."

Une clause interdit à Senna de discuter avec une écurie rivale en vue de la seconde période, soit la saison 1988, avant le 8 août 1987. On sait que l’annonce du passage de Senna chez McLaren fut officialisée à Monza le 4 septembre, soit moins d'un mois après la date permettant des pourparlers.

De gros sous, à l’époque

Par la suite, Team Lotus accepte de rembourser les frais de déplacements liés à la participation d'Ayrton Senna aux Grands Prix jusqu’à un maximum de 40 000 dollars par saison.

Le document indique que le salaire de base versé à Senna pour la saison 1987 est de 1,5 million de dollars. Il grimpe à 1,65 million lors de l’année suivante. Team Lotus s’engage à payer à Senna un bonus de 4000 $ par point marqué durant la première saison ; ce montant passe à 5000 $ lors de l’année suivante. S’il remporte le championnat du monde des pilotes au cours de la période couverte par l’entente, Senna a droit à un bonus de 250 000 $. En 1987, Senna s’est classé troisième au championnat avec 57 points, ce qui lui accordait donc des revenus de supplémentaires de 228 000 dollars, pour un total de 1,728 million.

On sait que Nacional était un sponsor majeur de Senna. Le contrat indique que le Brésilien dispose d’un espace n’excédant pas 30 x 12 cm, situé sous les logos des sponsors de Team Lotus, pour afficher les écussons de quatre sponsors personnels. Cet espace peut être utilisé pour un seul sponsor, qui fut justement Nacional. Le dos de la combinaison comporte un autre espace limité à 30 x 8 cm pour y afficher le logo de Nacional.

L’annexe 2 de l’entente décrit les présences médiatiques de Senna. Team Lotus a donc droit à dix journées de présence du Brésilien, hors Grands Prix. Le document précise que Senna doit alors porter l’uniforme de l’écurie et que des frais raisonnables sont remboursés.

Honda et Ford

L’annexe 3 confirme que Team Lotus accepte que Senna dispose d’une entente spéciale avec la division brésilienne de Ford. L’écurie disposait de moteurs Honda à cette époque, mais a autorisé son pilote vedette à faire la promotion des véhicules Ford "uniquement sur le territoire brésilien et à condition que ce soit un appui strictement personnel". S’il doit porter des vêtements de compétition, ceux-ci sont restreints à la combinaison, au casque et à un anorak. L’écusson Honda peut être retiré de la combinaison, mais ne peut être remplacé.

L’annexe 4 confirme que pour la première période du contrat, la saison 1987, le Team Lotus dispose de moteurs Honda et est sponsorisé par R.J. Reynolds Tobacco International Ltd., Honda et la compagnie pétrolière Elf. Le document confirme aussi que le Français Gérard Ducarouge accepte d’être l’ingénieur en chef au cours de cette même période. "Tous ces points, à l’exception de la présence d’Elf, sont essentiels à la validité de l’entente".

Enfin, l’annexe 6 précise que lors de fonctions officielles, Senna doit porter une casquette identifiée à Team Lotus et non pas la bleue de son sponsor personnel, Nacional. Sur le podium, Senna doit toujours porter une casquette Goodyear.

En 1987, première période de cette entente, Senna s’est classé troisième au championnat du monde en récoltant deux victoires dans les rues de Monaco et de Détroit, et en terminant quatre fois en seconde position. Il a quitté le navire Lotus en faveur de McLaren. En 1988, il récoltait son premier titre de champion du monde au volant de la redoutable McLaren-Honda MP4/4.

 

Polo Ayrton Senna Classic Team Lotus
Polo Ayrton Senna Classic Team Lotus
partages
commentaires
Brawn - La F1 ne peut pas être une course de "camionnettes de laitiers"

Article précédent

Brawn - La F1 ne peut pas être une course de "camionnettes de laitiers"

Article suivant

Magnussen s'attend à un DRS plus efficace en 2017

Magnussen s'attend à un DRS plus efficace en 2017
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021