Opinion

Quand les contrats des pilotes de F1 s'avèrent périlleux

Alors que tous les regards sont tournés vers la saga des négociations contractuelles entre Mercedes et Lewis Hamilton, il faut souligner l'importance d'avoir un bon avocat – et de saisir les opportunités…

Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1, et Toto Wolff, Directeur Exécutif, Mercedes AMG, fêtent sur le podium

Lorsque Lewis Hamilton s'est retrouvé sur la touche à cause du COVID-19 et que George Russell a été testé positif au talent, le Grand Prix de Sakhir a soulevé de nombreux débats sur les contrats des pilotes dans ce lieu calme et connaisseur que l'on appelle les réseaux sociaux. Certains disaient que Mercedes devrait virer Valtteri Bottas au profit de l'homme qu'il a battu de 26 millièmes de seconde en qualifications, d'autres que – invraisemblable ! – Toto Wolff pourrait faire de belles économies en préférant Russell au septuple Champion du monde Lewis Hamilton.

Si jamais l'idée de faire signer les trois a traversé l'esprit de Wolff, il l'aura rapidement écartée. Ce serait néanmoins un bel hommage à un épisode que Monisha Kaltenborn préférera oublier. Alors directrice de l'écurie Sauber, Kaltenborn était arrivée au Grand Prix d'Australie 2015 dans une situation où Marcus Ericsson, Felipe Nasr et Giedo van der Garde avaient tous trois un contrat en bonne et due forme. Adrian Sutil, lui, restait en litige avec l'équipe concernant son propre contrat pour cette saison-là.

Un procès affligeant a eu lieu sous les regard des médias, et la Cour suprême de l'État de Victoria a confirmé que Van der Garde avait droit à un baquet. Si Kaltenborn avait fait signer Ericsson et Nasr, c'est parce qu'ils cultivaient le blé mieux que le Néerlandais ; sa tentative de consolidation des finances de Sauber était louable mais pas légale. Van der Garde aurait pu aller plus loin mais a accepté une compensation financière et a préféré laisser le Piranha Club derrière lui.

Ce n'était même pas la première fois qu'une écurie débarquait dans le paddock avec plus de pilotes sous contrat que de cockpits. Pour le Grand Prix de Grande-Bretagne 2010, Colin Kolles (directeur de l'écurie Hispania) avait accepté un virement de Sakon Yamamoto, en dépit du fait que Bruno Senna et Karun Chandhok comptaient déjà courir à Silverstone.

Sakon Yamamoto, HRT F1 F110-02, Jarno Trulli, Lotus T127 Cosworth, Timo Glock, Virgin VR-01 Cosworth

En se rendant à Londres, Kolles se cassait la tête pour résoudre ce problème, mais le sort allait lui être favorable. Lorsque son avion a atterri, Kolles a reçu un e-mail envoyé accidentellement par l'un des conseillers de Senna, où il était décrit en des termes peu flatteurs. Flairant l'opportunité, Kolles a joué l'indignation, a ignoré les excuses des associés de Senna et a profité d'un détail contractuel pour le mettre sur la touche lors de cette course.

Si faire partie de trois pilotes sous contrat pour deux baquets n'est pas idéal, il est cependant bien pire de ne pas avoir de contrat du tout. Il était d'ailleurs étrange que Mercedes et Red Bull quittent Abu Dhabi, mi-décembre, avec un baquet libre chacun. Alexander Albon a été écarté par la marque au taureau, tandis que Lewis Hamilton a semblé tenter le diable en décidant de retarder les négociations pour un nouvel accord, qu'il espérait peut-être finaliser avant Noël.

Plusieurs managers de pilotes ont exprimé leur surprise vis-à-vis de cette stratégie, d'autant que la performance de Russell à Sakhir a donné une carte supplémentaire à Wolff. Mark McCormick, fondateur de l'agence IMG, avait un jour déclaré : "La fenêtre d'opportunité s'ouvre et se ferme avec une rapidité fulgurante. Je rappelle constamment aux gens de saisir ces opportunités."

Le meilleur moment pour Hamilton était probablement après le Grand Prix de Turquie, où il a remporté le titre des pilotes avec une belle performance. Encore une preuve qu'un pilote rapide a aussi besoin d'un bon avocat et d'un timing impeccable.

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1,, 1st position, and Toto Wolff, Executive Director (Business), Mercedes AMG, talk in Parc Ferme

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent McLaren est "un peu devenu Dark Vador" pendant son déclin
Article suivant Des courses sprint à l'étude dès 2021, mais pas de grille inversée

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France