Controverse Ferrari : comment la FIA surveille le carburant en F1

Ferrari s'est retrouvé au centre d'une nouvelle controverse technique avant le Grand Prix d'Abu Dhabi, suite à la découverte d'une différence de quantité de carburant entre celle déclarée et celle embarquée.

Controverse Ferrari : comment la FIA surveille le carburant en F1
Charger le lecteur audio

Tandis que l'écurie italienne est sous le feu des projecteurs suite aux suspicions d'autres écuries quant à son unité de puissance, provoquant la publication de plusieurs Directives Techniques, une nouvelle intrigue a émergé dimanche. La FIA a découvert une "différence significative" entre la quantité de carburant déclarée par Ferrari avant la course et celle qui était réellement présente dans la monoplace. 

Lire aussi :

Cela a engendré une nouvelle vague d'interrogations, alors que la question est de savoir s'il s'agit d'une astuce trouvée par Ferrari ou d'une simple erreur administrative. Finalement, la Scuderia a reçu une amende de 50'000€ pour la différence de 4,88 kg entre ce qui était déclaré et ce qui était embarqué. Voici les procédures mises en place au début de la saison et sur les points du règlement. 

Ce que dit la réglementation

Dans le cadre des restrictions liées au carburant, les équipes doivent depuis longtemps déclarer la quantité de carburant qu'elles prévoient d'embarquer dans une monoplace pour la course. En outre, le directeur technique de la FIA, Jo Bauer, et son équipe ont le droit de peser les voitures avant et après la course afin de déterminer précisément quelle quantité de carburant a été utilisée, et de voir si cela correspond à ce qui a été enregistré par le débitmètre. 

Avant le début de la saison, la Directive Technique TD12-19 a été envoyée à toutes les équipes par le directeur du département monoplace de la FIA, Nikolas Tombazis, décrivant la manière dont seraient réalisées les mesures de carburant. 

Charles Leclerc, Ferrari, arrives on the grid

Au moins deux heures avant le Grand Prix, les écuries doivent déclarer la quantité de carburant qu'elles ont l'intention de mettre dans la monoplace pour parcourir les tours de mise en grille, le tour de formation, la totalité de la course et le tour d'honneur. Cette quantité de carburant doit se trouver dans le réservoir de la monoplace au moins une heure avant l'ouverture de la voie des stands, après quoi tout refroidissement du carburant est interdit. 

La FIA se réserve ensuite le droit de vérifier aléatoirement les autos avant la course. Une monoplace peut être pesée avec des outils nomades prévus à cet effet. Puis on demande à l'équipe de vidanger le réservoir de carburant, de faire fonctionner la pompe à essence pour s'assurer que tout le carburant restant aille dans le collecteur, et la FIA s'assure qu'il ne reste plus rien dans la voiture. Celle-ci est à nouveau pesée, et la masse de carburant est calculée en faisant la différence avec le poids initial. Le plein de la monoplace est à nouveau effectué avant une troisième pesée, après quoi la trappe de carburant est scellée pour qu'il soit impossible d'ajouter ou retirer la moindre goutte d'essence. 

À l'issue de la course, la FIA peut à nouveau sélectionner des monoplaces pour des contrôles aléatoires, une fois que les procédures liées au Parc Fermé sont achevées. La voiture est alors pesée avec le même matériel que celui utilisé avant la course. De la même manière, on demande à l'équipe de vidanger le carburant restant et la FIA s'assure qu'il n'en reste plus. Une nouvelle pesée permet de déterminer la masse de carburant qui a été utilisée entre les tours de mise en grille et le tour d'honneur. 

The 2021 Formula 1 technical regulations are unveiled in a press conference, Nikolas Tombazis

Nikolas Tombazis, directeur du département monoplace de la FIA

Dans sa Directive Technique, Nikolas Tombazis précise : "La différence entre la masse de carburant avant la course et celle après la course sera supposée être la masse de carburant utilisée (ce qui inclut clairement les tours de mise en grille, les tours de formation, la chauffe du moteur, etc.). Elle peut être comparée aux chiffres du débitmètre et à ceux des injecteurs afin de confirmer leur validité. Veuillez noter que la masse de carburant avant la course utilisée pour ce calcul est soit la masse déclarée, soit celle mesurée s'il y a eu un contrôle aléatoire."

Tombazis établit une liste très spécifique de situations pouvant mener à une enquête et à la sollicitation des commissaires de course. Elle est constituée comme suit : 

1. Si la procédure de vidange du carburant de l'équipe diffère de celle déclarée et communiquée par avance à la FIA.

2. Si un volume significatif de carburant est découvert dans la voiture après le vidange du carburant via la procédure décrite ci-dessus. 

3. Si l'équipe ne fournit pas de déclaration de la masse de carburant au moins deux heures avant l'ouverture de la voie des stands, ou si la quantité de carburant déclarée est significativement différente de ce qui a été vidangé en cas de contrôle aléatoire. 

4. Si la comparaison entre le signal du débitmètre et la masse de carburant mesurée montre que le premier chiffre est inférieur au second. 

5. Si la masse du carburant utilisé en course, avec la comparaison du poids de la voiture, excède 110 kg, comme l'énonce l'Article 30.5 du Règlement Sportif de la F1. 

6. Si les inspections logicielles et/ou l'analyse des données montre des différences opérationnelles significatives entre les qualifications et la course. 

À Abu Dhabi, c'est le point #3 de cette liste qui a déclenché une enquête, bien qu'aucune explication officielle de donne pour le moment de détail quant à l'origine de cette différence. 

Charles Leclerc, Ferrari SF90

partages
commentaires
Pourquoi le DRS a été désactivé en début de course
Article précédent

Pourquoi le DRS a été désactivé en début de course

Article suivant

Sainz : Le dépassement dans le dernier tour, comme jouer le titre

Sainz : Le dépassement dans le dernier tour, comme jouer le titre
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021