Coronavirus : Abiteboul "gêné" par l'image que la F1 peut véhiculer

Alors que le monde prend de plus en plus de mesures pour tenter de contenir l'épidémie de coronavirus, Cyril Abiteboul s'est dit gêné par l'image que la Formule 1 pourrait renvoyer en se "baladant" autour du globe.

Coronavirus : Abiteboul "gêné" par l'image que la F1 peut véhiculer

Alors que le Grand Prix de Chine a d'ores et déjà été reporté et que l'incertitude plane au-dessus des premières manches de la saison en Australie, à Bahreïn et au Vietnam, Cyril Abiteboul le directeur général de Renault F1 a évoqué sa vision de la problématique. L'actualité du jour sur la question a vu l'imposition en Italie d'une zone rouge, mettant de fait en quarantaine 16 millions de personnes, pour tenter de contenir le coronavirus alors que Bahreïn a décidé que le GP du 22 mars se tiendrait à huis clos.

Invité de l'émission "La grille" sur Canal+ ce dimanche en début d'après-midi, le dirigeant français a expliqué ne pas être totalement à l'aise avec les efforts fournis pour s'assurer que la Formule 1 puisse courir, alors même que le monde entier enchaîne les mesures plus drastiques les unes que les autres pour endiguer le COVID-19. "Pour ne pas être inquiet, il faut vivre sur une autre planète. Donc oui, forcément, je suis inquiet", a ainsi répondu Abiteboul quand la question d'un début de saison perturbé lui a été posée.

Lire aussi :

"Mes équipes partent à l’heure où on parle, certains sont déjà partis. Il y a évidemment un développement planétaire, on est forcément extrêmement vigilants. Vigilants pour tout le monde, pour nos équipes, pour les fans, pour les sponsors, pour nous-mêmes. Mais également vigilants au message : je pense qu’on a un devoir d’exemplarité. Donc il faut arriver à trouver l’équilibre entre la bonne réaction mais également le spectacle [qui] doit continuer, comme on dit souvent. Un sport, des obligations contractuelles qui sont très présentes, mais encore une fois la santé, le bien-être de nos forces – une centaine de personnes qui va voyager autour de la planète – c’est une vraie préoccupation et la continuité du business dans les usines ça fait partie de ces préoccupations."

Quand la question d'un Grand Prix éventuellement disputé sans Ferrari, en raison de la quarantaine généralisée en Italie, lui est posée, il répond : "Il ne faut pas oublier que Ferrari c’est Ferrari, mais c’est également deux autres équipes puisqu’ils motorisent Alfa Romeo et Haas. Ça fait quand même, en théorie, trois équipes qui sont au tas (sic). Franchement, je ne connais pas les articles des Accords Concorde qui prévoient ce type de cas ; il y a clairement des notions de force majeure qui devraient s’appliquer."

"Mais encore une fois, il faut à un moment prendre en compte l’image : finalement, ce qu’on est en train de demander aux gens dans la planète est d’avoir des comportements individuels qui vont permettre de maîtriser la diffusion de ce virus. Il y a cette notion d’image que l’on va renvoyer, nous, à se balader autour de cette planète, qui me gêne personnellement, à titre individuel. Même si moi j’ai plutôt envie que la saison arrive à se passer dans de bonnes conditions, mais il faut qu’elles soient réunies."

Aussi, quand la situation de certains jeunes pilotes de l'Académie Renault, bloqués à Tenerife par la mise en quarantaine d'un hôtel suite à la détection d'un cas de coronavirus, est rappelée, il conclut : "Forcément ça va arriver, à un moment, sur un Grand Prix de Formule 1. Et qu’est-ce qu’il se passe à ce moment-là ? On a aussi ce devoir de prendre en compte ce qui va arriver et non pas d'attendre que les événements s’imposent à nous. […] C’est une situation tellement évolutive qu’il faut rester vigilant."

partages
commentaires
Leclerc : Ferrari n'avait pas compris sa position début 2019
Article précédent

Leclerc : Ferrari n'avait pas compris sa position début 2019

Article suivant

La Scuderia Ferrari autorisée à voyager vers l'Australie

La Scuderia Ferrari autorisée à voyager vers l'Australie
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021