Course - Départ gagnant pour Rosberg

partages
commentaires
Course - Départ gagnant pour Rosberg
Par : Benjamin Vinel
4 sept. 2016 à 13:23

Nico Rosberg a remporté une victoire tout en maîtrise au Grand Prix d'Italie, toutefois bien facilitée par un envol catastrophique de Lewis Hamilton. L'Allemand revient à deux points de son coéquipier au championnat !

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Marcus Ericsson, Sauber C35
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Felipe Nasr, Sauber F1 Team
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Felipe Massa, Williams FW38
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team
Jenson Button, McLaren MP4-31
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Esteban Ocon, Manor Racing MRT05
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Valtteri Bottas, Williams FW38
Pascal Wehrlein, Manor Racing MRT05
Felipe Massa, Williams FW38

Dominateur en qualifications, Lewis Hamilton s'élançait de la pole position devant son coéquipier Nico Rosberg et les Ferrari de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. Les Mercedes prenaient le départ avec les pneus tendres utilisés en Q2, les bolides rouges en gommes supertendres néanmoins.

Hamilton a cependant complètement manqué son envol, se retrouvant à la sixième place. Vettel, quant à lui, a pris un départ parfait et s'est hissé au niveau de Rosberg au premier virage, sans parvenir à prendre l'avantage. Le pilote Mercedes a donc pris la tête devant les deux Ferrari.

Plus loin dans le peloton, un contact entre Jolyon Palmer et Felipe Nasr au à la sortir de la première chicane a contraint le pilote Renault à l'abandon après un changement d'aileron avant, tandis que Nasr a repris la course... avec dix tours de retard, possiblement pour purger la pénalité que lui ont infligée les commissaires, avant d'abandonner définitivement.

 

Pendant que Rosberg creusait rapidement l'écart, Hamilton a entamé sa remontée, mais après un dépassement assez aisé sur Daniel Ricciardo, le triple Champion du monde a buté sur la Williams de Valtteri Bottas. Ce n'est qu'au 11e tour que Hamilton a trouvé l'ouverture grâce au DRS. Alors quatrième, l'Anglais avait déjà 12 secondes de retard sur Rosberg.

Différentes stratégies pour Ferrari et Mercedes

Räikkönen a été le premier du groupe de tête à s'arrêter au stand, chaussant un nouveau train de pneus supertendres à la fin du 15e tour, imité par son coéquipier une boucle plus tard. Vettel, qui a connu un arrêt assez lent, occupait la deuxième place à dix secondes du leader, Nico Rosberg.

C'est à la fin du 24e tour que Rosberg est rentré au stand pour passer des tendres aux mediums. L'Allemand était clairement sur une stratégie à un arrêt, tout comme son coéquipier Hamilton, rentré au passage suivant. La hiérarchie n'a pas évolué après ces pitstops : Rosberg menait la course avec cinq secondes d'avance sur Vettel, sept sur Räikkönen et onze sur Hamilton.

Victime d'un problème technique alors qu'il effectuait une course prometteuse proche des points, Pascal Wehrlein a été contraint à l'abandon au 28e tour, immobilisant sa monoplace dans l'échappatoire du premier virage.

 

Les Ferrari ont rapidement compris qu'elles ne monteraient pas toutes deux sur le podium, ne parvenant pas à creuser l'écart sur Hamilton alors qu'il leur restait un arrêt à effectuer. Vettel a effectué son deuxième et dernier arrêt à la fin du 33e tour, chaussant des pneus tendres, Räikkönen faisant de même une boucle plus tard.

Vettel s'est ainsi retrouvé à une trentaine de secondes de la tête de la course, on voyait difficilement comment les Ferrari allaient pouvoir rattraper ne serait-ce que Hamilton. Ce dernier était toujours relégué à onze secondes de son coéquipier.

À 15 tours de l'arrivée, c'était au tour de Daniil Kvyat d'être contraint à l'abandon, victime d'un problème technique. Toro Rosso était de toute façon en difficulté dans le Temple de la Vitesse, avec son moteur 2015.

Hamilton ne parvient pas à remonter

Auteur d'un tout-droit au premier virage quelques instants plus tard, Hamilton a perdu une seconde de plus. Le Britannique ne parvenait pas à réduire l'écart sur son coéquipier.

 

Nico Rosberg remporte donc la 21e victoire de sa carrière et revient à deux points de son coéquipier Lewis Hamilton au championnat, le Britannique se classant deuxième de la course. Sebastian Vettel monte sur le podium pour le plus grand plaisir des tifosi, devant Kimi Räikkönen ! Daniel Ricciardo complète le top 5 suivi par Valtteri Bottas et Max Verstappen.

 

Miniature Amalgam 1:8 - Lotus 49B de Graham Hill, GP de Monaco 1968
Miniature Amalgam 1:8 - Lotus 49B de Graham Hill, GP de Monaco 1968

 Grand Prix d'Italie

 PiloteÉquipeTempsPts
01 N. Rosberg Mercedes 53 tours 25
02 L. Hamilton Mercedes +15.0 18
03 S. Vettel Ferrari +20.9 15
04 K. Räikkönen Ferrari +27.5 12
05 D. Ricciardo Red Bull +45.2 10
06 V. Bottas Williams +51.0 8
07 M. Verstappen Red Bull +54.2 6
08 S. Pérez Force India +64.9 4
09 F. Massa Williams +65.6 2
10 N. Hülkenberg Force India +78.6 1
11 R. Grosjean Haas + 1 tour  
12 J. Button McLaren + 1 tour  
13 E. Gutiérrez Haas + 1 tour  
14 F. Alonso McLaren + 1 tour  
15 C. Sainz Toro Rosso + 1 tour  
16 M. Ericsson Sauber + 1 tour  
17 K. Magnussen Renault + 1 tour  
18 E. Ocon Manor + 2 tours  
  D. Kvyat Toro Rosso Abandon  
  P. Wehrlein Manor Abandon  
  J. Palmer Renault Abandon  
  F. Nasr Sauber Abandon  
Article suivant
Palmer à Nasr : Il faudrait être "fair-play"

Article précédent

Palmer à Nasr : Il faudrait être "fair-play"

Article suivant

Championnat - Les classements après le GP d'Italie

Championnat - Les classements après le GP d'Italie
Charger les commentaires