Course - Les Ferrari s'éliminent, Hamilton triomphe !

Lors du premier Grand Prix de Singapour disputé en partie sous la pluie, Lewis Hamilton s'est avéré intouchable et réalise une excellente opération au championnat, grâce à un accrochage des Ferrari avec Max Verstappen au départ.

Course - Les Ferrari s'éliminent, Hamilton triomphe !
Crash de Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Max Verstappen, Red Bull Racing
Crash de Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, Fernando Alonso, McLaren MCL32 Honda
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Le poleman Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, fête sa pole en entrant dans le Parc Fermé
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, suivi par Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Marcus Ericsson, Sauber C36
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10
Lance Stroll, Williams FW40, au stand
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13 et Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Felipe Massa, Williams FW40
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13 et Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Pascal Wehrlein, Sauber C36-Ferrari
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Charger le lecteur audio

Tout au long de ce dimanche, des précipitations plus ou moins fortes ont perturbé les festivités sur le circuit de Marina Bay, et c'est finalement sur piste humide que le départ a été donné après une averse de dernière minute. Sebastian Vettel occupait la pole position devant les Red Bull de Max Verstappen et de Daniel Ricciardo à l'issue d'une séance qualificative inédite, alors que les Mercedes étaient reléguées en troisième ligne, avec notamment Lewis Hamilton au cinquième rang.

Les pilotes des trois top teams, à l'avant de la grille, ont parié sur les intermédiaires, mais derrière eux, de nombreux concurrents ont opté pour les pneus pluie, notamment Nico Hülkenberg et les McLaren dans le top 10.

Carambolage au départ !

Et au départ, incroyable coup de théâtre ! Kimi Räikkönen a pris le meilleur envol depuis la quatrième place mais s'est fait tasser par Vettel et Verstappen ; les trois hommes se sont accrochés avant même le premier virage, Räikkönen et Verstappen venant percuter un Fernando Alonso auteur d'un départ tonitruant et qui s'apprêtait à prendre la troisième place !

 

Seul le pilote McLaren a pu continuer la course, toutefois au volant d'une MCL32 meurtrie par le violent contact, et désormais privée de télémétrie... ce fut toutefois vain, l'équipe lui demandant de rentrer au stand pour abandonner au neuvième tour après qu'il a perdu de la puissance moteur.

 

Sebastian Vettel n'était pas au bout de ses peines. Le pilote Ferrari a initialement conservé la tête de la course, mais son ponton gauche était détruit, et il est parti en tête-à-queue dès la première boucle avant un abandon définitif, sa SF70H étant trop endommagée.

La course a évidemment été neutralisée par la voiture de sécurité, ce pendant quatre tours, et les concurrents encore en piste ont dû passer par la voie des stands à chaque passage, le temps de l'évacuation des débris.

Lewis Hamilton était désormais en tête devant Daniel Ricciardo (tous deux en intermédiaires), Nico Hülkenberg, Sergio Pérez (en pneus pluie) et Valtteri Bottas (intermédiaires), qui s'est fait dépasser dès le restart par... Jolyon Palmer, doté des enveloppes à bandes bleues ! Les écarts se sont très vite creusés, Hamilton n'ayant besoin que de deux tours pour prendre quatre secondes d'avance sur Ricciardo, qui disposait alors du même matelas sur Hülkenberg.

Kvyat dans le mur

Les écarts se sont très rapidement creusés dans le top 5, Jolyon Palmer continuant toutefois à subir la pression d'un Valtteri Bottas incapable de porter une attaque, jusqu'à un gros accident de Daniil Kvyat dans le mur de TecPro au 11e tour ! Plusieurs pilotes en ont profité pour rentrer au stand, dont Ricciardo et Pérez, qui ont opté pour les intermédiaires.

 

Hülkenberg a hérité de la deuxième place et a pu rattraper son retard sur le leader Hamilton grâce à l'intervention de la voiture de sécurité, alors que l'on retrouvait Palmer au quatrième rang, Pérez ayant rétrogradé en huitième position avec son arrêt. Mais les Renault se sont arrêtées au tour suivant afin de troquer leurs pneus pluie pour des intermédiaires, reprenant la piste cinquième et septième, juste derrière Sainz et prenant Pérez en sandwich.

Plus loin dans le peloton, Felipe Massa et Stoffel Vandoorne ont réussi l'exploit de s'accrocher sous voiture de sécurité, un léger contact sans dégât. Les deux hommes se disputaient la neuvième place.

C'est au 15e tour que le drapeau vert a été agité. Seuls Felipe Massa et Pascal Wehrlein restaient en gommes pluie, les autres concurrents évoluant en intermédiaires. Le pilote Williams était clairement en difficulté et ne parvenait pas à maintenir ses rivaux derrière lui, dépassé de façon musclée par les Haas. Il a finalement dû se résigner à un arrêt au timing malheureux et a repris la piste avec la lanterne rouge. Wehrlein, lui, a attendu le 21e passage pour ce faire, alors qu'il affichait un rythme catastrophique depuis plusieurs boucles.

 

Hamilton creuse l'écart

Hamilton a pris trois secondes et demie d'avance sur Ricciardo et dix sur Bottas en cinq tours, alors qu'un groupe composé de Sainz, Hülkenberg, Pérez et Palmer se tenait dans un mouchoir de poche. Au 25e passage, le triple Champion du monde comptait six secondes de marge sur Ricciardo et 18 sur Bottas, alors que le peloton mené par Sainz était désormais relégué à 27 secondes.

C'est à ce moment-là que Kevin Magnussen a été le premier à tenter le pari des pneus pour le sec, en l'occurrence les ultratendres, immédiatement imité par Felipe Massa. Malgré des premiers tours poussifs pour les deux hommes, Lance Stroll a fait de même deux boucles plus tard, ainsi que de nombreux autres concurrents de la deuxième moitié du classement, Sainz optant pour les supertendres néanmoins.

Les leaders, en revanche, sont logiquement restés conservateurs, jusqu'à l'arrêt de Daniel Ricciardo et de Valtteri Bottas au 29e tour. Lewis Hamilton est resté en piste un tour de plus, continuant d'améliorer le meilleur tour en course, avant d'être équipé du composé pneumatique violet.

Après 30 tours, à l'issue de cette salve d'arrêts, Hamilton était en tête avec neuf secondes d'avance sur Ricciardo, 26 sur Bottas, 27 sur Hülkenberg et 30 sur Sainz. Pérez suivait l'Espagnol de près, mais Palmer a perdu le contact avec ce groupe, même menacé par Vandoorne.

Pérez a lancé une première attaque sur Sainz, à laquelle le pilote Toro Rosso a résisté, mais les deux hommes perdaient un temps crucial sur Hülkenberg devant eux. Plus loin, un Esteban Ocon en difficulté depuis le début de la course prenait l'avantage sur Kevin Magnussen pour la 11e place au premier virage.

Ericsson relance la course

C'est au 38e tour que le Grand Prix a été relancé une nouvelle fois, lorsque Marcus Ericsson est parti en tête-à-queue au niveau du pont, percutant le mur à l'arrière gauche. La voiture de sécurité est intervenue pour dégager la voiture, Hamilton voyant son avance sur Ricciardo réduite à néant. Bottas, Hülkenberg, Sainz, Pérez et compagnie revenaient sur leurs talons !

 

Plusieurs pilotes en ont profité pour rentrer au stand, notamment Nico Hülkenberg... qui a rencontré un problème à l'arrière gauche lors de son changement de pneus, et a perdu des secondes par dizaine ! Il n'a repris la piste qu'au dixième rang, entre Grosjean et Ocon.

La neutralisation de la course s'est éternisée, la Sauber se trouvant à un endroit très difficile d'accès. C'est donc avec 27 minutes restant au chronomètre selon les deux heures réglementaires que le drapeau vert est agité. Hamilton était donc en tête devant Ricciardo, Bottas, Sainz, Pérez, Palmer et Vandoorne. Dès le premier tour, le leader a pris deux secondes d'avance sur ses rivaux, écart qu'il a maintenu par la suite, alors qu'un déficit se creusait logiquement entre Bottas et Sainz.

Hülkenberg abandonne

La principale bataille opposait Lance Stroll, Romain Grosjean, Nico Hülkenberg et Esteban Ocon pour la huitième place. Le pilote Renault, qui occupait la dixième position, est toutefois rentré au stand à 14 minutes du drapeau à damier pour jeter l'éponge, lui qui avait joué le podium en début de course. Kevin Magnussen a également été contraint à l'abandon, trahi par son MGU-K.

Lewis Hamilton n'a plus été menacé et a remporté, après 58 des 61 tours prévus, sa 60e victoire en Formule 1, qui lui permet de prendre 28 points d'avance sur Sebastian Vettel au championnat. Daniel Ricciardo et Valtteri Bottas complètent le podium devant Carlos Sainz, Sergio Pérez et Jolyon Palmer, qui ouvre son compteur de points avec la sixième place. Stoffel Vandoorne signe également un beau résultat, septième, alors que Romain Grosjean et Esteban Ocon finissent neuvième et dixième derrière Lance Stroll.

 Grand Prix de Singapour

 PiloteÉquipeTempsPts
01 L. Hamilton Mercedes 58 tours 25 
02  D. Ricciardo Red Bull +4.5  18 
03  V. Bottas Mercedes +8.8  15 
04  C. Sainz Toro Rosso +22.8  12 
05 S. Pérez Force India +23.5  10 
06  J. Palmer Renault +27.2
07   S. Vandoorne McLaren +30.8 
08   L. Stroll Williams +41.6 
09  R. Grosjean Haas +43.2 
10  E. Ocon Force India +44.7 
11  F. Massa Williams +46.5   
12  P. Wehrlein Sauber + 2 tours   
   K. Magnussen Haas Abandon  
   N. Hülkenberg Renault Abandon  
  M. Ericsson Sauber Abandon  
  D. Kvyat Toro Rosso Abandon  
   F. Alonso McLaren Abandon  
  S. Vettel Ferrari Abandon  
  M. Verstappen Red Bull Abandon  
  K. Räikkönen Ferrari Abandon  
partages
commentaires
Verstappen accuse Vettel : "Il a commencé à me tasser"
Article précédent

Verstappen accuse Vettel : "Il a commencé à me tasser"

Article suivant

Championnat - Les classements après le Grand Prix de Singapour

Championnat - Les classements après le Grand Prix de Singapour
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021