Course - L'ogre Hamilton intraitable à Spa-Francorchamps

Intouchable de bout en bout lors du Grand Prix de Belgique, Lewis Hamilton a décroché sa cinquième victoire de la saison en sept courses, sans laisser le moindre espoir à ses adversaires.

Course - L'ogre Hamilton intraitable à Spa-Francorchamps

Avant ce Grand Prix de Belgique, les regards sont tous tournés vers le ciel. Vers le sommet du Raidillon d'abord, et ses douloureux souvenirs de l'an passé, pour honorer la mémoire d'Anthoine Hubert, dont le portrait géant a recouvert la grille de départ le temps d'une émouvante minute de silence. Vers les nuages ensuite, tant la météo incertaine pourrait jouer un rôle dans ce Grand Prix. Il y aura au moins un fil rouge pour le suspense dans cette course : pleuvra-t-il ? *Alerte spoiler*, la réponse est non !

C'est donc sur le sec que le départ est donné, mais par des conditions fraîches : 18°C dans l'air, 31°C sur la piste. En pole position devant son coéquipier, Lewis Hamilton s'élance avec des pneus mediums, tout comme Valtteri Bottas mais aussi Max Verstappen derrière lui. Si le reste du top 10 ainsi que Leclerc sont en pneus tendres, Pierre Gasly tente le pari des pneus durs et l'autre moitié du peloton chausse logiquement les mediums. En revanche, ce n'est qu'avec 19 voitures que les débats commencent, Carlos Sainz étant contraint d'abandonner avant même d'avoir rejoint la grille en raison d'un problème d'échappement sur sa McLaren à moteur Renault.

Lire aussi :

À l'extinction des feux, Hamilton prend le bon envol et parvient à protéger sa position. Si l'on pense d'abord Verstappen en mesure de menacer Bottas, le Néerlandais doit rapidement s'employer à résister aux assauts de Ricciardo, qui reste finalement quatrième devant Ocon, capable de sauter Albon dans les premiers hectomètres. Un tour plus tard, c'est Gasly qui s'illustre au pied du Raidillon en dépassant Pérez pour le gain de la neuvième place.

Au fil des premiers tours, les deux Mercedes parviennent à s'échapper, car si Bottas suit le rythme du leader, c'est moins le cas de Verstappen qui, peu satisfait de la tenue de ses pneus mediums, voit les deux hommes de tête s'échapper doucement mais sûrement. Pendant ce temps, Leclerc perd le bénéfice de son excellent départ en se faisant éjecter du top 10 par plusieurs dépassements en ligne droite, face auxquels il se retrouve totalement impuissant. Le Monégasque devra également rendre des comptes aux commissaires après l'arrivée, pour avoir piloté trop lentement lors d'un tour de reconnaissance...

Giovinazzi fait du petit bois

La course est neutralisée par l'intervention de la voiture de sécurité au 11e tour, à la suite d'un accident spectaculaire impliquant Antonio Giovinazzi et George Russell. L'Italien a perdu le contrôle de son Alfa Romeo après les Fagnes tandis que le Britannique n'a pas pu l'éviter alors qu'il était en perdition devant lui. Logiquement, nombreux sont les pilotes à se précipiter aux stands, avec notamment un double arrêt des pilotes Mercedes, mais également des pilotes Renault, qui permet toutefois à Albon de s'intercaler entre Ricciardo et Ocon. Avec ses pneus durs, Gasly reste en piste, tout comme Pérez.

Il faut quelques tours aux commissaires de piste pour nettoyer les nombreux débris et évacuer les deux épaves, puis la voiture de sécurité peut libérer la meute. Hamilton gère la relance avec ses pneus durs neufs et conserve la tête devant Bottas et Verstappen. Malgré le changement de composé, le scénario est identique au début de course et le tiercé de tête s'échappe. Néanmoins, Verstappen parvient davantage à suivre la cadence des Mercedes. Chez Ferrari, à défaut des mains, Leclerc et Vettel se frottent les roues avant, sans conséquence sur les anonymes 13e et 14e places des deux pilotes dans ce 19e tour de course.

Victime de l'intervention de la voiture de sécurité, Gasly observe son premier arrêt au terme du 26e tour et reprend la piste en fond de peloton, devant un Leclerc qui s'est déjà arrêté une deuxième fois prématurément. Pour les hommes de tête se pose la question d'aller au bout avec des pneus durs chaussés plus tôt que prévu, ou de basculer sur une stratégie à deux arrêts. À dix tours du but, l'avance de Hamilton est de cinq secondes sur Bottas et de neuf secondes sur Verstappen.

Cette confortable avance n'empêche pas le leader de commettre une petite erreur à la dernière chicane et de la court-circuiter, sans perdre trop gros dans l'incident. Il est alors clair que les pneus durs iront au bout et que la hiérarchie ne bougera plus. Sans avoir été véritablement inquiété, Hamilton coupe la ligne en vainqueur pour la quatrième fois de sa carrière à Spa-Francorchamps, et surtout pour la 89e fois en Formule 1, s'approchant désormais à deux longueurs du record historique de Michael Schumacher.

Bottas prend la deuxième place qui offre le deuxième doublé de l'année à Mercedes, devant Verstappen, troisième. Daniel Ricciardo termine sa course solide à la quatrième place au volant de sa Renault et s'offre même le luxe de prendre le point du meilleur tour en course dans la dernière boucle. Il devance Ocon, qui a réussi à dépasser Albon dans le dernier tour. Lando Norris est septième devant Stroll, Gasly et Pérez. Les Ferrari terminent loin et hors de points : Vettel 13e, Leclerc 15e.

Belgium Grand Prix de Belgique

P. Pilote Constructeur Tours Temps
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 44  
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes 44 8.448
3 Netherlands Max Verstappen Red Bull 44 15.455
4 Australia Daniel Ricciardo Renault 44 18.877
5 France Esteban Ocon Renault 44 40.650
6 Thailand Alexander Albon Red Bull 44 42.712
7 United Kingdom Lando Norris McLaren 44 43.774
8 France Pierre Gasly AlphaTauri 44 47.371
9 Canada Lance Stroll Racing Point 44 52.603
10 Mexico Sergio Pérez Racing Point 44 53.179
11 Russian Federation Daniil Kvyat AlphaTauri 44 1'10.200
12 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 44 1'11.504
13 Germany Sebastian Vettel Ferrari 44 1'12.894
14 Monaco Charles Leclerc Ferrari 44 1'14.920
15 France Romain Grosjean Haas 44 1'16.793
16 Canada Nicholas Latifi Williams 44 1'17.795
17 Denmark Kevin Magnussen Haas 44 1'25.540
  Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 9  
  United Kingdom George Russell Williams 9  
  Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 0  

partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le GP de Belgique en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP de Belgique en direct

Article suivant

GP de Belgique : les meilleurs tours en course

GP de Belgique : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021