Course - Hamilton rejoint Schumacher dans l'Histoire

Lewis Hamilton a remporté la 91e victoire de sa carrière au Grand Prix de l'Eifel, égalant le record historique de Michael Schumacher. Daniel Ricciardo a offert le podium à Renault.

Valtteri Bottas s'élançait de la pole position au Nürburgring devant son coéquipier Lewis Hamilton, qui s'est plaint lors de son tour de mise en grille que son volant n'ait pas été changé pour la course, le régime de parc fermé l'ayant empêché. Max Verstappen et Charles Leclerc occupaient la deuxième ligne. Les conditions étaient un peu plus clémentes que prévu, avec un faible risque de pluie ainsi que 10°C dans l'air et 20°C au sol.

Lire aussi :

Hamilton a pris le meilleur envol à l'extinction des feux et a tassé Bottas hors de la piste à la sortie du premier virage, mais le Finlandais a riposté et puis a creusé un écart d'une seconde et demie dès le premier tour. Suivaient Verstappen, Leclerc, Daniel Ricciardo et Alexander Albon, qui a commis un énorme blocage de roue et légèrement touché la Renault devant lui avec son aileron avant.

Derrière, le départ a été animé. "J'ai été percuté par du gravier envoyé par Kimi, et j'ai vachement mal au doigt", s'est plaint Romain Grosjean, alors dernier, à la radio. "J'espère qu'il n'est pas cassé. Je ne peux pas utilisé mon index de la main gauche."

Bottas, Hamilton et Verstappen sont restés dans un mouchoir de poche pendant les dix premiers tours de course, alors que Leclerc perdait plus de deux secondes au tour et était suivi de très près par Ricciardo et Albon. Le pilote Red Bull s'est débarrassé de ses tendres dès le septième tour pour chausser des mediums, et il a repris la piste bon dernier. Ricciardo, quant à lui, a finalement trouvé l'ouverture sur Leclerc au neuvième passage, par l'extérieur dans la courbe du virage 2.

Le Monégasque est le deuxième pilote à être rentré au stand, au dixième tour, alors que Sebastian Vettel, à l'attaque sur Antonio Giovinazzi, se faisait remarquer par une sacrée pirouette au premier virage. Le local de l'étape a perdu plusieurs places et a grandement endommagé ses pneus mediums, avec lesquels il avait pris le départ. Il a logiquement changé de gommes à la fin de ce tour, optant pour les durs.

Bottas fait un plat puis tombe en panne

Devant, Bottas a fait un gros plat sur ses pneus au premier virage lors du 13e tour. Hamilton n'en demandait pas tant et s'est emparé de la première place autoritairement. Le Finlandais n'a pas eu d'autre choix que de rentrer au stand, où il a été équipé de mediums. Pendant ce temps, George Russell a été percuté par Kimi Räikkönen au premier virage et a été contraint à l'abandon. Le Champion du monde 2007 a reçu dix secondes de pénalité pour cet incident.

La voiture de sécurité virtuelle est intervenue quelques instants plus tard pour permettre l'évacuation de la Williams. Bottas perdait gros : Hamilton et Verstappen ont pu changer de pneus avec une perte de temps minime. Au moment où le drapeau vert a été agité, Hamilton menait avec une seconde et demie d'avance sur Verstappen et 13 secondes sur Bottas. Le Finlandais allait de Charybde en Scylla avec une perte de puissance : il a été contraint à l'abandon !

Albon et Ocon abandonnent

Plus loin dans le peloton, Albon a commis une grosse erreur en se rabattant trop tôt sur l'AlphaTauri de Daniil Kvyat en la dépassant pour la dixième place. Le Russe a perdu son aileron avant. Le pilote Red Bull allait être pénalisé de cinq secondes mais maintenait un comportement erratique avec un autre blocage de roue majeur lorsqu'il a attaqué Pierre Gasly pour la huitième place, et s'est plaint de la résistance des voitures sœurs. Il est finalement rentré au stand pour abandonner.

C'est alors qu'Esteban Ocon, qui jouait le top 5, a fait de même, victime d'un problème technique, peut-être hydraulique. Derrière Hamilton et Verstappen, la lutte pour le podium se précisait entre Norris, Pérez et Ricciardo, ce dernier ayant une quinzaine de secondes de retard mais ayant profité de la voiture de sécurité virtuelle pour faire son premier arrêt... mais Norris, équipé d'un groupe propulseur tout neuf, s'est plaint à son tour d'une perte de puissance ! Le pilote McLaren perdait toutefois peu de temps sur ses poursuivants.

C'est finalement après 28 des 60 tours que Pérez et Sainz sont rentrés au stand pour chausser les mediums, 12 boucles après Ricciardo. Norris a fait de même au passage suivant, se plaignant simultanément que son problème technique s'aggravait. Ricciardo a hérité de la troisième place avec 12,5 secondes d'avance sur Leclerc, qui devançait Norris de deux secondes. Pérez a aisément trouvé l'ouverture sur l'Anglais à la chicane, avant de doubler Leclerc au même endroit peu après... mais le pilote Ferrari a riposté dans la ligne droite des stands grâce au DRS. Pérez a finalement réitéré la manœuvre au tour suivant, cette fois de manière incontestable.

Leclerc a alors fait un deuxième arrêt à la fin du 36e tour, reprenant la piste dixième, mais remontant à la septième place en l'espace de trois boucles. Ricciardo comptait une petite quinzaine de secondes d'avance sur Pérez pour la troisième position, le Mexicain revenant à moins de dix secondes au 44e tour.

La voiture de sécurité rebat les cartes

C'est alors que Norris a été contraint à l'abandon par son problème technique, et la voiture de sécurité est intervenue pour évacuer la McLaren ! C'était une bénédiction pour Ricciardo, qui a chaussé des pneus tendres rodés et a repris la piste juste derrière Pérez. Sainz a fait de même en conservant la cinquième place, tout comme les leaders Hamilton et Verstappen. Le pilote Mercedes voyait son avance, bâtie petit à petit pour atteindre une petite dizaine de secondes, réduite à néant.

Racing Point a finalement décidé de faire rentrer Pérez, quitte à céder la troisième place à Ricciardo. Le top 5 était donc composé de Hamilton, Verstappen, Ricciardo, Pérez et Sainz avec des gommes (quasi) neuves, suivis par Leclerc et... Grosjean, tous deux avec des pneus usés. Derrière la Ferrari et la Haas, Gasly et Hülkenberg avaient des pneus tendres complètement neufs.

Le drapeau vert a été agité à 11 tours du but, et Grosjean a immédiatement perdu deux places, se retrouvant neuvième. Leclerc a résisté plus longtemps mais a également fini par céder face aux assauts de Gasly et de Hülkenberg.

Devant, Hamilton a rapidement pris plusieurs secondes d'avance sur Verstappen, et le principal suspense concernait donc la lutte pour la troisième place entre Ricciardo et Pérez. Le pilote Renault a toutefois solidement résisté pour signer son premier podium depuis 2018, le premier du Losange depuis le retour de la marque en tant que constructeur à part entière. Sainz complétait le top 5 devant Gasly, Leclerc et un impressionnant Hülkenberg, huitième depuis la dernière place de la grille.

Impressionnant également, Grosjean, neuvième au volant de la modeste Haas, tandis que Giovinazzi a marqué le point de la dixième place avec la tout aussi modeste Alfa Romeo. Les points ont échappé à Vettel, onzième. Mais l'homme du jour, c'était Lewis Hamilton, avec cette 91e victoire en Grand Prix qui le place au niveau du légendaire Michael Schumacher dans l'Histoire.

Germany Grand Prix de l'Eifel 2020

P. Pilote Constructeur Tours Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 60  
2 Netherlands Max Verstappen Red Bull 60 4.470
3 Australia Daniel Ricciardo Renault 60 14.613
4 Mexico Sergio Pérez Racing Point 60 16.070
5 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 60 21.905
6 France Pierre Gasly AlphaTauri 60 22.766
7 Monaco Charles Leclerc Ferrari 60 30.814
8 Germany Nico Hülkenberg Racing Point 60 32.596
9 France Romain Grosjean Haas 60 39.081
10 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 60 40.035

partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le GP de l'Eifel en direct
Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP de l'Eifel en direct

Article suivant

GP de l'Eifel : les meilleurs tours en course

GP de l'Eifel : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021