Course - Hamilton vainqueur et leader du championnat !

Ironie du sort, c'est sur les terres de Ferrari que Sebastian Vettel et la Scuderia ont perdu la tête du championnat des pilotes pour la première fois de la saison. Vainqueur, Lewis Hamilton s'en empare.

Course - Hamilton vainqueur et leader du championnat !
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10, Lance Stroll, Williams FW40, au départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Lance Stroll, Williams FW40, sort de la piste
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, passe Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, dans la Parabolique
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12 sort large
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, sort de la piste
Marcus Ericsson, Sauber C36 monte sur un vibreur
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17 bloque une roue et sort large à côté de Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Felipe Massa, Williams FW40 sort large dans le gravier
Pascal Wehrlein, Sauber C36-Ferrari
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17

B.V., Monza - C'est une grille de départ inédite que l'on retrouvait pour ce Grand Prix. Lewis Hamilton, auteur d'une 69e pole position record, devançait Lance Stroll et Esteban Ocon, intercalés entre le triple Champion du monde d'une part et son coéquipier et les Ferrari d'autre part.

Une multitude de pénalités signifiait notamment que les Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo, qui avaient d'ailleurs choisi les pneus tendres pour le début de la course, étaient respectivement 13e et 16e, tandis que les Sauber, habituées au fond de grille, se retrouvaient... en sixième ligne !

À l'extinction des feux, Hamilton a conservé la tête de la course alors qu'Ocon prenait aisément l'avantage sur Stroll pour la deuxième place. Kimi Räikkönen, quant à lui, est parvenu à dépasser Valtteri Bottas dans la Variante della Roggia, ce dernier ripostant par l'extérieur dans la Parabolica pour reprendre sa quatrième position !

Crevaison pour Verstappen

On notait le bon envol de Verstappen, huitième... jusqu'à son accrochage avec la Wiliams de Felipe Massa au troisième tour. Victime d'une crevaison, la Red Bull a connu un long arrêt au stand avant de reprendre la piste à quasiment un tour.

 

C'est au même moment que Valtteri Bottas s'est défait de Stroll, puis d'Ocon. Relégué à déjà plus de trois secondes de Hamilton, le Finlandais pouvait désormais pourchasser son coéquipier.

Pendant ce temps, Sebastian Vettel était également en pleine progression, prenant successivement l'avantage sur Räikkönen, Stroll et Ocon, mais l'Allemand s'est rapidement retrouvé à dix secondes. Räikkönen, quant à lui, a réalisé un tout-droit à la première chicane, ce qui ne lui a coûté qu'une seconde.

Räikkönen en difficulté

Le Champion du monde 2007 était clairement à la peine, ne parvenant pas à gagner de terrain et se plaignant avec véhémence de son train arrière à la radio : "Je ne peux pas du tout attaquer les virages !" Räikkönen est finalement rentré au stand à la fin du 15e tour et a chaussé les tendres, reprenant la piste au onzième rang.

Sentant la menace de l'undercut, Ocon a fait de même dans la boucle suivante et a conservé sa place devant la Ferrari, de peu. Stroll, en revanche, est passé derrière Räikkönen après son arrêt.

À l'avant, Hamilton avait creusé un écart de quatre secondes sur Bottas et de 16 sur Vettel. Le pilote Mercedes s'est toutefois fait remarquer en mettant deux roues dans les graviers à la sortie de la Variante della Roggia, ce qui ne lui a toutefois quasiment rien coûté. Plus loin en revanche, Jolyon Palmer a été pénalisé de cinq secondes pour avoir coupé la chicane dans sa bataille avec Fernando Alonso. Pas suffisant selon l'Espagnol, très agacé par cette décision !

 

Malgré leurs gommes supertendres usées, les leaders maintenaient un rythme bien supérieur à celui des pilotes s'étant déjà arrêtés au stand. Contrairement au quatuor composé de Hamilton, Bottas, Vettel et Ricciardo à l'avant, Ocon et Räikkönen ne parvenaient pas à tourner en moins de 1'26. Ce dernier a d'ailleurs trouvé l'ouverture sur son rival au 26e tour, grâce à son DRS, au premier virage.

Nouvel abandon pour une McLaren

Jolyon Palmer, quant à lui, a été contraint à l'abandon au 30e passage, victime d'un problème mécanique. Le Britannique, qui attend toujours ses premiers points de la saison, était de toute façon loin du top 10. Quelques instants plus tard, Stoffel Vandoorne subissait un nouveau problème de moteur alors que lui jouait les points, dans un contecte où la relation entre McLaren et Honda est proche du point de non-retour...

Ce n'est qu'après 31 des 53 tours que Hamilton et Vettel sont rentrés au stand, permettant à Bottas et à Ricciardo de gagner temporairement une place chacun. Le Finlandais a joué son va-tout avant de rentrer au passage suivant, signant des secteurs en violet. Ce fut toutefois loin d'être suffisant pour s'emparer de la tête de la course.

Ricciardo, qui est ressorti derrière Räikkönen après un arrêt plus tardif que celui de la concurrence, a rapidement pris l'avantage sur la Ferrari avant de se lancer à la poursuite de Vettel. Bien que plus rapide, le pilote Red Bull n'est pas parvenu à réduire l'écart à un rythme suffisant pour rattraper ses 11 secondes de déficit.

Hamilton maîtrise

Dans la lutte pour la victoire, après une période où Bottas a réduit de quelques dixièmes avec Hamilton, ce dernier a repris du poil de la bête et a signé le meilleur tour en course, portant son avance à cinq secondes. En parallèle, Kevin Magnussen se plaignait d'avoir été tassé hors de la piste par Max Verstappen à l'approche de la Variante della Roggia. Les commissaires n'ont pas pénalisé le Néerlandais, auteur d'une belle remontée jusque dans les points après sa crevaison du premier tour.

 

Et à trois tours du but, alors que Fernando Alonso était 15e, l'équipe lui a demandé de rentrer au stand pour abandonner en raison d'un problème lié à l'unité de puissance. Un double retrait en course pour McLaren !

Lewis Hamilton a remporté la 59e victoire de sa carrière au lendemain de sa 69e pole position, devançant Valtteri Bottas et Sebastian Vettel sur le podium. Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen complètent le top 5, alors qu'Esteban Ocon prend une belle sixième place. Lance Stroll a résisté à son coéquipier Felipe Massa jusqu'au bout, terminant septième, alors que Sergio Pérez et Max Verstappen marquent les derniers points disponibles.

 Grand Prix d'Italie

 PiloteÉquipeTempsPts
01 L. Hamilton Mercedes 53 tours 25
02  V. Bottas Mercedes +4.4  18 
03 S. Vettel Ferrari +36.3  15 
04  D. Ricciardo Red Bull +40.3  12 
05  K. Räikkönen Ferrari +60.0  10 
06  E. Ocon Force India +71.5 
07   L. Stroll Williams +74.1 
08  F. Massa Williams +74.8 
09 S. Pérez Force India +75.2 
10  M. Verstappen Red Bull + 1 tour 
11   K. Magnussen Haas + 1 tour   
12 D. Kvyat Toro Rosso + 1 tour   
13   N. Hülkenberg Renault + 1 tour   
14  C. Sainz Toro Rosso + 1 tour   
15  R. Grosjean Haas + 1 tour   
16  P. Wehrlein Sauber + 2 tours  
   F. Alonso McLaren Abandon  
  M. Ericsson Sauber Abandon  
   S. Vandoorne McLaren Abandon  
  J. Palmer Renault Abandon  
partages
commentaires
Renault n'ouvrira pas de quatrième fourniture moteur pour McLaren

Article précédent

Renault n'ouvrira pas de quatrième fourniture moteur pour McLaren

Article suivant

Championnat - Les classements après le Grand Prix d'Italie

Championnat - Les classements après le Grand Prix d'Italie
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021